asd

COVID – 19

Sahara occidental : la lutte de six décennies pour libérer la dernière colonie d’Afrique

Le Sahara occidental est le territoire du nord-ouest de l’Afrique bordé par le Maroc au nord, l’Algérie et la Mauritanie à l’est et l’océan Atlantique à l’ouest. Ancienne colonie espagnole, elle est répertoriée par les Nations Unies comme l’un des 17 territoires qui n’ont toujours pas d’autonomie gouvernementale.

Depuis son indépendance de la France en 1956, le Maroc revendique la souveraineté sur le Sahara occidental. À la fin des années 1970, le royaume a officiellement annexé environ 80 % du Sahara occidental, sur lequel il exerce un contrôle de facto. Cela faisait suite à la soi-disant « Marche verte » du 6 novembre 1975 au cours de laquelle entre 100 000 et 350 000 Marocains se sont réinstallés au Sahara occidental pour reconquérir les provinces méridionales d’un Grand Maroc.

Cette annexion allait à l’encontre de l’ avis consultatif de la Cour internationale de Justice rendu le 15 octobre 1975. La Cour a conclu que les éléments de preuve présentés devant elle n’établir aucun lien de souveraineté territoriale entre le territoire du Sahara Occidental et le Royaume du Maroc ou l’entité mauritanienne.

Le tribunal a également conclu qu’il n’y avait pas d’obstacles juridiques à la décolonisation du Sahara occidental. Cela inclut le droit à l’autodétermination par l’expression libre et authentique de la volonté du peuple du territoire.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a créé la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental en avril 1991. Le plan prévoyait un cessez-le-feu, suivi d’un référendum d’autodétermination au cours duquel le peuple du Sahara occidental choisirait entre deux options : l’intégration avec le Maroc ou l’indépendance pure et simple. En raison de différends sur qui peut voter lors du référendum, celui-ci n’a pas encore été organisé.

J’étudie le conflit au Sahara Occidental dans le cadre de ma recherche doctorale depuis quatre ans. Je trouve que l’impasse au Sahara Occidental découle des faiblesses du mandat de la mission de l’ONU. Cela s’explique principalement par le fait que la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental n’a pas pour mandat de surveiller les violations des droits de l’homme au Sahara occidental.

L’absence d’un mécanisme dédié a affecté et continue d’affecter la visibilité des événements sur le terrain. Par exemple, les manifestants dans le territoire occupé du Sahara occidental sont régulièrement victimes de violations des droits de l’homme lors de manifestations. Cela augmente la possibilité de plus de violations qui entravent la recherche de justice et de responsabilité.

L’ajout d’un mécanisme de surveillance des droits de l’homme au mandat de la mission de l’ONU au Sahara occidental ne résoudrait pas automatiquement le conflit. Il y a d’autres dynamiques, dont le fait que le cas du Sahara Occidental a été traité de manière distincte dès le départ. Mais mes conclusions soulignent le fait qu’un mécanisme serait bénéfique à la gestion des conflits, sinon à la résolution des conflits.

Absence de mandat relatif aux droits de l’homme

Il y a quatre déploiements actuels de maintien de la paix des Nations Unies qui n’ont pas de mandat de surveillance des droits de l’homme. Le premier, dans le nord de Chypre , a été mis en place par le Conseil de sécurité en 1964 pour empêcher de nouveaux combats entre les communautés chypriote grecque et chypriote turque. La seconde, au Liban , est la seule force de maintien de la paix en mer. La troisième est une force d’observation du désengagement dans le secteur israélo-syrien, tandis que la quatrième est la mission de l’ONU au Sahara occidental.

La mission au Sahara occidental se distingue également comme n’ayant pas atteint son objectif par l’organisation d’un référendum. Les missions précédentes de l’ONU chargées de cette tâche ont organisé des référendums en Namibie et au Timor oriental . Les deux missions réussies disposaient d’une sorte de mécanisme de surveillance des droits de l’homme découlant de leurs mandats.

Mes recherches visaient à comprendre dans quelle mesure l’absence de composantes de surveillance des droits de l’homme est une anomalie dans la pratique actuelle du maintien de la paix. J’ai également cherché à enquêter sur le lien entre les droits de l’homme et le maintien de la paix dans le conflit du Sahara occidental. Il convient de noter que le Maroc s’oppose à un mandat relatif aux droits de l’homme au motif qu’il ne s’agit pas de l’objectif principal de la mission et qu’il pourrait compromettre le processus de négociation.

Mon projet a deux dimensions. Premièrement, il vise à établir pourquoi la mission de l’ONU au Sahara occidental est un cas aberrant en termes de dispositions relatives aux droits de l’homme dans la pratique du maintien de la paix. Je conclus que la surveillance des droits de l’homme par la mission ne doit pas être comprise comme contraire à l’objectif principal de l’intervention de l’ONU, qui est de résoudre le conflit par une solution politique négociée qui assurera l’autodétermination.

Deuxièmement, il explore les moyens par lesquels cette absence de langage explicite dans le mandat est – ou peut être – remédiée dans la pratique sur la base de la doctrine et de la méthodologie juridiques. En consacrant l’émergence dans le droit international coutumier d’une norme de surveillance des droits de l’homme pour les opérations de maintien de la paix, je suis en mesure de renforcer l’hypothèse d’un caractère hautement irrégulier de la mission de l’ONU au Sahara occidental.

L’espoir après l’impasse

Plusieurs facteurs ont signalé un regain d’intérêt pour ce conflit prolongé. L’Union africaine a nommé en 2014 un envoyé spécial pour le Sahara occidental. Plus récemment, des événements majeurs ont commencé à remettre en cause le statu quo.

La guerre a repris le 13 novembre 2020 après près de 30 ans de cessez-le-feu. Pour la première fois, un État membre de l’ONU – les États-Unis – a reconnu la revendication de souveraineté du Maroc sur le territoire. La déclaration de l’ancien président américain Donald Trump du 10 décembre 2020 n’a pas été dénoncée par l’actuelle administration Biden. Il a obtenu le soutien du Maroc à Israël conformément aux accords abrahamiques .

Pourtant, en septembre 2021, le Tribunal de l’Union européenne a rendu des décisions invalidant les accords de pêche et commerciaux entre le Maroc et l’UE dans la mesure où ils s’étendaient au Sahara occidental, rejetant la souveraineté du Maroc.

Il faut souligner que le peuple du Sahara Occidental se réserve le droit à l’autodétermination. La dernière colonie d’Afrique reste en grande partie sous occupation et la mission de l’ONU en place est toujours privée de toute forme de surveillance des droits de l’homme. Cette situation doit cesser – avec la liberté et la souveraineté enfin gagnées par le Sahara Occidental.

Meriem Naili

Candidat au doctorat, Collège des sciences sociales et des études internationales, Université d’Exeter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une