asd

COVID – 19

Vietnam : Question de leadership non résolue

Le 13e Congrès national du Parti communiste vietnamien (CPV) s’est achevé le 1er février à Hanoi. Quatre développements notables sont apparus qui joueront un rôle dans la formation de l’avenir de la politique intérieure vietnamienne.

Premièrement, le CPV a conclu son congrès national le plus opaque et le plus calme depuis 1991, malgré d’intenses discussions internes. Contrairement aux congrès précédents du parti, il y a eu peu de fuites, pas de pétitions, pas de lettres ouvertes aux dirigeants et peu de rumeurs,d’insinuations ou d’échanges houleux sur les médias sociaux. Le parti s’est avéré être en contrôle ferme de la situation.

Deuxièmement, la tentative de combiner les fonctions du secrétaire général du parti et du président de l’État entre les mains d’un seul homme semble avoir été abandonnée. Au lieu de cela, le Congrès a favorisé un retour à la formule à quatre piliers, où la haute direction est partagée entre le secrétaire général du parti, le président de l’État, le Premier  ministre et le président de l’Assemblée nationale. Ce mécanisme prévoit des freins et contrepoids qui assurent la négociation et le compromis dans le processus décisionnel , mais il ne permet pas des actions rapides et décisives. En plus de la rigidité de l’idéologie sous un système autoritaire, l’absence d’un homme fort peut être un obstacle à des réformes politiques révolutionnaires. Peut-être que la domination dans le nouveau politburo des membres formés à l’idéologie communiste et à la sécurité publique n’augure rien de bon pour les attentes de libéralisation politique.

Troisièmement, Nguyen Phu  Trong conservera  son poste de secrétaire général, Pham Minh  Chinh  devrait être premier ministre, Nguyen Xuan  Phuc  devient président de l’État et Vuong  Dinh Hue président de l’Assemblée nationale — comme prévu, aucun des postes de direction ne sera occupé par un sudiste. Cela signifie que la pratique traditionnelle consistant à élire un sudiste à l’une des quatre premières positions de direction nationale sera abandonnée pour la première fois depuis 1991.

Le quatrième développement significatif est que Nguyen Phu  Trong a été réélu pour un troisième mandat sans précédent en tant que Secrétaire général du CPV, faisant de lui le secrétaire général le plus ancien depuis Le Duan. Le fait que  Trong ait reçu deux considérations particulières — en 2006 pour l’exception d’âge et en 2021 pour la limite de mandat — prouve qu’il est la personne la plus puissante du pays et, à l’heure actuelle, irremplaçable.

Nguyen Phu  Trong n’avait pas réussi à promouvoir un successeur pour un départ. Son proche confident Tran Quoc  Vuong,qui était le  favori pour  lui succéder, n’a pas reçu une attention particulière pour son âge comme Trong   et Phuc et a été retiré à la fois du Politburo et du Comité central du 13e Congrès du Parti. Après avoir échoué à  promouvoir Dinh  Le Huynh et Tran Quoc  Vuong, la question est de savoir si Trong  aura assez de temps pour toiletter et réussir à passer le manteau de leadership à un successeur choisi.

Trong a été en mesure de placer un certain nombre de ses proches collaborateurs dans le nouveau politburo, y compris beaucoup qui ont travaillé directement sous sa direction au sein du Comité directeur central pour la prévention et le contrôle de la corruption. Cela renforce sa position de pouvoir. En outre, il y a des membres du politburo qui connaissent l’idéologie communiste, des membres ayant une formation en sécurité publique et en sécurité intérieure des partis, ainsi que ceux qui ont une formation et une expérience économiques.

Avec une telle expertise, il semble que le nouveau politburo soit capable de mettre en œuvre les tâches définies par le parti dans les années à venir, à savoir lutter contre la corruption, maintenir l’engagement idéologique, purifier le parti d’éléments « auto-transformés », prévenir « l’évolution pacifique », assurer la stabilité politique et promouvoir le développement économique.

Le Politburo a une nouvelle « graine rouge » (enfants de hauts dirigeants toilettés pour des postes élevés): Tran Tuan Anh. Il est ministre du Commerce et de l’Industrie et fils de l’ancien président de l’État Tran Duc Luong. Récemment promu à la tête de la Commission économique centrale, Anh est le seul membre politburo, à l’exception de  l’actuel ministre des Affaires étrangères, qui a formé et travaillé dans la diplomatie. Il pourrait être candidat potentiel au poste de ministre des Affaires étrangères après la fin du second mandat de Pham Binh  Minh, à moins que les dirigeants du parti ne veuillent déclasser l’apport du ministère des Affaires étrangères qui tend à être plus libéral et moins doctrinaire dans le politburo.

Vo Van Thuong,membre du Politburo,un homme qui a travaillé pendant des années dans des emplois idéologiques, est un cas intéressant. Il était le plus jeune membre élu au politburo précédent et a été affecté à la tête de la Commission de propagande et de formation du parti. Réélu au Politburo en 2021,  Thuong est toujours le plus jeune membre et a été presque immédiatement promu secrétaire exécutif du Secrétariat du Comité central, un poste après le Secrétaire général Nguyen  Phu  Trong. Thuong  reprend la position de  Dinh  Le Huynh et Tran Quoc  Vuong, qui ont été sans succès sollicités par  Trong  pour être son successeur possible.

Pham Minh Chinh est  apparu comme une nouvelle star. En tant que chef de la Commission de l’Organisation centrale,  Chinh était en charge du personnel du parti et a obtenu le soutien de nombreux membres du Comité central. Le classement de Chinh  est passé de neuf à trois dans le nouveau politburo, derrière seulement le Secrétaire Général Nguyen  Phu  Trong et le Premier Ministre Nguyen Xuan  Phuc. Chinh  devrait remplacer  Phuc qui deviendra président de l’État.

Chinh est également un candidat potentiel pour succéder au Secrétaire général  Trong   lorsque Trong  quittera son poste. Dans ce cas,  Chinh aura atteint une position que ses prédécesseurs – Nguyen Tan Dung et Nguyen Xuan  Phuc – voulaient mais n’ont pas obtenu.

La question est de savoir si Trong  veut et a assez de temps pour toiletter Chinh afin de gérer les rôles de secrétaire général et président d’État.

Hung Nguyen est professeur émérite de relations gouvernementales et internationales à l’Université George Mason aux États-Unis (traduit en Français par Jay Cliff)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une