asd

COVID – 19

Ouganda : l’art COVID des étudiants devient un outil de sensibilisation dans les bidonvilles de Kampala

Dans les bidonvilles de Kampala, très peu portent des masques, et encore moins pratiquent la distanciation sociale. L’argument a été en grande partie que vous ne pouvez pas vraiment vous inquiéter de contracter le COVID-19 lorsque vous n’avez rien à manger et que vous êtes affamé. Mais une initiative étudiante, à travers l’art, encourage les habitants des bidonvilles de la ville d’Afrique de l’Est à se protéger contre la quatrième vague du coronavirus, même lorsqu’ils ont faim.

Les étudiants, principalement de la Margaret Trowell School of Industrial and Fine Arts de l’Université de Makerere, en Ouganda, ont créé des œuvres d’art sur le thème de la maladie à coronavirus et de sa prévention et utilisent les dessins pour montrer aux occupants du bidonville pourquoi ils doivent encore porter des masques , la distance sociale et prenez un coup dans la lutte contre COVID-19.

« Nous savons que l’art peut être puissant, nous utilisons donc nos prouesses créatives visuelles pour améliorer la sensibilisation autour de COVID-19 et jouer un rôle dans la lutte contre la pandémie », a déclaré Hikimah Ssembatya, étudiante en art et design industriels à Makerere. Université et l’un des leaders de l’initiative.

« Plus précisément, nous ciblons les jeunes, les jeunes vulnérables de nos bidonvilles qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école », a déclaré Ssembatya. « Nous voulons les encourager à continuer à se laver les mains, à garder leurs masques et à distance sociale au moins jusqu’à ce que cette crise de coronavirus soit évitée. »

Les étudiants sont passés de Makindye à Nakawa et de Rubaga aux divisions de Kawempe à Kampala, encourageant les jeunes à suivre les procédures opérationnelles standard, ou SOP, pour la prévention du COVID-19. Après les bidonvilles de Kampala, les étudiants prévoient d’organiser des actions similaires dans les bidonvilles voisins du district de Wakiso.

Naviguer autour du confinement Les rapports du ministère de la Santé indiquent que 127 877 Ougandais ont contracté le COVID-19, tandis que 3 265 sont décédés depuis l’année dernière. Mais la pandémie a surtout touché les habitants des bidonvilles et les jeunes. « La majorité d’entre eux sont des gens au jour le jour qui vivent de leur capacité à se déplacer chaque jour vers les centres-villes », a déclaré Herbert Mukisa, un responsable communautaire de la division de Kawempe.

« Ils n’ont pas eu suffisamment de nourriture à manger depuis que le coronavirus a frappé et que le gouvernement a imposé des fermetures pour endiguer sa propagation », a-t-il déclaré.

Le gouvernement a distribué de la farine de maïs et des haricots à certaines des personnes les plus vulnérables touchées par le confinement l’année dernière. Il a déboursé 100 000 shillings ougandais (28 dollars) à des personnes défavorisées sélectionnées au début de 2021. Mukisa a déclaré que cela ne suffisait pas.

Les gens espéraient que le gouvernement rouvrirait l’économie après la chute des cas de COVID-19, mais une nouvelle variante (Omicron) menace cette possibilité.

« Nous voulons simplement encourager ces groupes vulnérables à continuer à se protéger contre le coronavirus », a déclaré Ssembatya.

« Oui, les temps sont durs, mais nous voulons leur démontrer que nous avons toujours une crise de coronavirus entre les mains et que nous ne pouvons nous permettre aucune complaisance. »

Les 15 étudiants ont recruté d’autres bénévoles et dirigeants communautaires et organisent des activités de sensibilisation communautaires où ils expliquent à d’autres jeunes pourquoi ils doivent toujours porter leurs masques, se laver les mains et maintenir une distance sociale.

Billy Akankwasa, un autre étudiant en beaux-arts industriels à l’Université de Makerere, a déclaré que les étudiants prévoyaient de lancer leur initiative en juin de l’année dernière, mais qu’ils ne savaient pas comment progresser, en partie parce que les universités étaient fermées (établissements d’enseignement supérieur dans le le pays a repris l’apprentissage par contact en novembre) et les étudiants ont été dispersés.

Ils ont formé un groupe WhatsApp et se sont rencontrés sur Zoom et ont convenu de commencer leur initiative avec une exposition d’art.

