asd

COVID – 19

La prochaine rupture dans l’éducation? L’Éducatron ou machine à apprendre

Supposons que le développement de l’intelligence artificielle ait engendré une machine aux effets prodigieux sur l’éducation et le développement personnel. La machine, qui a été baptisée du nom d’Educatron, est un formidable accélérateur du processus d’apprentissage qui fournit rapidement à ses utilisateurs des connaissances qui, traditionnellement, prenaient une vie à acquérir.

À l’extérieur, l’Educatron a une surface polie, avec des parois en titane, avec une forme similaire à celle des anciennes cabines téléphoniques et une porte automatique pour accéder à son intérieur.

La machine à apprendre

L’appareil est piloté numériquement à partir d’un panneau de contrôle interne et fonctionne comme suit : après avoir programmé le contenu à acquérir, l’utilisateur apprend les connaissances contenues dans toutes les bibliothèques du monde, y compris les bibliothèques virtuelles, en un temps moyen de deux minutes. De plus, vous pouvez assimiler, avec un peu plus de temps, cinq langues de votre choix ; quatre, si l’un des élus est chinois. Les connaissances absorbées sont si impressionnantes que l’utilisateur peut postuler pour un diplôme universitaire de son choix, puisque certaines universités prestigieuses ont signé des contrats avec l’entreprise qui a conçu l’Educatron.

La particularité de cette machine puissante est qu’elle est légère et rapide : tout se passe rapidement, sans aucune douleur, perturbation ou effet secondaire. La société qui a lancé l’appareil n’a pas révélé la technologie qu’elle utilise, bien qu’elle garantisse avoir couvert toutes les exigences et tous les tests pour offrir un produit sûr et fiable.

Imaginez que vous lisiez cette nouvelle dans votre journal préféré. Seriez-vous intéressé à utiliser cette machine, connaissant ses effets redoutables et immédiats, si le coût était également abordable et subventionné (par exemple, par le biais d’un prêt que vous pourriez confortablement rembourser) ?

Dans certaines conférences, je présente ce cas fictif au public. À ma grande surprise, peu de gens lèvent la main lorsque je demande qui utiliserait l’Educatron. Je pense que c’est plus dû à la peur de l’attention du public qu’à l’aversion au risque, car le profil type de mon public a tendance à être des cadres et des entrepreneurs enclins à l’aventure.

L’ingéniosité à laquelle je fais référence n’est pas absurde. Fondamentalement, parce que la réalité dépasse souvent la fiction et que ce que nous imaginons, entrevoyons ou projetons peut finir par se réaliser si des moyens précis sont mis en place. Comme l’a dit l’ancien philosophe et scientifique grec Archimède, avec un levier suffisamment long et le bon point d’appui, le globe entier pouvait bouger. Le défi pour l’Educatron serait de trouver le bon levier et le bon point d’appui.

Une phrase bien connue du philosophe allemand Georg Wilhelm Friedrich Hegel est également éclairante à cet égard :

« Tout ce qui est rationnel est réel, et tout ce qui est réel est rationnel. »

Imaginez le futur

Bref, bien que l’Educatron n’existe pas encore, sa conceptualisation le rend crédible, voire possible, si son développement est argumenté d’un point de vue scientifique. De plus, dans certains romans et films de science-fiction, qui ont tendance à anticiper la réalité, nous avons vu des gadgets qui permettent un apprentissage quasi immédiat. D’Ovide à Kazuo Ishiguro, l’expérience montre que l’imagination littéraire est en deçà et qu’avec les progrès de la technologie et le passage du temps, bon nombre de ces inventions et fantasmes finissent par se concrétiser.

Pour concevoir l’idée de l’Educatron, je me suis inspiré de l’orgasmatron, l’un des nombreux engins qui apparaissent dans le film futuriste Sleepyhead (1973), de Woody Allen.

L’orgasmatron était une sorte de cabinet tubulaire dans lequel deux personnes entraient pour ressentir les effets d’un orgasme en seulement dix secondes. Bien que la coque du pot ne permettait pas de voir son intérieur, lors de son fonctionnement des gémissements et des cris de plaisir se faisaient entendre mais ensuite ses utilisateurs en ressortaient parfaitement habillés, comme si rien ne s’était passé à l’intérieur.

