asd

COVID – 19

États-Unis : les Américains gardent espoir en la démocratie malgré les craintes de sa disparition

Le président Joe Biden convoquera les dirigeants mondiaux à partir du 29 mars 2023 pour discuter de l’état des démocraties dans le monde.

Le Sommet pour la démocratie, un événement virtuel co-organisé par la Maison Blanche, est présenté comme une opportunité de « réfléchir, écouter et apprendre » dans le but d’encourager le « renouveau démocratique ».

En tant que politologues , nous avons  fait quelque chose de très similaire. À l’automne 2022, nous avons écouté des milliers de résidents américains donner leur avis sur l’état de la démocratie américaine. Ce que nous avons constaté, c’est que, malgré les craintes généralisées quant à l’avenir de la démocratie, de nombreuses personnes ont également de l’espoir, et cet espoir s’est traduit par «voter pour la démocratie» en évitant les négationnistes aux urnes .

Notre étude – et en fait la poussée déclarée de Biden pour la démocratie – intervient à un moment unique de l’histoire politique américaine.

En tant que groupe, nous avons des décennies d’expérience dans l’étude de la politique et pensons que depuis la guerre civile américaine, il n’y a pas eu autant d’inquiétude que la démocratie américaine, bien que toujours en chantier, soit menacée . Les tendances des enquêtes indiquent une érosion de la confiance dans les institutions démocratiques. Et en plus de servir de rappel direct de la fragilité de notre système politique, l’attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole a suscité des inquiétudes quant au potentiel de recul démocratique aux États-Unis.

Craintes d’une démocratie défaillante

Les élections de mi-mandat de 2022 ont été le premier scrutin national à avoir lieu après l’attaque du 6 janvier. Le vote a fourni une bonne occasion de vérifier auprès des électeurs potentiels des États-Unis sur la façon dont ils percevaient les risques pour la démocratie.

Ainsi, à l’automne 2022, l’ African American Research Collaborative – dont l’un de nous est membre – a travaillé avec une équipe de partenaires pour créer le Midterm Election Voter Poll . Dans une enquête en ligne et par téléphone, nous avons posé à plus de 12 000 électeurs américains d’horizons divers une série de questions sur l’intention de vote et la confiance dans la politique nationale. Les répondants ont également été interrogés sur leur inquiétude quant à l’état de la démocratie américaine.

Sur une échelle de cinq points allant de « très » à « pas du tout », l’enquête demandait aux répondants à quel point ils étaient inquiets : « Le système politique aux États-Unis est défaillant et il y a de fortes chances que nous n’ayons plus de démocratie fonctionnelle dans les 10 prochaines années.

Environ 6 Américains sur 10 ont exprimé leur crainte que la démocratie soit en péril, 35 % se disant « très inquiets ».

Répartis par race et origine ethnique, les Américains blancs étaient les plus inquiets, 64 % exprimant une certaine inquiétude quant au fait que la démocratie est en péril. Les Noirs et les Latino-Américains étaient légèrement moins inquiets. Les Américains d’origine asiatique semblaient les moins inquiets, 55 % d’entre eux exprimant leur inquiétude.

Sur les 63 % de personnes interrogées qui ont exprimé leur inquiétude, plus de la moitié ont déclaré être « très inquiètes » que la démocratie soit en difficulté et qu’elle puisse bientôt prendre fin.

Ces préoccupations liées à la fragilité de la démocratie peuvent avoir un effet auto-entretenu ; le manque de confiance croissant des électeurs dans leur système peut accélérer l’effondrement du gouvernement qu’ils craignent.

Par exemple, les attitudes négatives à l’égard de la démocratie peuvent également déstabiliser les habitudes de vote – incitant certains à sauter complètement les élections tout en motivant d’autres à osciller entre les candidats et les partis politiques d’une élection à l’autre. Ce modèle de vote peut, à son tour, conduire à une impasse au sein du gouvernement ou pire : l’élection de politiciens cyniques qui sont moins capables – ou même désireux – de gouverner. C’est un processus que l’ancien représentant démocrate Barney Frank du Massachusetts a décrit en 2015 comme la « prophétie auto-réalisatrice du » gouvernement ne fonctionne pas « . »

Transformer l’espoir en action

Mais l’histoire qui a émergé de notre enquête n’est pas tout à fait sombre.

