asd

COVID – 19

Paraboles bibliques, justice sociale et méritocratie

Il y a beaucoup de paraboles qui sont racontées dans les Evangiles. Il y en a deux en particulier qui nous intéressent aujourd’hui : l’une d’elles engendre la suspicion et l’étrangeté, et engendrerait le rejet si ce n’était à cause de Jésus-Christ lui-même. L’autre, en revanche, est généralement comprise et soutenue par la majorité des gens.

Pour le bien commun

Dans la parabole des vignerons , un vigneron recrute plusieurs ouvriers tout au long de la journée pour ramasser les raisins. Dès le matin, il sort en ville et engage une bande, leur offrant un denier ; à midi, il sort à nouveau, et ainsi de suite trois fois jusqu’à la fin de l’après-midi, engageant à chaque fois des groupes différents.

À la fin de la journée, le propriétaire paie à chacun un denier. Ceux qui sont embauchés au petit matin trouvent injuste de recevoir la même rémunération que les autres, mais le propriétaire répond qu’il a agi équitablement et qu’il est libre de payer ses journaliers comme bon lui semble, tant qu’il respecte ce qui a été convenu.

Cette parabole accorde peu d’importance à l’idée de mérite et pourrait plutôt être associée au communautarisme . L’épisode illustre l’idéal redistributif selon lequel, tant que la compensation est raisonnable, on peut discriminer afin de parvenir à une communauté plus égalitaire, indépendamment de l’effort individuel. Dans un sens analogue, par exemple, les impôts progressifs exigent également des cotisations plus élevées de ceux qui gagnent le plus, même s’ils travaillent plus dur.

Pour le confort des convertis tardifs, la parabole a également été interprétée comme une illustration que ceux qui se repentent au dernier moment peuvent également atteindre la vie éternelle.

Le plus grand bénéfice

La parabole des talents raconte comment un homme d’affaires qui doit s’absenter distribue son argent entre trois de ses ouvriers : il donne les cinq premiers talents –la monnaie en usage–, les deux seconds et le troisième. Au bout d’un moment, l’homme revient et demande des comptes à ses employés. Les deux premiers ont investi et doublé les sommes perçues et le propriétaire les vante comme de bons et fidèles serviteurs . Mais le troisième, effrayé par les exigences de son seigneur, a enterré le talent de peur de le perdre. L’homme d’affaires s’en prend à lui, l’accuse d’être méchant et paresseux et lui enlève son talent. La parabole se termine par une phrase énigmatique :

« A ceux qui ont, on donnera plus, et à ceux qui n’ont pas, on enlèvera même ce qu’ils ont. »

Cette narration semble refléter le sentiment libéral, l’idéal de la méritocratie : les gens sont récompensés en fonction de leurs efforts, de leurs capacités, de leur dévouement et de leur ingéniosité, et ceux qui n’ont pas su tirer profit de leurs talents sont punis. La base de la rémunération est le mérite personnel, compris comme des décisions ou des actions méritant une récompense ou une punition.

L’épisode pourrait plutôt s’appeler la parabole des entrepreneurs , car la prise de risque, l’esprit d’entreprise et la recherche de croissance priment sur l’épargne, la routine et l’inertie.

Curieusement, l’Église catholique utilise aussi l’expression bon et fidèle serviteur pour désigner ceux qui ont été béatifiés.

Redistribution et reconnaissance

Du point de vue du mérite, les deux paraboles peuvent être interprétées comme des réponses alternatives à des questions philosophiques et sociales fondamentales : comment répartir les ressources disponibles dans la société, quels devraient être les critères pour établir des impôts ou pour reconnaître et récompenser la contribution des individus à la collectif. .

Celle des vignerons représente la conception libérale, qui à son degré maximum s’appelle le libertarianisme. Celui des talents est une expression du communautarisme qui, dans une interprétation extrême, relève de la pensée marxiste ou communiste. Dans le continuum entre liberté et égalité, deux pôles habituellement en conflit, il y a place pour des options modérées. Il est possible qu’une approche équilibrée soit ce qui rend une société durable, cohérente et plus juste. Comment résoudre la tension entre cette dualité de valeurs ?

Agir bien

Un exercice basé sur les dernières technologies disponibles pourrait nous aider à trouver une solution.

Imaginez que vous soyez choisi pour discuter et approuver les principes de répartition des actifs et d’établissement des obligations dans une entreprise. Le processus se déroulerait dans le métaverse pour séparer les participants de leur situation – famille, travail, intérêts – et ils peuvent penser de manière générique, en tenant compte de toute l’humanité.

C’est une perspective similaire à celle qu’Emmanuel Kant proposait avec son impératif catégorique : faites en sorte que votre comportement dans une situation concrète puisse devenir une norme universelle.

