asd

COVID – 19

Les premiers chrétiens n’auraient pas trouvé la naissance virginale de l’histoire de Noël si surprenante

Chaque année à Noël, les chrétiens célèbrent la naissance du fondateur de leur religion, Jésus de Nazareth de Galilée. Une partie de cette célébration comprend l’affirmation selon laquelle Jésus est né d’une mère vierge nommée Marie , ce qui est fondamental pour la compréhension chrétienne que Jésus est le fils divin de Dieu .

La naissance virginale peut sembler étrange à un public moderne – et pas seulement parce qu’elle va à l’encontre de la science de la reproduction. Même dans la Bible elle-même, l’idée est rarement mentionnée.

En tant qu’érudit du Nouveau Testament , cependant, je soutiens que les auditoires originaux de cette histoire n’auraient pas été rebutés par la prétendue « étrangeté » de l’histoire de la naissance virginale. L’histoire aurait semblé beaucoup plus familière aux auditeurs à cette époque, lorsque l’ancienne Méditerranée était pleine d’histoires d’hommes légendaires nés de dieux – et lorsque les premiers chrétiens prêtaient une attention particulière aux prophéties de la Bible hébraïque.

Ce que la Bible dit – et ne dit pas –

De manière frappante, le Nouveau Testament est relativement silencieux sur la naissance virginale, sauf à deux endroits. Il n’apparaît que dans les évangiles de Matthieu et de Luc, écrits quelques décennies après la mort de Jésus.

Le livre de Matthieu explique que lorsque Joseph s’est fiancé à Marie, elle a été « trouvée enceinte par le Saint-Esprit ». L’auteur relie cette grossesse inattendue à une prophétie de l’Ancien Testament dans Ésaïe 7:14 , qui déclare que « la vierge concevra et enfantera un fils, et elle l’appellera Emmanuel ». Selon le prophète Isaïe, cet enfant serait un signe pour le peuple juif que Dieu le protégerait des puissants empires.

Maintenant, la majorité des premiers chrétiens en dehors de la Judée et dans tout l’empire romain ne connaissaient pas l’Ancien Testament dans l’hébreu original, mais plutôt une traduction grecque connue sous le nom de Septante . Lorsque l’Évangile de Matthieu cite Ésaïe 7:14, il utilise la Septante, qui comprend le terme « parthénos », communément compris comme « vierge ». Ce terme diffère de l’Ancien Testament hébreu, qui utilise le mot « almah », correctement traduit par « jeune femme ». La légère différence de traduction entre l’hébreu et le grec ne signifie peut-être pas grand-chose, mais pour les premiers chrétiens qui connaissaient le grec, cela a fourni une preuve prophétique de la naissance de Jésus de la Vierge Marie.

La croyance en la naissance virginale était-elle basée sur une erreur de traduction ? Pas nécessairement. De tels termes étaient parfois synonymes dans la pensée grecque et juive. Et le même mot grec, « parthenos », se trouve également dans la version de Luc de l’histoire . Luc ne cite pas la prophétie d’Esaïe 7:14. Au lieu de cela, cette version de l’histoire de la Nativité décrit l’ange Gabriel annonçant à Marie qu’elle accouchera même si elle est vierge. Comme dans la version de l’histoire de Matthieu, on dit à Marie que son bébé sera le « fils de Dieu ».

Humain et divin ?

Pour les premiers chrétiens, l’idée de la naissance virginale a mis fin à toute rumeur sur l’honneur de Marie. Cela a également contribué à leur conviction que Jésus était le Fils de Dieu et Marie la Mère de Dieu . Ces idées sont devenues encore plus importantes au cours du deuxième siècle, lorsque certains chrétiens débattaient des origines de Jésus : Est-il simplement né  un être humain mais est-il devenu le Fils de Dieu après avoir été baptisé ? Était-il un être semi-divin , pas vraiment humain ? Ou était-il à la fois pleinement divin et pleinement humain ?

La dernière idée, symbolisée par la naissance virginale, était la plus acceptée – et est maintenant la croyance chrétienne standard. Mais le silence relatif à ce sujet dans les premières décennies du christianisme ne signifie pas nécessairement que les premiers chrétiens n’y croyaient pas. Au lieu de cela, comme l’érudit biblique Raymond Brown l’ a également noté, la naissance virginale n’était probablement pas une préoccupation majeure pour les chrétiens du premier siècle. Ils ont affirmé que Jésus était le divin Fils de Dieu qui est devenu un être humain , sans essayer d’expliquer exactement comment cela s’est passé.

Racines gréco-romaines

Prétendre que quelqu’un est né divinement n’était pas un nouveau concept au cours du premier siècle, lorsque Jésus est né. De nombreux héros gréco-romains avaient des histoires de naissance divine. Prenez trois personnages célèbres : Persée, Ion et Alexandre le Grand.

L’une des plus anciennes légendes grecques affirme que Persée, ancien ancêtre du peuple grec, est né d’ une mère vierge nommée Danaë . L’histoire commence avec Danaë emprisonnée par son père, le roi d’Argos, qui la craignait car il avait été prophétisé que son petit-fils le tuerait. Selon la légende, le dieu grec Zeus s’est transformé en pluie d’or et l’a imprégnée .

Lorsque Danaë a donné naissance à Persée, ils se sont échappés et ont finalement atterri sur une île où il a grandi. Il est finalement devenu un héros célèbre qui a tué la Méduse aux cheveux de serpent, et son arrière-petit-fils  était Hercule , connu pour sa force et sa colère incontrôlable.

Le dramaturge Euripide, qui a vécu au Ve siècle avant JC, décrit l’histoire d’Ion, dont le père était le dieu grec Apollon. Apollo a violé Creusa, la mère d’Ion, qui l’a abandonné à la naissance. Ion a grandi sans connaître son père divin, mais s’est finalement réconcilié avec sa mère athénienne et est devenu connu comme le fondateur de diverses villes grecques de la Turquie moderne.

Enfin, selon les légendes, Zeus était le père d’Alexandre le Grand, le souverain macédonien qui a conquis son vaste empire avant l’âge de 33 ans. Alexandre aurait été conçu la nuit avant que sa mère ne consomme son mariage avec le roi de Macédoine, lorsque Zeus l’a imprégnée d’ un éclair du ciel . Philippe, le roi de Macédoine, a élevé Alexandre comme son fils, mais soupçonnait qu’il y avait quelque chose de différent dans sa conception.

Un type familier de héros

Dans l’ensemble, les histoires de conception divine étaient familières dans le monde méditerranéen antique. Au IIe siècle de notre ère, Justin Martyr, un théologien chrétien qui a défendu le christianisme, a reconnu ce point : cette naissance virginale n’aurait pas été considérée comme « extraordinaire » dans les sociétés familières avec les divinités gréco-romaines. En fait, dans une adresse à l’empereur romain Antoninus Pius et aux philosophes, Justin a soutenu qu’ils devraient tolérer la croyance chrétienne en la naissance virginale tout comme ils croyaient aux histoires de Persée.

L’idée du divin participant à la conception d’un enfant destiné à la grandeur n’aurait pas semblé si inhabituelle à un auditoire antique. De plus, l’interprétation des premiers chrétiens de la prophétie d’Ésaïe 7:14 de la Septante soutenait leur conviction que l’origine de Jésus n’était pas seulement divine, mais prédite dans leurs écritures prophétiques.

Rodolfo Galvan Estrada III

Professeur adjoint du Nouveau Testament, Vanguard University

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une