asd

COVID – 19

RDC : les chefs d’Etat passés et actuels ont tous profané la tombe de Keynes

Dans l’espace du capitalisme, c’est John Maynard Keynes qui est le plus connu pour avoir fortement préconisé les dépenses publiques pour atténuer les ralentissements des cycles économiques. L’incertitude oblige les particuliers et les entreprises à cesser de dépenser et d’investir ; par conséquent, il a vu que le gouvernement devait intervenir et dépenser l’argent pour remettre l’économie sur les rails. Dans un sens, cela signifie que plus le gouvernement dépense, plus l’économie va croître.

Ce concept a révolutionné la pensée économique, mais a également été utilisé à plusieurs reprises comme remède aux chocs économiques affectant les pays du monde entier, depuis la Grande Dépression.

Keynes au 21ème siècle

Aux États-Unis, le président Biden a donné vie à un élément clé de son programme de dépenses intérieures. Il a annoncé un financement de plus de 185 milliards de dollars pour plus de 6 000 projets à l’échelle nationale pour reconstruire des routes, des ponts, des ports et des aéroports, améliorer les transports publics et les systèmes ferroviaires et fournir un accès Internet haut débit. débit abordable pour chaque famille américaine.

Dans son intégralité, la loi sur les infrastructures projette un total de 1,5 milliard de dollars au cours des cinq prochaines années avec la perspective supplémentaire de créer des emplois bien rémunérés et d’injecter des fonds dans les économies locales.

Cependant, Biden n’est pas le seul à appuyer sur ce bouton spécial, s’engageant à d’importantes dépenses publiques dans les infrastructures pour donner un coup de pouce à l’économie de leur pays. La France, le Royaume-Uni et tout comme d’autres pays du meilleur hémisphère font des folies dans la même direction.

Les Congolais pourraient scander naïvement que la meilleure partie du globe a copié soit Kabila avec ses fameux « 5 chantier » soit Tshisekedi avec son « projet Tshilejelu » et « PDL 145 Territoires », selon la tribu dont ils sont issus. Mais on sait combien ceux-ci se sont avérés être des déceptions pour les Congolais et un énorme gaspillage criminel des deniers publics.

Il peut donc être déroutant de savoir si l’utilisation du même ingrédient est un médicament pour le monde développé ou un poison pour les tiers-mondistes.

Prémisse idéologique

Karl Marx a déclaré que les crises récurrentes du cycle économique étaient inévitables et il a pointé du doigt avec colère le système capitaliste.

Qui est le coupable fait l’objet de débats longs et frénétiques. Mais même en tenant compte du choc économique induit par le covid-19, Marx semble avoir fait mouche sur la notion de fatalité. C’est-à-dire que même si ça marche bien dans le ventre du capitalisme, de temps en temps ça va casser, une sorte de constipation économique. C’est dans cet amalgame de commentaires que Keynes a prescrit le remède.

En revanche, premier faux pas, de Mobutu, en passant par Kabila à Tshisekedi, ils ont cherché à appliquer le même remède pour guérir la nation de l’état primitif de pauvreté et de richesse. La prémisse n’est pas la même. Et donc, la maladie n’est pas la même.

La bougie

Ce voyage dans la sphère de l’économie politique est abrégé en MKS. Puisque M se révèle déjà comme Marx et K comme Keynes, il ne reste que S.

Là où Marx jure que les choses continueront d’exploser de temps en temps, Keynes ne voit pas qu’un gouvernement passera une éternité à dépenser des sommes énormes pour amortir le choc parce qu’il a vu que tôt ou tard les choses s’arrangeraient avec la certitude de S, Schumpeter.

Schumpeter a jusqu’à présent raison de nous dire de ne jamais paniquer car l’innovation industrielle et les nouvelles technologies transforment constamment les marchés de l’intérieur, brisant l’ancienne structure et en créant une nouvelle. Le monde a connu un flux constant de révolutions et d’innovations qui ont sauvé la situation.

