asd

COVID – 19

Ghana : les délinquants juvéniles ne sont pas préparés à réintégrer la société

À l’échelle mondiale, environ un million d’enfants sont détenus par la police chaque année; 410 000 d’entre eux sont détenus dans des centres de détention et de détention provisoire. On estime que chaque jour, les maisons d’arrêt du monde entier accueillent entre 160 000 et 250 000 enfants.

Le temps passé en prison peut avoir des répercussions durables sur la vie des jeunes contrevenants. Elle peut affecter les domaines sociaux, émotionnels et autres du développement.

La Convention relative aux droits de l’enfant exige que l’incarcération soit une mesure de dernier recours. La Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant fournit également des lignes directrices ; l’article 17 traite spécifiquement de la justice pour mineurs.

Au Ghana, les centres correctionnels sont destinés à aider les délinquants juvéniles à acquérir des compétences professionnelles pour les aider à devenir des citoyens productifs après avoir purgé leur peine. Ils reçoivent également des conseils religieux et moraux. Mais il y a peu de suivi de ce qui leur arrive.

En tant que chercheur en travail social et bénévole à Accra, au Ghana, j’interagis constamment avec le centre correctionnel pour personnes âgées et la maison de détention provisoire. Je me suis inquiété du nombre d’adolescents de sexe masculin que j’ai rencontrés là-bas et des infractions parfois apparemment insignifiantes qui leur avaient causé des ennuis. En avril 2023, le Ghana comptait 254 délinquants juvéniles de sexe masculin en détention . Je me suis demandé ce que l’avenir réservait à ces adolescents une fois qu’ils auraient réintégré la société.

La littérature en dit très peu sur les expériences des délinquants juvéniles au Ghana après leur libération. J’ai donc mené une étude pour explorer cela. Je voulais en savoir plus sur les défis qu’ils ont rencontrés et ce qui avait contribué à ces défis.

La connaissance de leurs expériences peut être utile pour concevoir des politiques et des stratégies efficaces pour atténuer les effets néfastes de l’emprisonnement sur la vie des jeunes.

À mon avis, les résultats de mon étude soulignent la nécessité d’une approche plus efficace et holistique de la réforme de la justice pour mineurs – une approche qui considère l’impact à long terme de la détention sur les jeunes délinquants. Le Ghana a besoin d’un programme de réintégration plus rigoureux et plus complet. Et les politiques existantes doivent être mises en pratique.

La vie après la détention

J’ai interviewé 12 jeunes hommes qui avaient purgé leur peine au centre correctionnel pour personnes âgées du Ghana. Je voulais comprendre, de manière qualitative, les défis variés auxquels ils étaient confrontés après leur libération et comment cela affectait leur vie.

La tranche d’âge des participants au moment de l’entrevue se situait entre 19 et 28 ans (moyenne de 22 ans). Tous étaient entrés au centre correctionnel en tant que mineurs (certains n’avaient que 15 ans) et en étaient sortis à l’âge adulte. Ils ont passé en moyenne deux ans au centre correctionnel.

Huit participants ont reçu une formation et une éducation professionnelles au centre – des compétences comme l’électricité générale, la céramique, la menuiserie et la couture. Les quatre autres ont fréquenté l’école pendant qu’ils étaient au centre correctionnel.

Six participants avaient été inculpés de souillure, trois de vol, deux de voies de fait et un d’entrée illégale.

Un participant possédait un diplôme, six avaient commencé ou terminé le premier cycle du secondaire et cinq avaient commencé ou terminé le deuxième cycle du secondaire.

Les participants à l’étude m’ont dit qu’ils avaient été stigmatisés après leur libération. Les rappels constants de leurs antécédents criminels de la part de leurs amis et de leur famille ont conduit à des sentiments de honte, de culpabilité et d’isolement. Indirectement, la confiance de ces jeunes a été mise à mal. Ils avaient l’impression que les gens les considéraient comme irrécupérables et inadaptés à la société. Ce sentiment a affecté leurs relations sociales avec leurs amis. L’un a dit :

Les gens disent beaucoup de choses sur moi. Je n’ai plus d’amis dans le coin. Donc, même si je vis confortablement avec mes parents, je me sens très triste et seul dans ce domaine.

Les participants avaient renoncé à poursuivre leurs études. Certains estimaient qu’il valait mieux faire autre chose. D’autres n’avaient pas les moyens financiers d’aller à l’école.

Le centre correctionnel n’offrait pas de programmes ni de soutien formels de transition. C’est l’une des principales menaces à la réinsertion réussie des délinquants juvéniles libérés dans la société. Le Ghana a une politique de justice pour les enfants , qui décrit des stratégies telles que l’utilisation d’agents de probation de district et de travailleurs sociaux pour réintégrer les jeunes délinquants, mais elle n’est pas correctement mise en œuvre.

Une fois libérés, les jeunes hommes de mon étude sont retournés dans un contexte de pauvreté. Cela semblait être ce qui contribuait à l’infraction initiale commise. La pauvreté limitait le type d’aide qu’une famille pouvait leur apporter. Et ils n’ont pas pu trouver de travail parce que les employeurs n’étaient pas disposés à leur donner une chance.

Pour ceux qui avaient acquis certaines compétences au centre correctionnel pour personnes âgées, les contraintes financières rendaient difficile le démarrage d’une entreprise. L’un a dit :

J’ai l’intention d’ouvrir mon magasin pour démarrer une entreprise d’électricité, mais je n’ai aucune aide. Cela a été très difficile et dérangeant.

Cela signifiait qu’ils étaient incapables de briser le cycle de la pauvreté, ce qui rendait la réintégration encore plus difficile.

Un appel à faire mieux

La réinsertion réussie des délinquants juvéniles libérés dans la société nécessite la mise en œuvre de programmes de transition formels et de soutien tels que la politique de justice pour les enfants du Ghana.

Des stratégies globales d’éducation, d’emploi et de soutien financier doivent être mises en place pour s’assurer que ces jeunes puissent avoir une vie pleine de sens après leur libération. Ils ont besoin d’opportunités pour créer des entreprises ou acquérir des compétences professionnelles qui leur permettent de sortir des cycles de la pauvreté.

La justice ne doit pas s’arrêter à la détention. La réinsertion des anciens délinquants devrait être un élément essentiel des efforts de justice réparatrice visant à réduire la récidive et à accroître la sécurité publique et la cohésion sociale.

Ebenezer Bosomprah

Candidat au doctorat, Institut d’études africaines, Université du Ghana

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une