asd

COVID – 19

Sénégal : la lutte traditionnelle perpétue la culture

La lutte traditionnelle joue un rôle important dans une grande partie de la société sénégalaise et est l’un des sports nationaux du pays.

La lutte traditionnelle est principalement pratiquée dans les zones rurales où ce n’est pas seulement un sport, elle a un rôle social et culturel profond. Il est éclipsé par une lutte professionnelle moderne très populaire. Synthèse de la boxe et de la lutte traditionnelle, ces matchs sont des événements sociaux massifs.

C’est particulièrement important au sein de la communauté Joola , au sud du Sénégal, et de la communauté sérère au centre du Sénégal. Ensemble, ces communautés représentent environ 18 % de la population du pays.

La pratique est traditionnellement enseignée aux jeunes hommes dans des écoles spécialisées lors de leur initiation à l’âge adulte.

Toutes les informations sur la façon de lutter ont été transmises à travers l’histoire orale par les griots – historiens traditionnels des troubadours d’Afrique de l’Ouest – et par les anciens.

Les jeunes hommes découvrent la société, la hiérarchie et les différences fondamentales entre les rôles traditionnels des hommes et des femmes. Les écoles de formation rassemblent également des personnes de différentes communautés. Cela signifie, en particulier dans les zones rurales, que la lutte permet des rencontres amicales entre villages voisins.

La lutte n’est pas seulement un sport, c’est un patrimoine social précieux qui doit perdurer. Il est en déclin parce que les jeunes lutteurs sont attirés par les formes professionnelles modernes.

Importance de l’histoire orale

Parce que la lutte a été transmise à travers l’histoire orale, il y a presque un manque total de documents écrits à ce sujet. En tant que spécialiste de la lutte, que j’ai longuement étudiée, je tiens à souligner que tout ce que nous savons de l’histoire de la lutte traditionnelle nous a été raconté par les anciens et les griots.

Selon les anciens et les griots, la lutte était un moyen de régler les conflits entre rois par l’intermédiaire des lutteurs. En dehors de cela, il était pratiqué comme sport récréatif.

La lutte dans la communauté sérère a des dimensions culturelles supplémentaires – c’est aussi une littérature, un rituel et un festival. La lutte s’accompagne de différents rythmes qui changent selon le lutteur lui-même et le groupe participant. Il peut être lent, silencieux, rapide, saccadé, fougueux. Il crée une histoire, un encouragement, s’adressant directement au lutteur, mais aussi à tous les participants.

Des chants tels que « Les coffres crient quand un grand lutteur tombe, allons-y, il fait déjà nuit », ou « Je suis un habitué de l’arène, mais je ne vais pas chercher des talismans, ma force suffit » sont souvent chanté par leurs partisans.

La lutte n’est pas qu’un sport, elle a un aspect socio-éducatif considérable.

Des écoles d’entraînement à la lutte existent pour tous les jeunes garçons, et à travers elles, les adultes mesurent le courage des garçons, leur volonté de vaincre et leur esprit d’abnégation. De ce fait, il fait honneur au village ou à la région d’une personne et constitue une forme importante de capital social à sauvegarder.

Enraciné socialement

La lutte traditionnelle est plus que le seul individu qui lutte. Il existe cinq dynamiques sociales clés autour des lutteurs : la relation entre le lutteur et son entourage ; la relation entre la lutte et les relations familiales; la relation entre la lutte et l’amitié; entre les anciens et la lutte ; et enfin la contribution de la lutte au rapprochement des peuples.

La lutte traditionnelle est également importante pour la communauté – c’est l’expression d’une ethnie, d’une tribu ou d’une classe. La lutte dans la société traditionnelle était un signe de la vitalité d’une communauté particulière. Cette communauté rassemble toutes ses forces autour d’un seul personnage – les lutteurs – qui en est le représentant.

La relation entre le lutteur et sa communauté est donc essentielle. Trois relations en particulier ressortent :

Le lutteur-champion et son groupe ou communauté : le lutteur puise sa force dans ce groupe qui le soutient et l’encourage dans sa préparation et pendant le combat. On pense qu’un champion qui se coupe de son groupe perd une partie de sa force.

La tranche d’âge : elle représente les jeunes du même âge. C’est dans ce groupe d’âge que le lutteur peut mesurer sa force par rapport aux autres.

Le rôle de la mère, de la sœur et des « savants » (les sages de la communauté) qui se sont sentis mobilisés notamment pour protéger leur « fils » et assurer sa victoire. Les lutteurs porteront souvent leurs symboles, par exemple porter le pagne d’une sœur signifie que le lutteur se bat pour l’honneur de la famille.

Passer à la lutte professionnelle

La lutte traditionnelle fait partie du patrimoine culturel du Sénégal, englobant l’intégration sociale et l’éducation, mais sa véritable forme est en train de disparaître. Aujourd’hui, la plupart des gens ont tendance à se concentrer sur la lutte professionnelle .

Hormis le Drapeau du Chef de l’Etat – un tournoi national de lutte dédié au chef de l’Etat et regroupant des lutteurs de toutes les régions du pays – qui est organisé par le Comité National de Gestion (l’organe chargé de l’administration de la lutte), la lutte traditionnelle est absente des projets et programmes de politique culturelle du pays.

Les ministères des sports et de la culture doivent investir dans la préservation et la valorisation de la société traditionnelle sénégalaise, dont la lutte traditionnelle.

Ousmane Ba

chercheur, Université Cheikh Anta Diop de Dakar

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une