asd

COVID – 19

Repenser la lutte contre la faim

Les efforts visant à éradiquer la faim au cours des huit prochaines années nécessiteront une refonte radicale compte tenu de la recrudescence mondiale de la faim et de l’insécurité alimentaire  causée par la COVID-19, le changement climatique et les conflits . 

Pour lancer ce processus, un nouveau rapport  d’ Action contre la faim , offre une fenêtre rare sur la réflexion actuelle de la communauté du développement sur le sujet, y compris des propositions pratiques sur ce qui devrait changer.

Basé sur une enquête auprès de plus de 860 experts locaux et internationaux de la sécurité alimentaire et de la nutrition – issus d’ONG internationales, de donateurs bilatéraux, de fondations privées, d’entreprises et d’ agences des Nations  Unies – le rapport rassemble des informations exclusives et est complété par des entretiens approfondis avec 12 personnalités de haut niveau. experts de niveau. Il souligne la nécessité d’une action collective audacieuse maintenant afin d’atteindre l’objectif de développement durable 2 sur l’élimination de la faim et de rattraper les gains perdus au cours des dernières années.

Alors que près de 90 % des personnes interrogées pensent que le nombre de personnes souffrant de la faim augmentera au cours des cinq à dix prochaines années, les deux tiers pensent qu’il est toujours possible d’atteindre l’objectif Faim zéro si les approches actuelles changent ou si l’échéance de 2030 est prolongée.

« Malgré les énormes défis qui nous attendent, malgré les revers de notre cheminement commun, nous pouvons éradiquer la faim de notre vivant », a souligné Charles E. Owubah, PDG d’Action contre la faim. « Ce dont nous avons besoin maintenant, ce sont des approches holistiques de pointe, des actions audacieuses et soutenues, et de nouvelles voix pour s’engager à créer un avenir sans faim. »

Le rapport décrit à quoi pourraient ressembler certaines de ces approches.

1. Tenir les gouvernements plus responsables

Les personnes interrogées pensent que les principaux défis affectant les programmes gouvernementaux liés à la faim comprennent les conflits d’intérêts et de priorités ministériels ou politiques, un décalage entre les politiques et leur mise en œuvre, et un manque de financement ou d’allocations budgétaires.

L’incapacité à s’attaquer également de manière holistique aux causes profondes de la faim – y compris les défis interdépendants mais en constante évolution de la pauvreté, de l’inégalité entre les sexes, de la crise climatique, des conflits, des déplacements et d’autres violations du droit international humanitaire – a été citée par 54 % des répondants comme étant parmi les trois principales raisons pour lesquelles les approches actuelles de lutte contre la faim sont insuffisantes.

Selon 90 % des personnes interrogées, s’attaquer à ces causes profondes nécessitera des approches différentes dans les pays à faible revenu, où les inégalités sociales et économiques  sont les principaux obstacles, et dans les pays à revenu élevé, où la faim et l’obésité cachées sont des problèmes. « Les causes sont similaires. , mais les solutions, comme pour tout ce qui est en développement, sont très spécifiques au contexte », a noté Lawrence Haddad, directeur exécutif de l’ Alliance mondiale pour l’amélioration de la nutrition.

Les propositions des personnes interrogées pour les HIC comprenaient une plus grande utilisation des interventions précoces, des filets de sécurité sociale plus solides, une éducation nutritionnelle et l’incitation des détaillants alimentaires du secteur privé à investir dans les quartiers à faible revenu.

2. Adoptez une approche localisée

Trente-trois pour cent des personnes interrogées pensent que les approches actuelles d’éradication de la faim échouent parce qu’elles ne sont pas pilotées par des acteurs locaux ou communautaires.

« Il ne suffit pas de permettre aux gens de faire partie de quelque chose », a noté Saul Guerrero, conseiller principal en nutrition à l’ UNICEF . « Vous devez faciliter une conversation ou un processus qui définit ce qu’ils apportent dans une conversation et leur laisser l’espace pour jouer ce rôle. »

La campagne vise à connecter les praticiens, les philanthropes et les décideurs politiques, alors qu’ils repensent l’approche pour éradiquer la faim. En commençant par le rapport « Zeroing in on Ending Hunger » qui s’appuie sur les points de vue de plus de 800 personnes du secteur, Ensemble contre la faim s’efforce de susciter le dialogue et l’action au cours de l’année à venir par le biais de groupes de discussion, de discussions et de panels. Le dialogue aboutira à un sommet les 12 et 13 octobre 2022 à Washington, DC, et pratiquement partout.