Exposition

Les étudiants ont organisé leur exposition Masks-On au musée national de Kampala en octobre de cette année et ont présenté un certain nombre de dessins illustrant la crise des coronavirus dans le pays et les diverses interventions que le gouvernement avait instituées pour contrecarrer la pandémie.

Par exemple, un dessin a dépeint comment COVID-19 a lié les mains de l’enfant africain, et littéralement.

La bougie de l’enfant s’est éteinte et l’éducation (ensemble mathématique) n’est plus une priorité. Le petit garçon garde maintenant l’espoir et la conviction dans son cœur que, quelque part en Afrique, quelqu’un peut rallumer sa bougie.

Mais, en attendant, il jouera son rôle. Il portera son masque, c’est le message sur lequel les élèves mettent l’accent.

Un autre dessin montrait un enfant portant un kavera (morceau de polyéthylène) en guise de masque. Akankwasa a déclaré que l’œuvre d’art explore comment le coronavirus a été particulièrement dur pour les enfants.

Plus de 1 000 amateurs d’art ont assisté à l’exposition d’une semaine.

Matthias Schauer, l’ambassadeur d’Allemagne en Ouganda, qui était l’invité d’honneur, a félicité les étudiants pour avoir utilisé leur art pour générer un dialogue, créer une prise de conscience et aider à trouver des solutions dans la lutte contre le COVID-19.

Désormais, les étudiants utilisent les recettes de l’exposition pour se déplacer de bidonville en bidonville en engageant les occupants du bidonville à observer les SOP et à se protéger contre la pandémie.

Donner la priorité aux jeunes

« Les jeunes sont notre priorité », a déclaré Ssembatya. «Nous organisons des réunions, similaires à des activités de sensibilisation communautaires, où nous interagissons avec les jeunes de ces zones et les encourageons à suivre les directives établies par le gouvernement pour arrêter le coronavirus.»

Akankwasa a déclaré que les étudiants «créaient essentiellement une prise de conscience» sur le coronavirus et sensibilisaient les masses à l’importance de la vaccination dans sa prévention.

« Nous avons beaucoup de mythes autour des vaccins contre les coronavirus ici », a déclaré Akankwasa. « Certaines personnes disent que les vaccins qui sont expédiés en Afrique sont de mauvaise qualité et ne fonctionnent pas. Nous nous attaquons à ces mythes et encourageons les gens à aller prendre un coup.

« Nous voulons amplifier l’importance de la vaccination dans la lutte contre le virus », a déclaré l’étudiant.

« Nous savons que la vie dans les bidonvilles est très dure », a-t-il poursuivi, affirmant que les gens n’ont pas assez à manger et n’ont pas d’eau potable. «Mais le message est qu’ils doivent encore se protéger. S’ils se protègent contre cette pandémie, ils peuvent vivre pour se battre un autre jour.

« Nous voulons contribuer à l’objectif du gouvernement (de vacciner au moins 50% de la population) en encourageant les jeunes à aller se faire vacciner », a déclaré Akankwasa.

Emmanuel Ainebyoona, responsable principal des relations publiques du ministère local de la Santé, a déclaré que les étudiants complétaient ses messages.

Moses Serugo, un passionné d’art à Kampala et responsable du style de vie et du divertissement à la maison de médias Vision Group, a déclaré: « Ils (les étudiants) s’identifient à d’autres jeunes dans les bidonvilles et leur montrent pourquoi ils doivent suivre ces SOP. »

Mais il y a des défis.

De nombreux habitants des bidonvilles n’ont pas accès à de l’eau potable pour se laver systématiquement les mains et n’ont pas les moyens d’acheter des masques. Dans certains cas, les étudiants ont dû leur acheter des masques réutilisables.

Il y a également une pénurie de vaccins et le gouvernement donne toujours la priorité aux populations clés telles que les personnes de plus de 50 ans, les étudiants, les enseignants, les officiers de l’armée et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents. Cela exclut de nombreux jeunes.

Le président ougandais Yoweri Museveni a déclaré que le gouvernement espérait se procurer 11,9 millions de doses de vaccins d’ici la fin décembre 2021. Il n’a administré que 7,6 millions de doses de COVID-19.

Mais les étudiants joueront leur rôle.

John Agaba – Worldnews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une