asd

COVID – 19

Tchad : une nouvelle feuille de route qui mène à plus de la même chose, pas à la démocratie

Le 29 juillet 2021, le Conseil national de transition de N’Djamena a présenté une feuille de route pour la réintroduction de la démocratie au Tchad. Il contenait également des améliorations en matière de sécurité, d’unité nationale et de promotion de l’état de droit et de la bonne gouvernance.

La feuille de route était attendue avec impatience après les récents événements dramatiques au Tchad. En avril, une avancée soudaine du groupe insurrectionnel Front pour le changement et la concorde au Tchad (FACT) depuis son sanctuaire libyen s’est heurtée à une forte riposte militaire dirigée personnellement par le président Idriss Déby Itno, décédé sur le front.

Dans le tumulte qui a suivi, le fils du président, Mahamat Idriss Déby a pris le pouvoir avec le soutien de personnes proches de l’ancien président. Pour prévenir les protestations publiques, ils ont organisé un Conseil national de transition pour indiquer leur volonté de renoncer au pouvoir.

Lorsque le Conseil a annoncé la feuille de route, deux promesses tangibles sont ressorties. Un dialogue national inclusif en novembre et décembre 2021, et des élections législatives et présidentielles entre juin et septembre 2022.

Alors que le dialogue national se rapproche, la question clé est de savoir quelles sont les perspectives de l’année et demie à venir pour la politique tchadienne. Cet article identifie trois scénarios et discute de leurs implications et de leur probabilité. Il s’agit de la mise en œuvre de la feuille de route, d’un réseau proche de la famille Déby qui conserve le pouvoir sous couvert de démocratie, ou d’une passation violente du pouvoir.

Trois résultats potentiels

Une mise en œuvre de la feuille de route constitue le premier scénario.

Une telle issue conduirait à un bouleversement des relations État-société tchadiennes. Idriss Déby Itno a dressé une façade démocratique sous sa direction entre 1990 et 2021. Mais c’était tout sauf une vraie démocratie. Malgré l’existence d’une pléthore de partis politiques, la violence et les relations personnelles étaient les principaux moyens d’accéder aux privilèges économiques et à l’influence politique. Ceux-ci ont bénéficié à des groupes militants et à des personnes proches de la famille Déby depuis des décennies.

Si la feuille de route laisse présager une réconciliation nationale et un éventuel transfert de pouvoir, cela signifie que de larges segments de la population gagneraient en influence politique.

Un tel scénario reste improbable. Néanmoins, une combinaison de pressions d’ acteurs de la société civile et d’acteurs externes pourrait forcer la junte dirigée par Mahamat Idriss Déby à tenir les promesses de la feuille de route. Les acteurs externes incluent la France et l’ Union Africaine .

Même si Mahamat Idriss Déby est fidèle à sa parole sur le dialogue national et la reprise de la démocratie, le deuxième scénario pourrait être qu’un réseau proche de la famille Déby conserve toujours le pouvoir. Un réseau de membres de la famille , principalement les frères et fils d’Idriss Déby, est retranché dans les forces de sécurité, la diplomatie et les principales entreprises étatiques.

De plus, le parti au pouvoir, le Mouvement patriotique du salut, a servi de véhicule au clientélisme qui liait les élites à l’ancien régime. Une image similaire est apparente dans le secteur de la sécurité, où les hauts dirigeants sont fidèles aux personnes au pouvoir plutôt qu’à l’État.

Les revenus des redevances de la production pétrolière et d’autres biens d’exportation ont financé ce réseau au détriment de l’ensemble de la population, qui souffre encore d’ une pauvreté atroce .

Dans ce scénario, les élections de 2022 suivraient le scénario des élections précédentes depuis la démocratie en 1996. Le parti au pouvoir sera le seul à se présenter dans toutes les circonscriptions électorales et les autres partis et candidats à la présidentielle seront confrontés à une série d’ obstacles techniques .

Le gouvernement peut inclure des politiciens en dehors de son réseau existant. Mais le président est susceptible de les faire démissionner régulièrement pour éviter la mise en place de bases de pouvoir alternatives .

Le troisième scénario est un transfert de pouvoir violent. Les hauts dirigeants proches de l’ancien président risquent de perdre leur influence politique et leurs revenus pour financer leurs clients politiques. Pour eux, une reprise du coup d’État militaire d’avril 2001 est peut-être plus prometteur que d’accepter la marginalisation.

Dans les années 2000, un coup d’État déjoué et la guerre d’insurrection qui s’ensuivit étaient en quelque sorte le résultat de désaccords au sein du cercle proche d’Idriss Déby Itno sur la répartition des revenus pétroliers et la suppression par Déby de la limite des deux mandats présidentiels. Les groupes d’insurgés en Libye pourraient également renverser la direction politique actuelle à N’Djamena. Le Front pour le changement et la concorde au Tchad n’est que l’un des groupes insurgés tchadiens qui profite du besoin du général Khalifa Haftar de coopérer avec les milices du sud de la Libye pour conserver le contrôle.

Une menace plus inquiétante, mais moins probable, vient du Soudan, où le vice-président Hamdan Hemeti, l’un des principaux intermédiaires du gouvernement soudanais et un Arabe tchadien, entretient des liens étroits avec des groupes arabes au Tchad. Il cherchera peut-être à exploiter la situation instable et l’augmentation de la violence au Darfour pour relancer la guerre par procuration avec le Tchad.

Cependant, Mahamat Idriss Déby est parfaitement conscient du danger et s’est déplacé pour s’assurer qu’il reste proche de la France en vue de défendre le statu quo en cas de besoin.

Le Tchad est un allié majeur de la France dans la région. Paris a montré l’importance qu’il attache à la stabilité au Tchad en 2019 lorsqu’il a interdit une colonne insurrectionnelle se dirigeant vers N’Djamena d’un autre groupe insurrectionnel basé en Libye.

Des enjeux élevés

La situation politique au Tchad est plus fluide que jamais depuis l’arrivée au pouvoir d’Idriss Déby Itno en 1990. Le doute et la peur d’un coup d’État ou d’une guerre civile vont de pair avec de grands espoirs de véritable changement démocratique et de réconciliation.

Néanmoins, le scénario le plus réaliste est frustrant et familier. Les institutions politiques du pays sont rongées par une politique corrompue. Il en va de même des institutions de sécurité à un degré qui rend de véritables réformes politiques hautement improbables.

À l’inverse, les actions de Mahamat Idriss Déby contre Boko Haram et les insurgés basés en Libye, ainsi que sa cooptation d’une grande partie du réseau électrique de son père, sont susceptibles d’endiguer les violentes tentatives de renverser le règlement politique actuel.

Ce qui reste, c’est la perspective de réformes politiques simulées, de cooptation ad hoc et de continuité des pratiques pour maintenir le réseau au pouvoir en place.

Troels Burchall Henningsen – Professeur Assistant, Collège royal de défense du Danemark

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une