asd

COVID – 19

Ukraine : entre le marteau et l’enclume

Au cours des derniers mois, la Russie n’a cessé d’augmenter la pression militaire sur l’Ukraine et a tenté de tirer parti de cette accumulation pour exiger que Washington réorganise la carte politique et sécuritaire européenne qui a évolué depuis la dissolution de l’Union soviétique.

Presque quotidiennement, des responsables américains, britanniques et européens avertissent de nouveaux déploiements russes, de possibles provocations mises en scène ou d’une invasion imminente. De leur côté, le président Poutine et ses ministres nient toute intention hostile dans le déploiement de plus de 100 000 soldats sur trois côtés de l’Ukraine. Dans le même temps, ils exigent que l’Occident, en particulier les États-Unis, annule ce que les Russes décrivent comme des incursions inacceptables dans « leur sphère d’influence ».

Les décideurs politiques occidentaux, y compris les Américains et les Allemands, ont travaillé en étroite collaboration pour concevoir un éventail de sanctions économiques pour dissuader ou punir « les actions hostiles du Kremlin ».

Des sanctions qui pourraient avoir d’énormes répercussions sur l’Europe, en particulier sur l’Allemagne qui dépend de la Russie pour plus de 40 % de ses importations de gaz naturel.

Il ne s’agit plus de la neutralité de l’Ukraine, mais bien de la présence de l’Amérique en tant que puissance européenne et des relations de l’Europe avec l’Amérique en termes de défense et en termes politiques. Les exigences de Poutine consistent à faire reculer l’européanisation de l’Europe de l’Est et de l’Europe centrale et la transformation démocratique des anciennes nations du Pacte de Varsovie après la dissolution de l’Union soviétique, et finalement à pousser l’Amérique hors d’Europe.

Les diplomates américains décrivent la rhétorique et les demandes du Kremlin comme « scandaleuses et intenables… livrées dans le contenu, le ton et le style comme un automate, ce qui signifie… qu’il n’y a rien à négocier ici, ou il y aura un conflit ».

Constance Stelzenmüller , un fin observateur de la géopolitique basé à la Brookings Institution à Washington pense que les Russes voient dans la faiblesse occidentale une opportunité de gain stratégique. « Je pense que le Kremlin et Poutine… regardez un président américain qui semble être politiquement sur la défensive contre une droite insurgée. Regardez un président français qui lutte contre une droite insurgée. Regardez une Allemagne aux prises avec la crise du COVID. Et aussi aux gens qui défilent dans les rues et remettent en question la légitimité de la gouvernance… à travers l’Europe. »

Les dirigeants occidentaux doivent faire preuve d’imagination, s’adapter, anticiper et, surtout, maintenir la cohésion du message, minimisant ainsi les opportunités que Poutine tente d’exploiter.

Malheureusement, c’est un défi de taille pour les pays déchirés par une partisanerie extrême, des concours électoraux et les conséquences persistantes de la pandémie.

Wait and see!!

NBSInfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une