asd

COVID – 19

RDC : ce qui a mal tourné

Depuis près de trois décennies, la République démocratique du Congo (RDC) est plongée dans la violence. Des millions de personnes ont été tuées et environ 5,6 millions d’autres déplacées par les guerres civiles, les querelles locales et les conflits transfrontaliers.

Des études ont identifié plusieurs raisons de la persistance de la guerre, en particulier dans l’est instable du pays. Il s’agit notamment de l’intolérance ethnique, de l’exploitation illégale des vastes ressources naturelles du pays et d’une élite congolaise qui profite du chaos.

Les pays voisins – dont le Rwanda, le Burundi, l’Ouganda et plus récemment le Kenya – sont enfermés dans le conflit en cours, qui a été qualifié de l’un des plus meurtriers au monde depuis la seconde guerre mondiale. Une grande partie de la violence actuelle est concentrée dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, qui se trouvent à la frontière orientale de la RDC. Ensemble, ils font environ sept fois la taille du Rwanda.

Consolider les efforts de paix sur le vaste territoire s’est avéré difficile. Les chercheurs qui écrivent pour The Conversation Africa ont mis en évidence une série de facteurs à l’origine du conflit – et les défis dans la manière de les résoudre.

1. La naissance du M23

Depuis les années 1990, les groupes armés font partie de l’économie politique de l’est du Congo. Les communautés ont créé des milices d’autodéfense en réponse aux groupes armés soutenus par l’étranger accusés d’utiliser la guerre pour piller les richesses du pays.

Au fil du temps, la mobilisation armée s’est transformée en un but en soi : gagner de l’argent, exprimer le pouvoir politique ou simplement permettre à la jeunesse de faire face au chaos. Aujourd’hui, plus de 120 groupes armés sont présents dans l’est de la RDC.

L’un d’eux est le Mouvement du 23 mars (M23) . Kasper Hoffmann et Christoph Vogel analysent le développement du M23 depuis ses débuts en 2012.

2. Dynamique régionale

La RDC a accusé le Rwanda de violer sa souveraineté en soutenant le M23. Un rapport des Nations Unies a soutenu cette affirmation. Kigali, cependant, a rejeté les conclusions comme de « fausses allégations ».

Les tensions entre le Rwanda et la RDC remontent au génocide de 1994 au Rwanda. Bon nombre des auteurs de ces violences, qui ont tué environ un million de Rwandais, ont fui vers la RDC, alors appelée Zaïre. Le gouvernement rwandais post-génocide a lancé des opérations militaires dans le but de forcer les auteurs à rentrer chez eux pour faire face à la justice. Le Rwanda pense que la RDC continue de fournir un refuge aux responsables du massacre de 1994. Jonathan Beloff explique pourquoi les deux nations se méfient l’une de l’autre.

3. Les effets persistants du colonialisme

Les manières coloniales de gouverner les populations indigènes ont semé les germes de la tension ethnique dans le Congo actuel. Les recherches de Jacob Cloete visaient à établir si un conflit au Nord-Kivu en 1993 qui a fait la une des journaux était le point de départ de la violence actuelle dans l’est du Congo. Il soutient cependant qu’il s’agissait de l’aboutissement d’un plus ancien enraciné dans le colonialisme belge et allemand. Comme il l’explique :

Sur la base d’une notion raciste populaire parmi les colonialistes africains à l’époque, les deux administrations coloniales ont accordé un statut privilégié à une partie de la population locale en fonction de l’appartenance ethnique.

4. Remise en cause de l’intervention de l’ONU

Au cours de trois décennies de guerre, le Congo a reçu des dizaines de milliards de dollars d’aide humanitaire et accueille l’une des plus importantes missions de maintien de la paix des Nations Unies. La mission a été créée en 1999 et son mandat a été élargi en 2010 pour inclure la protection des civils.

La mission de l’ONU a longtemps été accusée de ne pas avoir réussi à stabiliser le pays malgré plus de deux décennies d’intervention. Mais comme l’explique Delphin Ntanyoma, l’ONU est accusée de ce qui devrait être la responsabilité du gouvernement de la RDC : désamorcer la violence et trouver des solutions à long terme.

5. Récompenser la rébellion

Les recherches de Christopher P. Davey sur les Banyamulenge – un sous-groupe de l’ethnie tutsie congolaise originaire de la province du Sud-Kivu dans l’est de la RDC – alimentent le débat sur les facteurs qui motivent la violence au Congo. Il soutient que les expériences des Banyamulenge illustrent comment la violence au Congo se multiplie à travers les frontières, brouille les frontières entre victime et auteur, et est utilisée pour gagner une place au gouvernement plutôt que pour le renverser. Davey note que :

Je crois que pour arrêter le cycle de la violence, la RDC et ses alliés régionaux ont besoin d’un nouveau statu quo qui ne récompense pas la rébellion mais diminue son attrait.

Kagure Gacheche

Communications Coordinator-Africa Region, AMWIK

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une