asd

COVID – 19

La RDC peut-elle construire sa propre bourse ?

Actuellement, il existe 29 bourses, dont deux bourses régionales, sur le continent africain. Plusieurs pays ont soit leurs propres marchés boursiers, soit appartiennent à une bourse régionale, ce qui alimente leur économie et offre aux particuliers un moyen d’investir dans l’avenir de leur pays.

La République démocratique du Congo (RDC) n’en fait pas partie. C’est quelque chose que le professeur adjoint invité d’économie de l’Université de Binghamton, Charles Sebuharara, aimerait voir changer.

Le 13 novembre, il a donné sa première conférence publique internationale sur les marchés boursiers et comment ils pourraient être introduits en RDC. Elle s’est déroulée sur Zoom depuis le sous-sol de son domicile et en français, l’une de ses langues maternelles.

Sebuharara est originaire de la RDC et a obtenu sa licence en gestion financière à l’Université de Kinshasa. Après avoir obtenu sa maîtrise puis son doctorat en économie à Binghamton en 1991 et 2005, respectivement, il a passé deux ans à enseigner à la School of Management de l’Université de Binghamton avant de se diriger vers Virginia Tech pour des études postdoctorales en finance. À la fin de ce programme d’études, il a enseigné au département des finances de Virginia Tech et à la Wake Forest University’s Business School, avant de retourner à Binghamton en 2014. Sebuharara est actuellement également membre du comité consultatif d’investissement de SEED Planning Group, LLC. ., une société financière locale.

Sebuharara a organisé la conférence à la demande de certains de ses anciens collègues en RDC. Il s’inspire en partie des conclusions de son travail de thèse de premier cycle sur le crédit bancaire et les investissements, et de ses travaux d’enseignement et de recherche de troisième cycle, y compris sa thèse de doctorat sur les aspects de la macroéconomie et des réformes financières dans les pays en développement. Sa conférence a été suivie par un public diversifié de la RDC, des États-Unis et du Canada, y compris des professeurs, un cadre de banque et un sénateur du Congo, ainsi que le président national du conseil comptable de ce pays.

Ancienne colonie belge, la RDC possède une variété de ressources naturelles, ainsi que des personnes bien éduquées et talentueuses, a souligné Sebuharara.

« Au Congo, vous avez beaucoup de gens brillants avec de grandes idées – des entrepreneurs – mais malheureusement, le pays manque d’un système solide qui peut les aider à mettre en œuvre ces idées et les amener à des niveaux encore plus élevés de réussite commerciale », a-t-il déclaré.

Planter les graines

Avant que Sebuharara ne s’installe aux États-Unis, il a travaillé pour la Banque centrale du Congo, où il a été parmi les premiers membres du personnel responsables de la mise en œuvre de l’opération des premiers bons du Trésor, qui aurait pu devenir le précurseur d’un véritable marché des valeurs mobilières en RDC. L’initiative s’est avérée infructueuse. L’une des raisons, a déclaré Sebuharara, est que la RDC manque d’un marché secondaire où les obligations nouvellement émises peuvent être librement négociées ; un tel marché créerait de la liquidité, une caractéristique importante de tout marché de valeurs mobilières qui fonctionne bien.

Pour stimuler l’investissement, le pays doit d’abord créer les conditions d’un environnement économique et d’une infrastructure institutionnelle adéquats. Cela inclut le cadre juridique nécessaire pour protéger les droits de propriété et faire respecter les contrats. La profession comptable doit également être impliquée, puisqu’elle doit être en mesure d’auditer les sociétés qui choisissent d’être cotées sur le marché boursier émergent. Les collèges et les universités devront également élaborer des programmes pour former les investisseurs potentiels, les régulateurs, les futurs conseillers financiers et autres professionnels de l’investissement.

À la base, un marché des valeurs mobilières qui fonctionne bien repose sur la transparence, a souligné Sebuharara.

« Même ici aux États-Unis, lorsque les entreprises deviennent publiques, elles doivent déposer des rapports auprès de la Securities and Exchange Commission, où elles doivent divulguer des informations sur leurs activités, leurs opportunités, les risques et leurs finances ; c’est ainsi que les gens peuvent gagner confiance dans le système », a-t-il déclaré.

Si la création d’un marché boursier n’est pas une tâche facile, c’est certainement dans le domaine du possible : certains des marchés boursiers en Afrique ont été établis dans des pays plus petits que la RDC en termes de taille, de population et d’économie.

Le marché boursier américain lui-même a connu des débuts modestes il y a plus de deux siècles et ne concernait initialement qu’un petit groupe de personnes et d’entreprises, a déclaré Sebuharara. Au fil des ans, il s’est développé et a subi les révisions nécessaires des lois et règlements financiers.

« Ce n’était pas parfait quand ça a commencé et ce n’est pas parfait non plus aujourd’hui, mais il y a eu beaucoup d’améliorations », a-t-il déclaré.

Les marchés boursiers et la finance en général peuvent aider les individus et même les nations à atteindre des objectifs humanitaires plus vastes. Sebuharara pense souvent à l’entrepreneur américain Charles Feeney, qui a fondé les boutiques hors taxes que l’on trouve couramment dans les aéroports. L’idée a fait de lui un milliardaire, mais le but de Feeney dans la vie était de donner la plupart de cet argent avant sa mort. Au total, il a donné plus de 8 milliards de dollars tout en évitant la publicité et a inspiré d’autres entrepreneurs-philanthropes, tels que Warren Buffet et Bill Gates.

« Il a vécu une vie très modeste et a fait des dons à de nombreuses organisations caritatives – mais pour y parvenir, vous devez d’abord gagner de l’argent », a déclaré Sebuharara.

C’est pourquoi l’établissement d’un marché boursier ou boursier pourrait changer la donne au Congo. Alors que le pays n’est peut-être pas complètement prêt maintenant, Sebuharara espère que les responsables commenceront le processus de planification pour planter les graines pour l’avenir.

« Ce type de système peut aider le pays à long terme, non seulement en aidant le gouvernement à mobiliser des ressources pour d’importants programmes de développement en permettant aux entreprises et aux sociétés en démarrage de lever des financements indispensables pour se développer – ce qu’elles n’auraient peut-être pas pu d’élever autrement – mais aussi en donnant aux gens la possibilité d’investir dans leur propre pays, d’améliorer le bien-être de leur famille et de développer l’économie », a-t-il déclaré. « Cela peut potentiellement sortir de nombreuses personnes de la pauvreté. »

Jennifer Micale – BingUNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une