asd

COVID – 19

DRC / Uvira : Les défis et enjeux de la sucrerie du Kivu, ex-Sucrerie de Kiliba

Après 25 ans d’inactivité, l’usine a produit hier samedi, 20 mars 2021 son premier sac de sucre issu de ses propres cannes à sucres.

Historique

L’actuelle Sucrerie du Kivu (l’ancienne Sucrerie de Kiliba) a été créée en 1956 par le Baron Kronacker (citoyen de nationalité belge). La superficie du domaine de la Sucrerie du Kivu est de 7.618 hectares dont la majeure partie est marécageuse. Elle avait atteint, une seule fois, un record de 21.000 tonnes de sucre par saison (annuelle). Pendant les autres années, sa production variait entre 15.000 et 19.000 tonnes.

A cause de la mégestion des dirigeants de la 2ème République, la production ne faisait que chuter jusqu’à atteindre 900 tonnes en 1996 ; l’année au cours de laquelle la société a dû arrêter ses activités, car ne pouvant plus faire face à la conjoncture. Cela a coïncidé avec l’avènement de l’AFDL et le départ de la plupart des cadres de l’entreprise. Et depuis cette usine était à l’arrêt.

En raison de la mauvaise gestion des dirigeants de la 2e République, la production ne faisait que chuter jusqu’à 900 tonnes en 1996 ; l’année au cours de laquelle l’entreprise a dû cesser ses activités car elle ne pouvait plus faire face aux contraintes financières. Cela coïncide avec l’avènement de l’AFDL et le départ de la plupart des dirigeants de l’entreprise.

Et depuis cette usine était à l’arrêt.

Première tentative de relance

Ce n’est qu’en 2009 que l’Etat congolais, à travers le ministère de l’Agriculture, tentera de relancer l’entreprise en finançant seule la préparation de la pépinière de 200 hectares, tout en faisant appel à ses 2 co-actionnaires, KOTECHA et SUCRAF, qui n’avaient pas répondu favorablement à plusieurs appels de fonds pour la relance.

C’est ainsi que l’Etat congolais sera obligé d’engager une procédure de dissolution et de liquidation de l’entreprise, afin de trouver un nouvel investisseur capable de relancer cette entreprise très importante. « SUPER GROUPE D’ENTREPRISES », un grand groupe tanzanien, plein d’expérience dans le domaine du sucre et qui a sauvé deux autres sucreries en Tanzanie, qui se trouvaient dans une situation similaire à celle de la Sucrerie de Kiliba gagnera ce marché.

Malheureusement, entre 2012-2013, la relance a connu des difficultés en raison de la mauvaise application du partenariat public-privé signé avec le groupe tanzanien.

Ce n’est qu’en 2017 que le groupe va relancer le processus de réhabilitation de la Sucrerie du Kivu par ses fonds propres :

– Dans son agenda, les travaux de mise en place d’une nouvelle pépinière (350 hectares) des cannes à sucre importées à partir de Kagera Sugar en Tanzanie, qui a servi à l’extension de la culture de canne sur 3.500 hectares.

– Parallèlement, des ingénieurs industriels arriveront pour réparer et réhabiliter l’usine sucrière, qui a été entièrement rénovée et modernisée.

3 ans après, les résultats sont là !

Les enjeux

L’industrialisation du Kivu est vue comme l’un des moyens qui pourrait apporter une solution à l’insécurité qui persiste dans ce merveilleux coin du pays. Plus de cinq mille cadres sont produits chaque année sans accès aux capitaux pour l’entrepreneuriat ou la perspective d’emploi. C’est en soi le plus grand défis et danger pour toute la nation.

Il ne s’agit donc pas de combien de sacs la sucrerie du Kivu produire, mais plutôt de combien d’emplois elle va créer. Et surtout, cette fois, combien de temps elle restera ouverte.

Séraphin Mongane Nshakali /Correspondant/Sud-Kivu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une