De l’intrigue du film, il ressort que l’utilisation de l’orgasmatron a rendu la population de ce monde futur stérile (bien qu’elle apprécie ces moments de plaisir).

La culture de l’effort

Pour en revenir à notre ingéniosité pédagogique, la deuxième question que je pose habituellement à mes participants à la conférence est : « Qu’est-ce qui ne va pas, qu’est-ce qui ne va pas avec nos idéaux de vivre avec l’utilisation de l’Educatron ? Et je ne parle pas de problèmes techniques ou de dysfonctionnement de l’appareil, mais à propos de votre opinion sur l’acquisition de connaissances aussi vastes en si peu de temps et par une procédure exécutive indépendante de votre volonté.

L’invention de l’Educatron impliquerait que l’essence du processus d’apprentissage n’a pas été comprise. Ce qui échoue dans cet engin hypothétique, c’est qu’il nie la fin et le but de l’apprentissage.

L’effort d’apprendre est une composante fondamentale du bonheur humain, du développement subjectif et de la formation de sa propre personnalité. Nous étudions, assistons à des cours et à des conférences parce que l’expérience de savoir, de penser et de comprendre est une activité satisfaisante qui peut produire de la joie et être agréable.

La culture de l’effort, c’est-à-dire l’approche selon laquelle le bonheur et la réussite personnelle sont liés au courage individuel, à l’exercice de la volonté, à la pratique des habitudes qui font le caractère et la persévérance, a ses défenseurs et ses détracteurs.

Ceux qui s’engagent pour l’égalité des chances mettent l’accent sur l’effort comme facteur fondamental pour atteindre des objectifs personnels. Ceux qui croient que la méritocratie et l’inégalité radicale entravent la mobilité sociale minimisent l’effort et croient que même les plus volontaires sont incapables d’atteindre leurs objectifs. Certains et d’autres utilisent des faits et des données comme base de leur diagnostic et de leurs propositions. Comme pour d’autres débats polarisés, il peut y avoir des raisons impérieuses des deux côtés.

Une vision aristotélicienne

L’un des premiers partisans de l’importance de l’effort dans l’éducation était Aristote. Dans sa Politique, il écrit :

« De toute évidence, les jeunes ne devraient pas être éduqués pour le divertissement, car apprendre n’est pas amusant, mais s’accompagne de douleur. »

Le philosophe le dit lorsqu’il parle d’enseigner la musique aux enfants, justifiant son étude non par son utilité – sauf dans le cas des musiciens professionnels – mais par sa contribution au développement du caractère et à leur permettre de mieux profiter du temps libre. . façon.

Sans aucun doute, ce qu’affirme Aristote, c’est que tout apprentissage demande des efforts, en particulier dans les premiers stades de la discipline ou de la carrière, et non que le processus d’apprentissage est essentiellement douloureux.

La courbe d’apprentissage l’illustre très bien. Lorsque nous commençons à étudier, par exemple, une nouvelle langue, nous devons consacrer beaucoup de temps et d’efforts au processus, mais au fur et à mesure que le temps passe et que nous acquérons plus de connaissances et de compétences, la quantité d’efforts requis diminue jusqu’au processus d’apprentissage. . commencer. étape suivante et encore une fois le processus redevient ardu et nous devons y consacrer plus de temps.

Nous avons tous connu des difficultés lors du démarrage d’un nouveau cours, jusqu’à ce qu’il arrive un moment où nous parvenons à nous sentir à l’aise avec les concepts utilisés. A ce moment, une satisfaction intellectuelle nous envahit, un sain sentiment de bonheur avec les connaissances acquises.

L’irremplaçable

L’un des penseurs les plus influents du monde de l’éducation était l’Américain John Dewey, considéré à la fois comme un pédagogue et comme un philosophe. Les travaux de Dewey peuvent nous aider à comprendre pourquoi des appareils comme l’Educatron ne remplacent pas le processus d’apprentissage qui se déroule dans les écoles ou les universités.

Pour Dewey, le but de l’éducation n’est pas seulement ou fondamentalement de transmettre des connaissances et encore moins d’endoctriner les élèves. Sa finalité fondamentale est l’intégration des individus dans la société : « L’école, en tant qu’institution, doit faciliter la vie sociale ; Je devrais le simplifier, pour ainsi dire, en une forme élémentaire, apprenable.

