asd

COVID – 19

RDC : Ça ne vaut pas la peine !!!?

Dans la mythologie grecque, Sisyphus s’était rebellé contre la volonté des dieux en confiant leurs secrets aux humains.

Pour cette trahison, il fut condamné à pousser un énorme rocher jusqu’au sommet d’une montagne dans le royaume des morts. A peine ce but atteint, le rocher roulait jusqu’au pied du versant d’où Sisyphe devait le remonter. Cette tâche a été répétée pour l’éternité.

Ce mythe pourrait indiquer à tort que l’indépendance congolaise qui était perçue par son ancienne métropole, la Belgique, comme un acte de trahison, était une pure folie que la nation en subit encore les conséquences jusqu’à présent.

C’est plutôt le fait qu’en dépit de la volonté nécessaire pour trouver le remède le plus utile aux maux sociaux, politiques et économiques, des pays comme la RDC n’ont pas la réponse curative attendue. Parfois, c’est le dosage, la plupart du temps c’est l’enthousiasme du publique d’ingurgiter des réponses politiques basées sur des concepts de développement économique démodés alimentés par les aspirations sociales primitives de son élite.

Tout nous ramène au mauvais diagnostic

Les bluffeurs et lumpenprolétariat congolais ont convaincu les Congolais que la corruption, la mauvaise gouvernance et d’autres concepts abstraits stagnaient croissance économique de la RDC enfin de marchander une perception d’irresponsabilité. 

La doctrine héritée de la colonisation selon laquelle c’est à coups de fouet qu’on obtient le meilleur des nègres en toujours en rigueur.

La surexploitation de la politique continue à entraîner davantage de pertes en vies humaines et financières.

Il est à noter que l’obsession de vouloir que les Congolais aient l’estomac plein au lieu d’une tête bien faite ne fait rien de plus que d’augmenter la vitesse du sprint social et économique dans la mauvaise direction.

Mieux vaut pincer que gifler

Pour simplifier mes diatribes, ces pointeurs devraient aider.

  • Ça ne vaut pas la peine de s’attendre à un renouveau social ou une relance économique adaptée pour briser le cauchemar quotidien des Congolais d’un gouvernement basé sur une répartition équitable du gâteau entre mercenaires politiques.
  • Il aurait dû être clair maintenant que ça ne vaut pas la peine pour continuer de vouloir imposer la paix dans l’Est de la RDC avec les kalachnikovs. Il y a lieu de lancer une armada sociale et économique, un plan Marshall, comme je le crie depuis des années maintenant.
  • Ça ne vaut pas la peine de taquiner l’esprit de l’entrepreneuriat congolais tout en maintenant l’écosystème le moins propice au démarrage et à la gestion d’une entreprise locale. Déjà que la RDC est classée 183 sur 190 pays dans Ease of Doing Business (la facilité de faire des affaires).
  • Ça ne vaut pas la peine lutter contre la corruption tout en envoyant les lanceurs d’alerte à la guillotine. Déjà que la promotion de l’entrepreneuriat tribal et le népotisme continuellement brouillent la différence entre la corruptibilité et le détournement de fonds publiques.
  • Dans une économie comme celle de la RDC, ça ne vaut pas la peine faire du bruit avec des indicateurs macroéconomiques au lieu disséquer les dilemmes microéconomiques.
  • Ça ne vaut pas la peine de s’époumoner pour la gratuité de l’enseignement scolaire pendant que tout le système est muni d’un savoir et des outils démodés et n’ayant même pas de cadre minimum pour façonner les jeunes esprits à être innovateur.
  • Ça ne vaut pas la peine qu’au 21ème siècle qu’une nation en quête de modernisation déploie des parcs industriels partout au lieu de se concentrer sur l’amélioration de la qualité des moyens de participation ou d’engagement de ses citoyens dans les écosystèmes modernes, les parcs d’innovation.
  • Ça ne vaut pas la peine de chercher à augmenter la collecte des impôts du gouvernement sur le dos des pauvres citoyens. Il y a plutôt lieu d’augmenter d’abord le salaire minimum et concevoir des politiques visant le chômage et la retraite. Cet exercice nécessite du cerveau plutôt que de l’argent.
  • Et enfin, le recensement n’ajoute pas de véritables peps à la pertinence des élections. Cependant, ça ne vaut pas la peine d’aller aux élections en 2023 avec un système de tour unique aux présidentielles et au vote indirect et par liste à tout niveau.

Franchement, les débats centrés sur les personnes sont devenus tellement ennuyeux, pour ne pas dire dégoûtants.

Dans le contexte socioéconomique, tout comme le kabilisme en son temps, le tshisekedisme se mute de plus en plus une autre phase perdue dans la fusion des désespoirs accrus et des perspectives hypothéquées, certes, mais non gâchée. C’est la seule symbiose par laquelle les Congolais ordinaires semblent par perdre petit à petit l’appétit pour les spectacles politiques dans lesquels à chaque épisode une plus lourde charrue (mode de vie institutionnel) est placée devant un bœuf (l’économie nationale) boiteux et très amaigri.

Pour maintenir cet élan, surtout si nous nous débarrassons du vote indirect et de liste et rétablissons la majorité absolue pour l’élection présidentielle, et pour que la nation ait la chance de faire le premier pas dans la bonne direction pour la première fois et aussi enfin de sauvegarder l’unité nationale, ça vaudra vraiment la peine que ni Tshisekedi, ni Kabila, et surtout pas Fayulu ou Katumbi, ne présente aux élections présidentielles en 2023.

Aussi adroits qu’ils soient dans le jonglages politiques tiers-mondistes, ils se sont avérés ne pas être équipés pour rendre le niveau de vie congolais moderne et agréable, pour tous.

Jo M. Sekimonyo

Auteur, économiste politique et philosophe

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une