asd

COVID – 19

Mozambique : loin de saisir son opportunité démographique

Le Mozambique fait souvent la une des journaux internationaux ces jours-ci en raison de ses fréquents cyclones et de l’aggravation du conflit dans le nord du pays. Mais, tout comme les économies de l’Asie du Sud-Est dans les années 1980 et 1990, le pays a une chance de saisir une fenêtre d’opportunité démographique, de stimuler la croissance économique et de maintenir une main-d’œuvre importante de la classe moyenne. Tenir cette promesse et éviter des résultats moins favorables nécessitera un investissement rapide à grande échelle dans la jeunesse mozambicaine.

La fécondité ne diminuant que progressivement, la population mozambicaine devrait doubler d’ici 2050, pour atteindre 60 millions, dont 55 % auront moins de 25 ans. Mais le Mozambique est encore loin de saisir son opportunité démographique, car la croissance démographique continue de dépasser l’expansion de possibilités d’éducation et d’emploi pour les jeunes. Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) estime que le nombre de 15-24 ans qui n’étaient ni employés ni scolarisés a augmenté d’un million – donc plus du double – au cours de la décennie entre les recensements de 2007 et 2017 .

Mais avec le bon dosage de politiques, le Mozambique peut accélérer sa transition démographique et réaliser des dividendes économiques importants et durables. Plus précisément, l’accent mis simultanément sur les réformes économiques axées sur l’emploi et les investissements dans la planification familiale et l’éducation pourrait entraîner un PIB par habitant de plus de 8 000 dollars d’ ici 2051, similaire à celui d’un pays à revenu intermédiaire supérieur comme l’Afrique du Sud ou la Namibie. Par rapport à ce résultat, un scénario de statu quo sans de tels investissements coûterait au pays 6 000 $ par habitant en perte de PIB. Le Mozambique serait également confronté aux coûts économiques et sociaux associés à une dette publique plus élevée, à une pression supplémentaire sur un système de santé déjà surchargé, à une productivité plus faible et à un chômage plus élevé des jeunes.

L’urbanisation alimentée par les jeunes sera cruciale pour les perspectives d’avenir du Mozambique. L’urbanisation, en particulier si elle est combinée avec une allocation de ressources et une infrastructure adéquates et bien planifiées, peut rendre les pays plus riches. C’est également un moteur clé de la transition démographique du Mozambique, le taux de fécondité ayant déjà baissé à un rythme beaucoup plus rapide dans les zones urbaines, à 3,6 enfants par femme, que dans les zones rurales du pays, où il reste à 6,1 enfants par femme.

Le gouvernement doit investir massivement dans les jeunes maintenant afin d’en récolter les bénéfices à long terme. L’augmentation des dépenses consacrées à la santé sexuelle et reproductive des adolescents sera cruciale. Les investissements qui créent une demande pour de tels services doivent être complétés par une augmentation simultanée de leur offre capable de résister aux tendances et aux chocs, de l’urbanisation aux catastrophes liées au climat, qui continuent d’affecter le pays.

L’éducation à la sexualité et à la santé reproductive est essentielle pour générer une demande de services tels que la planification familiale. Scolaires d’ éducation à la sexualité des programmes ont conduit à la contraception accrue et l’ utilisation du préservatif, et retardé les premiers rapports sexuels, entre autres résultats notables. Mais les décideurs politiques doivent envisager des moyens technologiques ou d’autres moyens innovants de dispenser cette éducation rapidement et efficacement.

Depuis 2019, les jeunes créateurs mozambicains de l’application mobile Dika ont fourni des informations géospatiales sur les services adaptés aux jeunes et des conseils opportuns liés à la santé sexuelle et reproductive. Dika est une innovation qui a étendu ses services en 2020 pour incorporer du contenu COVID-19, développé par et pour les jeunes, afin d’aider à aplatir la courbe d’infection du Mozambique.

Mais la littératie numérique reste faible. Seulement 7 % de la population mozambicaine – 15 % dans les zones urbaines et 2 % dans les régions rurales – utilise régulièrement Internet. Et seulement 22% des femmes ont accès à un téléphone portable.

Il existe néanmoins plusieurs manières innovantes d’étendre la distribution des services de santé reproductive. Il s’agit notamment d’utiliser des drones ou des chaînes d’approvisionnement du secteur privé pour fournir des fournitures médicales, d’augmenter l’utilisation de la télémédecine grâce à des solutions informatiques telles que l’intelligence artificielle et de rendre les contraceptifs injectables plus largement disponibles.

Au Mozambique, l’UNFPA soutient les efforts visant à élargir l’accès aux méthodes modernes de planification familiale, en particulier les injections contraceptives que les filles des zones difficiles d’accès peuvent administrer facilement et en toute sécurité. Cette initiative est susceptible de réussir, étant donné que 45% des utilisatrices de contraceptifs modernes au Mozambique utilisent déjà des injectables – une option beaucoup plus populaire et discrète que la pilule ou les implants.

Enfin, les données – ventilées par âge et par sexe – restent vitales pour développer un système de santé plus réactif et plus résilient pour les jeunes. Dans un pays où le mariage et l’activité sexuelle peuvent commencer dès l’âge de dix ans et où plus d’une fille sur trois âgée de 15 à 19 ans a donné naissance à au moins un enfant, le manque de données ventilées peut rendre les filles et les jeunes invisibles .

Les projections de l’ONU montrent que la demande de contraception au Mozambique dépassera les cinq millions d’utilisateurs d’ici 2030. Malgré les progrès du pays dans la réduction des besoins non satisfaits en matière de planification familiale, les réductions de financement mondiales récemment annoncées pour UNFPA Supplies – le partenariat phare de l’agence pour les produits de santé reproductive, y compris les préservatifs et les implants contraceptifs pour la planification familiale – sont préoccupantes.

Ces réductions de financement augmentent l’écart existant pour les fournitures de planification familiale dans le pays. Sur la base de la situation globale du financement des contraceptifs au Mozambique à la mi-juin, l’UNFPA estime (en utilisant les données de Family Planning 2020 ) que la baisse des utilisatrices de contraception au cours des trois prochaines années pourrait entraîner plus de 177 000 avortements à risque et 1 800 décès maternels.

Alors que le Mozambique entre dans une décennie potentiellement transformatrice, il est essentiel de considérer la démographie du pays non seulement comme une opportunité de développement économique, mais aussi en termes de perspectives de vie des adolescentes. Cela commence par leur accès équitable aux services de santé sexuelle et reproductive, et donc leur capacité à prendre en charge leur corps et leur avenir.

La réalisation de ces objectifs nécessitera des investissements concertés, de l’innovation et de nouvelles formes de partenariats. La population jeune en plein essor du Mozambique est dans une course contre la montre. Libérer son potentiel – surtout en réduisant son taux de fécondité – peut ouvrir la voie à d’énormes gains socio-économiques, tout comme il l’a fait ailleurs en Afrique et au-delà.

Andrea M. Wojnar – Représentante du Fonds des Nations Unies pour la population pour le Mozambique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une