Pour atteindre cet objectif, l’environnement éducatif doit être une réplique de ce que les étudiants trouveront après l’obtention de leur diplôme. Dewey explique que l’éducation est un processus social et en tant que tel nécessite une interaction avec d’autres individus, des relations interpersonnelles.

Avec une méthodologie interactive et un enseignant bien préparé pour orchestrer le processus d’apprentissage, vous pouvez apprendre à la fois de l’enseignant et des autres élèves. C’est pourquoi l’éducation seule (qu’il s’agisse d’acquérir des connaissances ou de développer des compétences, comme on pourrait le faire dans un simulateur), ne suffirait pas à reproduire une vraie vie sociale, qui se produit dans l’espace éducatif.

De cette fonction d’éducation et d’apprentissage, on déduit également que l’enseignant « n’est pas à l’école pour imposer certaines idées ou former certaines habitudes à l’enfant, mais est là en tant que membre de la communauté pour identifier ce qui affectera les élèves dans le futur ». et de les aider à réagir de manière appropriée ».

Enfin, les méthodologies et les systèmes d’évaluation devraient également avoir cet objectif : « Les examens ne sont utiles que dans la mesure où ils évaluent l’aptitude de l’enfant à la vie sociale.

Formulaires d’apprentissage

Si nous vivons à une époque où les solutions rapides et efficaces prévalent, avec des pilules de connaissances, des résumés et des diagrammes pour arrêter la compréhension de nouveaux concepts et idées, pourquoi rejeter l’Educatron ?

D’abord parce qu’il y a plusieurs manières d’apprendre. Face à une formule pédagogique traditionnelle, uniforme et standardisée, les nouvelles technologies et méthodologies facilitent la personnalisation des apprentissages.

Le défi futur pour les établissements d’enseignement réside dans la personnalisation de l’apprentissage. Sur comment adapter l’enseignement à chaque forme d’intelligence des élèves pour en extraire le plus grand potentiel et développer chacun selon ses talents.

L’Educatron simplifierait ce processus, à moins qu’il ne puisse également s’adapter à l’unicité de chaque utilisateur, chose pratiquement impossible à pré-programmer.

Deuxièmement, parce que l’une des caractéristiques des connaissances authentiques est l’accès aux sources originales de connaissances. L’intérêt de lire directement les œuvres de Shakespeare, et non les adaptations de Charles et Mary Lamb, est de ressentir de première main les émotions que leur langage suscite, ou de remarquer par soi-même des passages ou des mots qui stimulent la réflexion. des expériences nouvelles et inhabituelles, difficiles à prévoir.

Vous avez peut-être remarqué que les livres au format Kindle ont des passages soulignés – ce sont les plus populaires auprès des lecteurs. Mais tu peux marquer les autres, et de toute façon, j’imagine que tu ne te contenterais pas de lire seulement les passages marqués par les autres. Bien sûr, l’auteur du livre n’aurait pas voulu résumer son travail en quelques citations.

De même, je pense que Blinkist, une plateforme payante de résumés de livres de non-fiction, offre un service intéressant, similaire à celui fourni par les critiques de livres dans divers médias. Mais feuilleter des résumés ne peut être comparé à l’expérience et à l’apprentissage de la lecture de l’œuvre originale (ou traduite).

Préparation à la vie

Enfin, pourquoi un diplôme universitaire dure-t-il trois ans ou plus ? Ma réponse est que l’apprentissage a beaucoup à voir avec la projection sociale puisqu’il implique le partage, la discussion, l’accord ou le désaccord, ainsi que la socialisation et l’établissement de liens et de relations qui, dans de nombreux cas, dureront toute une vie.

De plus, la connaissance, comme le bon vin, doit s’installer, mûrir avec le temps et devenir plus modérée, cohérente et complète.

Une analogie que j’utilise fréquemment pour expliquer la nature continue, implacable et itérative de l’apprentissage est l’histoire d’Ulysse d’Homère. Ce qui donne un sens au voyage du héros grec, ce n’est pas d’atteindre Ithaque, sa patrie, mais toutes les expériences qu’il a apprises au cours de son voyage.

Les expériences, les leçons et même les déceptions vécues pendant l’étude sont ce qui donne un sens au développement de la personnalité et à nos vies.

Dewey a dit un jour :

« L’éducation est en soi une expérience vitale et pas seulement une préparation à la vie future ».

Santiago Iñiguez de Onzoño

Président Université IE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une