Les interventions qui, selon les répondants, auront le plus d’impact comprennent : la lutte contre les inégalités structurelles qui excluent les parties prenantes marginalisées de la prise de décision ; établir des mécanismes de rétroaction communautaire pour suivre les progrès, les réussites et les échecs ; et le transfert de la prise de décision et de la propriété des organisations mondiales vers les organisations locales.

Les gouvernements, les ONGI et d’autres groupes doivent également veiller à ce que les partenariats avec les communautés locales et les dialogues qui les sous-tendent soient significatifs. Les domaines prioritaires des répondants à l’enquête ici comprennent l’intégration des connaissances et des pratiques autochtones locales dans l’aide liée à la faim, et le fait que les communautés locales dirigent la conception des programmes et des politiques.

3. Collaborez à des activités à fort impact

Les parties prenantes doivent également être unies dans la lutte contre la faim zéro, en investissant dans des activités à fort impact là où elles sont le plus nécessaires, disent les répondants. Par exemple, le partenariat Ceres2030  a créé une feuille de route pour l’investissement dans 10 domaines prioritaires – y compris la participation aux organisations d’agriculteurs, les programmes de formation professionnelle pour les jeunes ruraux et l’intensification des programmes de protection sociale – qui obligera les gouvernements donateurs à doubler l’aide qu’ils fournissent pour la sécurité alimentaire et la nutrition d’ici 2030.

Mais amener les praticiens à collaborer efficacement peut être difficile. Par exemple, de nombreuses ONGI ne peuvent attirer des financements que lorsqu’elles sont en mesure de démontrer leur impact, ce qui peut les dissuader de former des partenariats, a noté Haddad. Cependant, « voulez-vous contrôler quelque chose avec un très petit impact, ou voulez-vous être un contributeur à quelque chose qui a un très grand impact? » Il a demandé. « C’est le choix auquel ils sont confrontés. »

Lorsqu’on leur a demandé de classer les défis qui empêchent le secteur privé de s’engager de manière significative dans des partenariats de lutte contre la faim, 67 % des personnes interrogées ont déclaré que la tendance des intérêts des entreprises à passer outre les programmes humanitaires ou de développement était un obstacle majeur.

Les personnes interrogées ont toutefois fait valoir qu’il est possible de trouver des intersections où les intérêts privés rencontrent le bien public, les contributions du secteur privé se concentrant, par exemple, sur le renforcement de la chaîne d’approvisionnement ou le plaidoyer.

4. Adoptez l’innovation

L’enquête souligne en outre la nécessité d’innover davantage dans les efforts d’éradication de la faim, en termes d’approches suivies, de processus adoptés et d’outils technologiques appliqués. Les domaines dans lesquels les répondants voient le plus d’opportunités de développer ou d’intégrer l’innovation comprennent la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires, le renforcement des chaînes de valeur et la recherche et le développement.

Les personnes interrogées ont également appelé à s’écarter du statu quo et à passer à l’échelle d’approches plus percutantes, telles que l’action anticipative, la programmation sans regrets et l’intégration des pratiques agricoles résilientes déjà utilisées par les communautés autochtones.

Les crises récentes, tout en mettant à nu les faiblesses des systèmes qui recoupent la faim et ses solutions, ont également créé des opportunités d’apprentissage qui pourraient engendrer de futures innovations dans le renforcement de la résilience et le rétablissement de l’élan vers la réalisation de l’ODD 2.

Par exemple, les personnes interrogées pensent que la principale leçon à tirer de la pandémie de COVID-19 est la nécessité de renforcer les systèmes alimentaires locaux en encourageant la production alimentaire au niveau communautaire. Pour renforcer la résilience face aux chocs liés au climat, 71 % considèrent l’accélération du développement et de l’utilisation de cultures et de techniques agricoles résilientes au climat comme une priorité absolue.

Ensemble contre la faim

Ces informations et d’autres extraites du rapport stimuleront et éclaireront une série de débats et d’ateliers ciblés qu’Action contre la faim organisera avant sa réunion Ensemble contre la faim  en octobre 2022, alors qu’elle cherche à élaborer une nouvelle feuille de route vers la sécurité alimentaire pour tous.

Comme le montre le rapport, la faim est loin d’être inévitable et, avec un engagement accru et une action définitive, elle reste fermement à la portée de l’humanité, a souligné Owubah. « Si nous pouvions envoyer un homme sur la lune il y a plus de 50 ans, nous pourrions éliminer la faim de notre vivant. »

Iain Jeune – Professeur et doyen, Faculté des sciences, Université de Sydney

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une