asd

COVID – 19

Afrique : L’aide internationale a besoin d’une refonte

De nombreux pays africains dépendent encore fortement de l’aide étrangère. Cependant, plusieurs études ont montré que l’aide étrangère n’a pas réussi à assurer une croissance économique durable et à réduire la pauvreté.

Le fait que l’aide étrangère telle qu’elle est actuellement pratiquée n’a pas atteint ses objectifs de réduction de la pauvreté en Afrique ressort clairement des données. Plus de 75% des pauvres du monde vivent aujourd’hui en Afrique. En 1970, ce chiffre était de 10%. Certaines prévisions suggèrent qu’il pourrait atteindre 90% d’ici 2030 .

L’Afrique est le seul continent au monde où les apports d’aide publique dépassent largement les apports de capitaux privés . Ceci est problématique car aucun pays au monde n’a réalisé un développement substantiel basé sur l’aide.

Cela souligne la nécessité d’une réforme.

Les experts ont-ils quelque chose à ajouter au débat public?

Il y a deux côtés au débat sur l’aide étrangère aux pays en développement , en particulier en Afrique subsaharienne .

La première est que le modèle économique dépendant de l’aide de l’Afrique fournit de l’argent «gratuit» qui empêche les pays de profiter des opportunités offertes par l’économie mondiale.

L’autre est que l’aide étrangère n’est pas un problème en soi, mais la mauvaise allocation des ressources, la corruption et la mauvaise gouvernance limitent la capacité de l’Afrique à utiliser l’aide. Comme l’ a fait valoir l’ambassadeur de Corée du Sud en Afrique du Sud , l’aide est inefficace dans les endroits où il y a une mauvaise gouvernance et inutile là où il y a une bonne gouvernance.

Les arguments contre l’aide mettent en évidence des lacunes dans la gestion de l’aide étrangère. Les pays bénéficiaires versent l’argent de l’aide dans des projets d’éléphants blancs pauvres et inefficaces qui ne favorisent pas la croissance et le développement ni ne construisent de bonnes institutions. Et il y a une mauvaise utilisation de l’argent.

Le but de cet article est de fournir quelques indications clés sur les réformes qui devraient avoir lieu. Des réformes opportunes de l’aide étrangère peuvent contribuer à une croissance significative et à une réduction de la pauvreté en Afrique.

Un vieux débat

Il y a près de 50 ans, le célèbre économiste britannique du développement d’origine hongroise, Peter Bauer , a vivement critiqué l’aide de gouvernement à gouvernement comme n’étant ni nécessaire ni efficace. Il a fait valoir que cela posait le danger de promouvoir le pouvoir gouvernemental, de détruire les incitations économiques et d’éroder les initiatives civiques et le dynamisme.

En 2009, l’économiste zambienne Dambisa Moyo a remis en question de nombreuses hypothèses sur l’aide dans son livre Dead Aid . Elle a fait valoir que l’aide n’avait pas simplement échoué mais avait aggravé les problèmes de l’Afrique.

William Easterly, professeur d’économie à l’Université de New York, a également été un opposant. Il soutient que la pauvreté résulte d’une absence de droits économiques et politiques, et que seule la restauration de ceux-ci résoudra le problème.

Les arguments avancés par ces critiques soulignent le fait que l’aide publique crée une dépendance, favorise la corruption, encourage la surévaluation de la monnaie et ne permet pas aux pays de profiter des opportunités offertes par l’économie mondiale.

Une étude récente a mis en évidence l’effet marginal de l’aide sur la promotion de la croissance en Afrique. La recherche, réalisée par le professeur d’économie Shaomeng Jia de l’Université d’État de l’Alabama et la professeure agrégée d’économie Claudia R. Williamson de l’Université d’État du Mississippi, était basée sur de nombreuses données de 1962 à 2013.

Ils ont constaté qu’en l’absence de bonne gouvernance et d’institutions, l’aide avait un impact minimal sur la croissance à long terme.

Idées de réforme

Une façon de réformer l’aide étrangère consiste à dissocier les institutions africaines d’un modèle économique dépendant de l’aide qui a amené de nombreux gouvernements à considérer l’aide comme une source de revenus.

Au lieu de cela, les pays africains devraient promouvoir le développement du secteur privé, l’esprit d’entreprise et l’amélioration de la culture fiscale.

Une autre façon pourrait être d’adopter le plan Marshall . Ce modèle innovant d’aide étrangère a été introduit par les États-Unis pour aider 16 pays européens à bâtir leur économie et à renforcer la démocratie à la suite de la dévastation de la Seconde Guerre mondiale en 1948.

Enfin, la manière dont les priorités de l’aide sont fixées doit être revue. Si l’aide doit favoriser la croissance et le développement, les cinq points clés suivants doivent être pris en compte.

  • L’aide économique et étrangère doit être orientée vers une croissance soutenue du revenu par habitant en encourageant le passage de la production agricole à l’industrie manufacturière et à un secteur des services technologiquement sophistiqué. Cela obligera les dirigeants africains à repenser leurs économies, à devenir plus démocratiques, à être ouverts au changement d’information et à développer leurs propres programmes autonomes.
  • Des collaborations bilatérales ou multilatérales doivent être établies avec des pays qui ont déjà repoussé la frontière technologique. L’aide internationale doit être conforme à cela.
  • Les politiques nationales et étrangères des gouvernements doivent viser un programme de développement qui peut embrasser la croissance et qui conduit à une réduction éventuelle de la dépendance à l’aide.
  • La pauvreté et le sous-développement sont exacerbés par les catastrophes naturelles. Cela souligne la nécessité d’orienter l’aide humanitaire pour aider les pays à réinvestir dans la résilience. En outre, les pays développés doivent suivre la coopération et la diplomatie pour résoudre des problèmes tels que les conflits plutôt que d’utiliser l’aide pour faire pression sur les gouvernements.
  • La réforme de l’aide étrangère doit être conçue pour renforcer le programme de la zone de libre-échange continentale africaine . Le pacte, conclu en 2018, établit l’une des plus grandes zones de libre-échange au monde . Les leçons tirées de la marque de la zone euro ainsi que de la coopération avec l’Organisation mondiale du commerce seraient également précieuses.

Prendre ces questions en considération contribuerait grandement à réformer l’aide étrangère pour la croissance et le développement et à réaliser l’agenda 2063 de l’Union africaine.

Tigist Mekonnen Melesse – Chercheur invité post-doctorat au Center for Effective Global Action, Université de Californie, Berkeley

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une