asd

COVID – 19

Comment les élites autocratiques africaines entrent et sortent du pouvoir

En 2021, des coups d’État ont renversé quatre chefs d’État en Afrique subsaharienne. Les interventions de l’armée au Tchad, au Mali, en Guinée et au Soudan ont stoppé un déclin de plusieurs années des prises de contrôle militaires. Certains ont annoncé cela comme le retour de l’armée dans la politique africaine.

Ailleurs en Afrique, des dirigeants élus en Tunisie , en Tanzanie et au Zimbabwe , entre autres, ont été accusés de basculer vers un régime autoritaire. Les mesures autoritaires courantes comprennent la suspension des assemblées parlementaires, l’enfermement des dirigeants de l’opposition, l’extension des mandats et la répression violente de l’opposition et de la dissidence.

Là réside un paradoxe apparent : malgré des décennies au cours desquelles les institutions démocratiques se sont répandues sur le continent, les États africains continuent d’être vulnérables aux prises de contrôle militaires et aux formes de pouvoir autocratiques.

De multiples interprétations visent à expliquer cette apparente contradiction. Une explication populaire suggère que le monde, et en particulier l’Afrique, entre dans une nouvelle phase de « recul démocratique ». Cela fait suite à une période de plusieurs décennies au cours de laquelle plusieurs dirigeants ont été évincés par des mouvements populaires.

Nulle part cela n’a été plus évident qu’en Afrique du Nord. Ici, les aspirations démocratiques du printemps arabe de 2011 ont été éclipsées par un retour à l’autoritarisme et aux conflits. Pourtant, dans de nombreuses autocraties africaines compétitives , la destitution des dirigeants n’est pas associée à un changement révolutionnaire. En fait, il existe une stabilité remarquable des élites supérieures et des pratiques institutionnelles à travers les régimes. Cela semble indiquer leur résilience face à une trajectoire supposée vers la démocratie.

La littérature sur la survie politique fournit un récit plus convaincant pour expliquer le changement politique dans les autocraties compétitives. La survie d’un leader est conditionnée par le soutien des élites supérieures. Les dirigeants peuvent généralement répartir le pouvoir entre leurs « alliés rivaux » pour le conserver et coopter suffisamment de ces élites en échange d’un soutien politique.

Ces acteurs peuvent à leur tour tirer parti de leur pouvoir collectif pour obtenir une plus grande influence et des récompenses du centre. Le concept de « marché politique » a bien capturé la nature transactionnelle des stratégies du régime pour déterminer l’association, la loyauté et les alliances avec les élites supérieures.

S’appuyant sur ces idées, notre article récemment publié cherche à expliquer le changement politique dans les autocraties africaines compétitives en utilisant la notion de « cycles de régime ». Ce cadre, qui a produit de riches aperçus des processus de démocratisation ratés des États post-communistes au cours des années 1990, suggère que les élites doivent agir collectivement si elles veulent défier le chef, identifiant quatre étapes dans un cycle de régime.

Notre recherche vise à expliquer le changement politique dans les autocraties africaines en examinant le rôle des élites politiques, en se concentrant sur les cycles de pouvoir entre un dirigeant et ses rivaux qui déterminent leur survie. Ce faisant, nous proposons un cadre conceptuel alternatif pour interpréter les dynamiques de changement dans les autocraties africaines.

Quatre étapes du cycle du régime autocratique

Chaque étape du cycle est déterminée par la nature de la contestation entre les élites sortantes et supérieures. L’équilibre des pouvoirs entre ces acteurs varie à chaque étape, selon le niveau de fragmentation de l’autorité au sein et entre ces groupes.

Les quatre étapes sont l’accommodement, la consolidation, la factionnalisation et la crise. Mais ils ne suivent pas nécessairement un ordre chronologique.

Pendant la phase d’accommodement, les dirigeants forment des coalitions en répartissant les loyers et l’autorité parmi les élites supérieures. L’intention de cette étape est de récompenser les loyalistes et de coopter des alliés potentiels. L’incitation est l’intégration et l’inclusion.

Le rétrécissement des influences concurrentielles conduit à l’étape de consolidation. Le chef cherche à affirmer son autorité sur une coalition « d’alliés rivaux ». Cette phase coïncide avec la hauteur de l’autorité d’un leader, où la menace d’être démis de ses fonctions est la plus faible.

A ce stade, le leader peut être perçu comme centralisant excessivement le pouvoir. Un signe est, par exemple, le remplacement des chefs de sécurité par des loyalistes. Cela peut être une menace pour les autres élites. Les élites supérieures peuvent s’organiser selon des factions pour créer une opposition au sein du régime. Cela crée des factions.

Les factions peuvent être constituées d’élites supérieures rivales, qui unissent tactiquement leurs forces pour amener le chef à répandre le pouvoir. L’intention n’est pas de déposer le chef ou de diviser le régime, mais plutôt de négocier les conditions de l’inclusion. Les dirigeants utilisent également le désordre pour essayer d’empêcher la coopération des élites afin de réduire la force des coalitions des élites supérieures.

Cependant, une crise peut survenir lorsque des factions décident de profiter d’un moment critique pour remanier de force la coalition au pouvoir. La lutte pour le pouvoir parmi les élites supérieures conduit généralement à de tels moments de crise. Cela peut entraîner des prises de contrôle militaires, des démissions forcées, des coups d’État constitutionnels ou des accords de partage du pouvoir.

Les crises de régime remodèlent les structures de pouvoir existantes en se débarrassant de l’ancien dirigeant. Ils remanient également les élites supérieures en une coalition dirigeante étroite.

Point culminant du factionnalisme mûri

Entre 2017 et 2019, l’Algérien Abdelaziz Bouteflika, le Soudanais Omar el-Béchir et le Zimbabwéen Robert Mugabe ont été évincés après 90 ans au pouvoir. Notre analyse montre que leur suppression était l’aboutissement d’un factionnalisme mûri. Dans chaque cas, cela s’était épanoui après les tentatives des dirigeants de centraliser le pouvoir. Ce n’était pas une conséquence directe des manifestations de masse et des ralentissements économiques.

Les hautes élites militaires et sécuritaires ont profité du moment de crise pour se débarrasser des dirigeants et de leurs partisans et remanier le régime. Naturellement, ils étaient autrefois des initiés du régime et des alliés des autocrates vieillissants. Des étapes d’accommodement, de consolidation, de factionnalisation et de crise ont précédé et suivi le retrait selon une logique cyclique.

Notre analyse met l’accent sur la dynamique des élites plutôt que sur le rôle des manifestations de masse et de l’opposition populaire. De véritables manifestations populaires peuvent déclencher des crises au sein d’un régime. Mais les dirigeants et les élites supérieures sont plus susceptibles de produire des changements significatifs et durables.

Des percées démocratiques ne sont pas à exclure. Mais ils sont généralement le produit d’une impasse politique . Ce ne sont pas des préférences idéologiques ou des appels publics au changement politique.

Les déménagements forcés observés en 2021 semblent conformes à cette logique cyclique de changement politique. Les hautes élites ont profité d’un moment de crise pour s’emparer du pouvoir et reconfigurer le régime à leur avantage.

Clionad Raleigh – Professeur de géographie politique, School of Global Studies, Université du Sussex

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une