Une théorie de la justice

Cet exercice dans le métaverse est très similaire à ce que John Rawls , l’un des philosophes contemporains les plus influents, a exposé dans sa théorie de la justice (1972), comme une procédure pour établir les principes de base qui doivent régir une société démocratique.

Rawls a proposé une position originale , dans laquelle les participants ne savent pas quel genre de vie ils vont vivre, quels talents, limites, maladies, richesses, chance ou malheurs ils vont connaître dans le futur. Ils sont derrière ce que Rawls appelle le voile de l’ignorance , qui les rendrait prudents et soutiendraient des décisions qui profitent à tous, puisqu’il y a une probabilité que leur existence soit comparativement pire que celle des autres : maladie, pauvreté, malheur.

Dans cette position originale , les participants trouveraient un système qui serait aussi juste que possible car ils ne savent pas comment ils vont faire dans la vie mais ils veulent être heureux. Les principes qui résulteraient de ce processus, et qui régiraient les institutions sociales, seraient, selon le philosophe nord-américain, fondamentalement trois :

  • La maximisation de la liberté des individus, limitée uniquement pour préserver précisément cette liberté. Par exemple, des interdictions pourraient être imposées aux partis politiques qui nient les libertés fondamentales ou proposent la suppression du système politique par la force.
  • L’égalité pour tous, n’autorisant que les discriminations qui profitent aux plus défavorisés de la société, ce que Rawls appelle le principe de différence . Par exemple, la mise en place d’impôts progressifs pour redistribuer la richesse.
  • L’égalité juste, c’est-à-dire l’élimination de l’inégalité des chances générée par des facteurs liés à la naissance ou à la richesse. Par exemple, je comprends que Rawls serait contre l’admission de candidats dans les universités nord-américaines par voie de legs (enfants d’anciens étudiants ou donateurs).

La proposition de Rawls, qualifiée d’égalitarisme , a le mérite de s’être imposée comme une théorie complète de la justice et de générer l’un des débats philosophiques les plus intenses de ces dernières décennies.

Cependant, sa contribution a également été critiquée. La plus évidente est peut-être celle qui demande pourquoi accepter les accords de ceux qui étaient dans la position d’origine s’ils n’y ont pas participé. Il serait même possible de nier ces accords même si on y avait participé : connaître la réalité ultérieure pourrait conduire à remettre en cause toute la procédure.

Quelque chose de similaire se produit avec des contrats similaires qui sont présumés à vie : il y a des divorces, même si le mariage est présumé à vie.

Des accords adoptés sous le voile de l’ignorance pourraient aussi être réfutés en raison d’imprévus qui changent notre vision du monde. Avons-nous le droit à l’égoïsme dans la maturité si nous avons été généreux dans la jeunesse ?

Aux yeux de Thomas Nagel , la proposition rawlsienne est une théorie très étroite de la justice. Ses principes de base sont si génériques qu’ils demandent à être développés pour être appliqués à des décisions concrètes, et c’est là que le diable du détail génère contradictions et incohérences.

D’autre part, il y a des questions liées à la justice sociale qui ne pourraient être tranchées avec de tels principes. La plupart des constitutions démocratiques ont un article beaucoup plus étendu, et encore insuffisant, pour résoudre de nombreux dilemmes sociaux.

En quête d’égalité

Rawls a essayé de corriger les conditions, personnelles ou environnementales, qui déterminent l’avenir des gens. Selon lui, laisser ceux qui ont eu la star d’être plus talentueux accumuler des actifs, sans aucune redistribution, doublerait l’effet d’un accident naturel : être plus intelligent, plus extraverti ou plus beau, facteurs qui contribuent à la réussite personnelle. Pour cette raison, il module les espaces de liberté et d’égalité des chances en faveur d’une plus grande égalité réelle, notamment pour les plus défavorisés.

La théorie de la justice de Rawls est à l’origine des conceptions communautariennes actuelles, qui placent l’équilibre social et la fonction redistributive de l’État et des institutions avant la primauté de l’individualisme et du mérite personnel.

L’un de ses représentants est Michael Sandel , qui défend la modification des systèmes d’admission des grandes universités nord-américaines, arguant que le prétendu mérite qui fait que la plupart des candidats méritent une place est le résultat, fondamentalement, de l’environnement social dans lequel ils ont né.

Rawls souscrirait peut-être à la parabole des vignerons et désapprouverait celui des talents. Comme pour sa position d’origine , le reste d’entre nous manque d’arguments pour prendre parti et nous façonnons notre conception de ce qui est juste et mérité tout au long de notre vie.

Santiago Iñiguez de Onzoño

Président Université IE, Université IE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une