asd

COVID – 19

RDC – Famine : Le gouvernement congolais et les Agences des Nations Unies se frottent déjà les mains

Le Programme alimentaire mondial et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture tirent la sonnette d’​alarme que la RDC a « le plus grand nombre de personnes ayant un besoin urgent d’aide alimentaire dans le monde ». Et la situation empire.

Les tensions dans le monde se refroidissent alors que l’économie occidentale et le président Tshisekedi ont besoin d’un coup de pouce. Cette annonce pourrait en effet être la solution pour eux.

Le coupable de la tragédie n’est ni le conflit décrié ni les effets économiques de la pandémie COVID-19, comme ces organisations veulent que le monde le croie. C’est plutôt le miroir d’une absence persistante de sécurité sociale et économique pour les Congolais.

Le problème ainsi défini conduirait à une approche durable pour atténuer la crise. Au lieu de déverser des aliments et des consultants dans les zones les plus touchées, l’argent devrait être donné directement aux individues et aux familles congolaises qui achèteraient la nourriture sur place, ce qui à son tour stimulerait l’économie locale ou les entrepreneurs locaux.

Il est difficile de voir cela se produire vu la nature des principaux acteurs, le gouvernement congolais et les Agences des Nations Unies, et les appétits des acteurs sociaux et économiques locaux ravis de miettes.

Là encore, comme à Beni en ce moment, influencer les politiques et les agendas internationaux, indépendamment de ce que le gouvernement fait ou ne fait pas, est une pratique que les Congolais appliquent de plus en plus dans de nombreux endroits du pays.

Jo M. Sekimonyo

Auteur, économiste politique et philosophe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une