asd

COVID – 19

Les transferts de joueurs de football

Les montants, de plus en plus importants, font régulièrement la une des journaux et provoquent des polémiques car ils semblent déconnectés de la réalité. Pour autant, le sont-ils vraiment ?

Un transfert n’est pas forcément une vente

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la plupart des joueurs transférés ne sont pas vendus et n’engendrent pas des frais d’acquisition. Parmi les 16 533 joueurs transférés en 2018, seuls 15,1 % ont été « vendus », c’est à dire transférés depuis un club vers un autre alors qu’ils étaient liés à leur club d’origine par un contrat toujours en vigueur.

Dans les autres cas, ils étaient en fin de contrat ou en prêt. Ainsi, les ventes de joueurs correspondent à une minorité, et même dans ce cas de figure les montants très élevés sont rares. En effet, la vente moyenne en 2015 était de 2,26 millions de dollars, donc très loin des transferts à deux ou trois chiffres – en millions – qui font la une des quotidiens sportifs.

Un joueur en fin de contrat n’est pas un joueur gratuit

Un joueur en fin de contrat avec un club A, qui signe un nouveau contrat avec un club B, entraîne quand même des dépenses :

  • prime à la signature pour le joueur
  • prime à la signature pour l’agent du joueur

Le gardien de but brésilien Julio Cesar a terminé son contrat avec le club anglais de Queens’ Park Rangers en 2014. Dans la foulée, il a signé un nouveau contrat avec le club portugais de Benfica. Son nouveau club a annoncé un transfert « gratuit » mais il a quand même dû débourser un total de 1 million d’euros (primes à la signature du joueur et de son agent).

Il faut donc faire attention aux communications faites par les clubs car elles omettent souvent des informations cruciales.

Un joueur en prêt n’est pas un joueur gratuit

Une pratique commune consiste à emprunter un joueur pour une saison auprès d’un autre club. Mais cette manœuvre a, la plupart du temps, un coût ! En effet, le club qui emprunte le joueur peut :

  • ne payer aucun salaire (c’est alors totalement gratuit, mais c’est rare)
  • payer une partie du salaire
  • payer tout le salaire (cela permet d’assortir au prêt une option d’achat)

 Le rôle central des agents

En tant que gestionnaires des intérêts financiers d’un ou plusieurs joueurs, les agents revêtent un rôle particulièrement important dans les transferts. Si une vente est effectuée, 10 % du montant du transfert reviendra à l’agent (moyenne en 2015). Il s’agit donc d’une activité hautement rémunératrice au très haut niveau, mais cette sphère est dominée par une poignée d’agents et de sociétés.

Les deux grands agents en 2019 s’appellent Jorge Mendes (portugais, 53 ans) et Mino Raiola (italo-néerlandais, 52 ans). En 2018, Jorge Mendes est sorti gagnant du duel en empochant la somme de 89 millions d’euros (commissions personnelles) notamment grâce aux transferts de Cristiano Ronaldo du Real Madrid à la Juventus Turin.

Transferts internationaux des footballeuses

Si les transferts des joueurs culminent à plus de 7 milliards de dollars, c’est loin d’être le cas pour leurs homologues féminins. En effet, en 2018, les 696 transferts de joueuses ont généré 564 354 dollars, soit un montant environ 12 000 fois moins élevé que celui engendré par le « mercato » des footballeurs.

Généralement, les joueuses finissent leur contrat en cours avant de changer de club : 97 % de leurs transferts se font sans indemnité financière.

NBSInfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une