asd

COVID – 19

Changement climatique et agriculture : faire davantage pour s’adapter en  Afrique subsaharienne

Les pays d’Afrique subsaharienne dépendent fortement des secteurs agricole et forestier. L’agriculture contribue jusqu’à 60 % au produit intérieur brut de certains pays. Mais le secteur est très vulnérable au changement climatique car il dépend fortement des facteurs climatiques. Cette vulnérabilité est particulièrement marquée dans la région en raison de la lenteur du progrès technologique.

En tant qu’économistes agricoles, nous avons procédé à une revue de la littérature sur le défi du changement climatique pour l’agriculture en Afrique subsaharienne. Nous avons exploré la répartition de divers facteurs climatiques (tels que les précipitations, la température et les événements météorologiques extrêmes) dans la région, ainsi que leur impact sur l’agriculture. Nous avons également étudié ce que faisaient les agriculteurs ruraux pour répondre au changement climatique.

Nous avons constaté que les implications du changement climatique sur le développement agricole et économique sont diverses dans la région. Il est difficile de prédire exactement comment le changement climatique affectera l’agriculture et le développement économique.

Mais il est clair que les pays d’Afrique subsaharienne comme le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Botswana et le Kenya sont extrêmement vulnérables au changement climatique .

Les agriculteurs n’utilisent pas de stratégies d’adaptation efficaces. Il s’agit notamment de planter des variétés de cultures tolérantes à la sécheresse et de conserver l’eau et les sols. Les ressources et les infrastructures limitées les ont freinés. Les programmes d’atténuation tels que la tarification du carbone, la gestion de l’eau, le recyclage, le boisement et le reboisement ont eu un impact limité. La faible sensibilisation au changement climatique, les politiques gouvernementales instables et l’instabilité politique ont entravé la mise en œuvre des programmes.

L’impact du changement climatique sur les ménages vulnérables sera extrême si des mesures adéquates ne sont pas prises à temps. Les recherches suggèrent que des pays comme le Togo, le Nigeria, le Congo et le Mali enregistreront davantage de pertes agricoles sans adaptation. Les gouvernements, les organisations internationales, les communautés locales et les autres parties prenantes doivent élaborer des stratégies pour répondre aux divers besoins des agriculteurs ruraux d’Afrique subsaharienne.

Ce que notre examen a trouvé

Les études que nous avons examinées ont indiqué que les régimes de précipitations, de températures et d’événements météorologiques extrêmes ont considérablement changé dans la région. Cette tendance ne devrait pas changer dans les décennies à venir.

L’Afrique subsaharienne connaît des régimes de précipitations variés . Les précipitations annuelles peuvent être aussi faibles que 100 millimètres dans les zones arides du Sahel et dans certaines parties de l’Afrique de l’Est, et dépasser 500 millimètres dans les zones tropicales d’Afrique centrale et occidentale.

Les températures peuvent souvent dépasser 40°C (104°F) pendant les mois les plus chauds. Au cours du siècle dernier, la température moyenne a augmenté d’environ 0,74°C.

La région connaît divers événements météorologiques extrêmes, notamment des sécheresses, des inondations et des vagues de chaleur. Les zones côtières, en particulier dans les régions de l’est et du sud, sont confrontées à des cyclones ou à des tempêtes tropicales .

De nombreuses études montrent que ces conditions affectent la production agricole et la société de plusieurs manières :

  1. Réduction des rendements : le changement climatique réduit le rendement des cultures. Des températures plus élevées, des changements dans le régime des précipitations, des sécheresses et des inondations affectent les récoltes. Par exemple, les agriculteurs du Nigeria ont vu leurs rendements baisser en raison de nouveaux ravageurs, d’épidémies et de l’assèchement des rivières.
  • Insécurité alimentaire : une faible productivité agricole conduit souvent à l’insécurité alimentaire, qui touche à la fois les populations rurales et urbaines. Une baisse des rendements agricoles peut entraîner une hausse des prix. Un accès réduit à la nourriture peut aggraver la malnutrition et la faim.
  • Perte de revenus et pauvreté : la baisse de la production agricole affecte les revenus des petits exploitants agricoles. Cela peut accroître les niveaux de pauvreté et la vulnérabilité économique. Nous avons constaté une baisse de la production céréalière au cours de la dernière décennie au Ghana, au Congo et en Afrique du Sud.
  • Diminution de la productivité du bétail : les températures plus élevées, les changements dans la disponibilité du fourrage et la rareté de l’eau constituent un défi pour les éleveurs. Cela rend le bétail sujet aux maladies et à la mort. Les agriculteurs supportent des coûts élevés pour vacciner et soigner leurs animaux.
  • Vulnérabilité des petits exploitants agricoles : ces agriculteurs n’ont pas toujours les ressources et les capacités nécessaires pour s’adapter à l’impact du changement climatique.

Recommandations et implications politiques

L’examen des études a montré que l’Afrique subsaharienne pourrait se développer économiquement si les agriculteurs ruraux prenaient des mesures plus efficaces contre le changement climatique.

Nous avons formulé les recommandations suivantes pour protéger les agriculteurs des impacts du changement climatique :

  • Renforcer les institutions pour l’élaboration et la mise en œuvre des politiques. La coordination des efforts d’adaptation au changement climatique et des pratiques agricoles durables améliore la productivité agricole.
  • Améliorer les infrastructures rurales. Cela favoriserait la croissance économique, réduirait la pauvreté et rendrait les communautés rurales plus résilientes.
  • Lancer des programmes de protection sociale. Un meilleur accès au financement, aux marchés, à l’éducation et aux informations climatiques renforcerait la protection sociale.
  • Établir davantage de plantations forestières et entretenir celles existantes. Ils contribueraient à absorber l’impact du changement climatique sur l’agriculture et à promouvoir le développement économique.
  • Le boisement et le reboisement peuvent également contribuer à absorber le carbone et à conserver la biodiversité.

Abiodun Olusola Omotayo

Maître de conférences/chercheur, Université du Nord-Ouest

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une