Malheureusement, pour une nation du tiers monde comme la RDC, il n’y a jusqu’à présent aucun aperçu clair d’un tunnel de lumière. Le tunnel sombre semble n’avoir aucune fin. Ici, il est dû à l’inexistence d’un écosystème adéquat ou à l’orientation appropriée des dépenses publiques pour le générer.

Le mauvais cycle

Pour aider à arrêter cette folie, les erreurs doivent être mises de la manière la plus digeste.

Il convient de noter qu’un médicament pour une maladie peut très bien en traiter une autre. Minoxidil pour la pelade fonctionne bien pour l’hypertension artérielle.

Il convient également de souligner qu’il y a de nombreuses indications que les pays développés étaient déjà en difficulté avant que le covid19 ne frappe. Ils utilisent ensuite Keynes pour faire des folies sur les économies de leurs nations avec des milliards de dollars en espérant que l’oracle de Schumpeter se manifeste suffisamment pour sauver la situation.

Aujourd’hui, les pays les plus développés sont aussi les plus endettés. Je veux dire, des billions de dollars de dettes tout en ayant un système écosystémique dans lequel des milliardaires surgissent chaque jour. N’est-ce pas quelque chose d’énigmatique ?

Au fil du temps que Keynes est de plus en plus utilisé par le monde développé comme prétexte pour appuyer sur le bouton rouge qui est devenu un moyen de tricherie.

Cependant, il faut d’abord dire que la motivation du président américain Joe Biden est bien différente et mûre de celle des chefs d’Etat qu’a connu la RDC, notamment l’actuel, Félix Tshisekedi. Il en va de même pour la qualité et la modernité des aspirations américaines vis-à-vis des Congolais en RDC et pour la plupart de la diaspora.

Le remède de Keynes ne s’agit donc pas de savoir combien l’Etat doit dépense, mais plutôt de savoir comment.

Les Américains ne donneront aucun contrat aux Chinois pour construire leurs infrastructures et vice versa. De plus, l’État ne va pas se mettre à construire des routes et des ponts. Sinon, le point clé des dépenses publiques pour manufacturer un écosystème qui engendre des emplois bien rémunérés pour ses citoyens est dévalué, voire perdu. Même en Chine, l’astuce consiste à favoriser les entreprises privées.

En fin de compte, générer un monde dans lequel les MKS sont tous pertinents, c’est comme construire une bombe nucléaire. Elle n’est ni donnée ni permise à toutes les nations. Et donc, dans sa poursuite, au lieu de la permission, l’expertise est essentielle, tout comme la qualité de la motivation.

Par expertise, ce n’est pas un diplôme universitaire mais plutôt un intellect. Et par la qualité de sa motivation, ce n’est pas non plus un orateur doué ou un leader ferme, mais la soif sophistiquée d’être moderne.

Faire le contraire, ou continuer obstinément à appliquer les conclusions héritées au lieu d’essayer d’arriver à de nouvelles conclusions sur la façon de guérir la nation de la misère et de la vie primitive, c’est rester dans la boucle du cycle de l’économie coloniale pour l’éternité.

Jo M. Sekimonyo

Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

1 COMMENTAIRE

  1. L’ État rentier est plus préoccupé par de dérivés des ressources au profit de la classe dirigeante que de se prêter aux Aléas du Paris sur le futur que constitue l’initiative entrepreneuriale. L’Etat contribué sans doute à donner jusqu’ici, un profil déformé du créateur d’entreprise. Celle -ci apparaît en définitive, comme une émanation de la puissance publique. La transformation de L’Etat en un État de droit est de nature à faire évoluer sensiblement ces paradigmes .L’ État en tant que capteur de rente par les biais de protections politiques administrative et douanières, par les traverses corruptrice de la dêfiscalisation ou de la concession privilégiée des marchés publiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une