asd

COVID – 19

Ukraine : comment un conflit armé pourrait se dérouler

Les pourparlers entre la Russie et l’Occident ont échoué. Moscou a décrit la situation en Ukraine comme « intolérable » et « une question de vie ou de mort ». Le président américain, Joe Biden, a prédit que le Kremlin « s’installera » en Ukraine.

L’impasse a été atteinte lorsque le président russe, Vladimir Poutine, a insisté sur le fait que le conflit armé dans l’est de l’Ukraine « ressemblait à un génocide » , ajoutant une pression massive à ses exigences diplomatiques. La Russie insiste sur le fait qu’elle est prête à déployer des moyens « militaro-techniques » non spécifiés mais alarmants pour poursuivre ses fins.

Les signaux sont plus que clairs : après avoir annexé la Crimée en 2014 et parrainé des mouvements séparatistes dans le Donbass, à l’est du pays, Moscou menace directement d’une troisième incursion dans la souveraineté territoriale de l’Ukraine, massant des troupes à la frontière ukrainienne mais aussi en Biélorussie, officiellement pour « exercices conjoints » .

Au-delà de l’Ukraine, la Russie fait pression sur l’OTAN et l’UE et tente de changer l’ordre international avec ce dernier cycle de politique de puissance. Moscou bluffe-t-il – ou une escalade du conflit militaire est-elle probable en Ukraine ? Si oui, quelles sont les chances que Kiev puisse résister à son voisin le plus puissant ?

Pression sur Kiev

Une campagne concertée de désinformation déployée par les médias russophones vise à fomenter des troubles en Ukraine. Mais huit années de guerre ont considérablement diminué le pouvoir de la propagande pro-russe et Kiev a pris de nouvelles mesures l’année dernière en interdisant les médias pro-russes.

Les services de sécurité ukrainiens ont également révélé que plusieurs milliers de cyberattaques ont été menées depuis la Crimée occupée depuis 2014. Mi-janvier, un message appelant les Ukrainiens à « avoir peur et à s’attendre au pire » – prétendant venir de Pologne, l’un des plus fervents partisans de l’Ukraine – a été révélé par le ministère ukrainien de l’information comme ayant probablement été conçu par la Russie.

La sécurité énergétique est un autre aspect important de cette crise. Les plans de Moscou pour Nord Stream 2 – un gazoduc censé atteindre directement l’Allemagne par la mer Baltique – pourraient priver d’énergie l’Ukraine, qui a déjà perdu le contrôle de ses gisements de charbon dans le Donbass en conflit. En plus de cela, l’Ukraine pourrait perdre des frais de transit équivalant à environ 4 % de son PIB , soit 7 milliards de dollars américains (5,1 milliards de livres sterling).

Mais ce sont des mesures secrètes qui doivent voler sous le radar. La crainte est que Moscou se recule dans un coin diplomatique où l’usage de la force est son seul moyen de rester crédible.

Scénarios militaires

La Russie a constitué des ressources militaires suffisantes pour pénétrer sur le territoire ukrainien. Mais il est peu probable qu’il puisse prendre tout le pays et, plus important encore, le tenir pendant une période significative, étant donné les perspectives d’une résistance armée féroce de l’Ukraine. Mais il dispose d’un certain nombre d’options à partir desquelles lancer une incursion mesurée.

Est : La Russie pourrait facilement lancer une opération massive depuis la province orientale du Donbass où elle soutient les milices locales. L’essentiel de son renforcement militaire se situe dans cette zone. Le problème est que les principales villes dont Moscou pourrait tenter de s’emparer, Kharkiv et Dnipro, sont très peuplées et seraient difficiles à occuper.

Sud : Les territoires de la mer Noire, ou Prichernomorie , seraient une cible tentante pour les stratèges russes. S’emparer de cette zone couperait l’Ukraine de son accès à la mer et relierait les forces russes du Donbass à la Transnistrie – une région de Moldavie occupée par la Russie, à l’ouest de l’Ukraine.

La Russie pourrait lancer ses forces orientales ainsi que des troupes prépositionnées en Crimée. Les analystes indiquent que les défenses côtières à l’ouest de la Crimée sont assez exposées. Mais la Russie devrait s’emparer des villes de Marioupol, à l’est, et d’Odessa, à l’ouest, où la population résisterait très probablement vigoureusement à l’occupation russe.

Nord : Kiev, la capitale de l’Ukraine, se trouve à moins de 100 km de la frontière avec la Biélorussie, où la Russie a des troupes qui mènent des exercices conjoints . Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko – un autocrate qui conserve le pouvoir grâce au soutien de Moscou – a récemment déclaré que son pays « ne restera pas à l’écart si la guerre éclate » .

Ouest : Peut-être la direction la plus surprenante d’où pourrait venir une nouvelle invasion de l’Ukraine. Le Pentagone a récemment fait part de ses inquiétudes concernant une opération sous fausse bannière du Kremlin en provenance de Transnistrie – une région russophone de Moldavie où Moscou a gardé des troupes depuis l’effondrement de l’Union soviétique.

L’Ukraine est-elle prête à résister ?

Depuis huit ans, Kiev combat dans l’est du pays, renforce son armée et prépare sa population à la résistance. Mais les sources militaires sont sombres quant à la perspective de pouvoir résister bien plus longtemps qu’une semaine sans l’aide d’alliés occidentaux.

Les défenses aériennes sont faibles, mais l’Ukraine dispose d’autres atouts, comme des drones fournis par la Turquie ainsi que de nouveaux missiles antichars fournis par les États-Unis et le Royaume-Uni , avec l’aide d’entraîneurs. L’ Ukraine a également développé son propre missile, qui s’avère efficace sur le terrain.

En plus de ses troupes régulières, l’Ukraine a sa garde nationale, une sorte de police nationale armée. Soutenu par des investissements importants et un armement de pointe, il pourrait servir d’arrière-garde contre les parachutistes ou les infiltrations des forces spéciales.

Pendant ce temps, les bataillons de défense ukrainiens couvrent désormais l’ensemble du territoire, suite à la loi sur la résistance nationale qui est entrée en vigueur ce mois-ci. Ce sont des unités civiles, militaires entraînées à utiliser des tactiques de guérilla contre les forces d’occupation.

La population ukrainienne se mobilise également en soutien aux troupes depuis la prise de la Crimée et la guerre du Donbass. Et selon un sondage réalisé en décembre 2021 par l’Institut international de sociologie de Kiev, 58 % des hommes ukrainiens et près de 13 % des femmes se déclarent prêts à prendre les armes. 17% et 25% de plus ont déclaré qu’ils résisteraient par d’autres moyens.

Dans ce qui serait un cas classique de guerre asymétrique, la résistance de la population ukrainienne pourrait donc s’avérer une sérieuse épine dans le pied de Moscou.

Julien Théron – Maître de conférences, Etudes des conflits et de la sécurité, Sciences Po

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une