En plus de confirmer à quel point les Américains pensent que leur démocratie est en danger, les citoyens semblent espérer que leur système politique pourra se rétablir. Lorsqu’on leur a demandé: « Globalement, alors que vous votez en novembre 2022, vous sentez-vous principalement… », plus de 40% des répondants – quelle que soit leur race ou leur origine ethnique – ont déclaré qu’ils avaient « de l’espoir ».

En effet, «l’espoir» était de loin le sentiment le plus courant parmi les quatre émotions parmi lesquelles les répondants pouvaient choisir. « L’inquiétude » était la deuxième émotion la plus typique, avec 31 % de l’échantillon total la sélectionnant, suivie de la « fierté » et de la « colère ».

Plutôt que de se résigner à une démocratie perdue, les résultats indiquent que les électeurs d’un large éventail de milieux démographiques et politiques ont bon espoir que la démocratie américaine puisse surmonter les défis auxquels la nation est confrontée.

Les Noirs américains étaient parmi les plus optimistes (49%), juste derrière les Américains d’origine asiatique (55%), tandis que les Américains blancs étaient les plus inquiets (33%). Ces différences raciales et ethniques sont cohérentes avec les recherches récentes sur la façon dont les émotions peuvent façonner la politique.

Les résultats ont également un sens dans le contexte de la trajectoire des relations raciales aux États-Unis. Les Noirs ont subi le poids de ce qui se passe lorsque les forces autoritaires de ce pays ont prévalu. Ils ont souffert directement des actions anti-démocratiques utilisées contre eux, les privant du droit de vote, par exemple. Tout au long de l’histoire des États-Unis, les histoires de progrès racial révèlent souvent une lutte pour concilier les sentiments d’espoir et d’inquiétude – en particulier lorsque l’on pense à ce qu’est l’Amérique par rapport à ce que la nation devrait être.

Un tel espoir dans la démocratie s’est transformé en action. Les efforts pour contrer les tentatives dirigées par le GOP de supprimer les votes sont des signes encourageants de citoyens combattant les mesures antidémocratiques, tout en punissant les partis réputés les pousser.

Prenons l’exemple de la Géorgie, qui est « passée de républicain à démocrate » en grande partie à cause des efforts de mobilisation inlassables de la militante du droit de vote et politicienne démocrate Stacey Abrams . Lors des élections de mi-mandat, le candidat du GOP au Sénat, Herschel Walker, a sous-performé parmi les électeurs noirs, remportant moins de votes noirs que les candidats du GOP dans d’autres États.

La rupture du bastion républicain en Géorgie s’inscrit dans un thème plus large des électeurs noirs votant pour «sauver la démocratie », comme l’ont dit des universitaires écrivant pour le groupe de réflexion de la Brookings Institution. En rejetant les mesures antidémocratiques – et les représentants du parti tenus pour responsables – en Géorgie, « les Noirs étaient la solution pour une démocratie authentique ».

Les femmes noires méritent le plus de crédit ici, votant systématiquement pour des candidats pro-démocratie. Sans surprise, lorsqu’elle est ventilée par race et par sexe, notre enquête montre que les femmes noires sont les plus optimistes (56%), loin devant les hommes blancs (43%), les hommes noirs et les femmes blanches à 42%.

Une démocratie, à conserver pour de bon.

La démocratie est depuis longtemps un idéal chéri aux États-Unis, mais un idéal qui, dès la fondation du pays, était perçu comme fragile.

Lorsqu’on lui a demandé sur quel type de système politique les Pères fondateurs s’étaient mis d’accord lors de la Convention constitutionnelle de 1787 , Benjamin Franklin a répondu de manière célèbre : « Une république, si vous pouvez la garder ».

Tout en reconnaissant que le succès de notre gouvernement n’est pas promis, les paroles de Franklin rappellent que les citoyens doivent travailler sans relâche pour maintenir et protéger ce que prévoit la Constitution. Ce que nous avons découvert, à la fois de notre enquête et de la façon dont les gens ont voté, c’est que les Américains envoient un message clair qu’ils soutiennent la démocratie et combattront les mesures antidémocratiques – quelque chose que les politiciens de tous les partis pourraient gagner à écouter si nous voulons garder notre république.

Ray Block Jr.

Brown-McCourtney Professeur de développement de carrière à l’Institut McCourtney et professeur agrégé de sciences politiques et d’études afro-américaines, Penn State

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une