asd

COVID – 19

Canada  : le « convoi de la liberté »

La manifestation des camionneurs commerciaux envahissant la capitale du Canada à Ottawa montre comment un problème peut rapidement être détourné par des groupes extrémistes qui lancent des thèmes de racisme, de haine et de violence.

Le livre de jeu non écrit d’une manifestation publique réussie consiste à susciter une large prise de conscience par le biais de l’actualité et de la couverture des médias sociaux sur un problème simple et clair qui constitue une menace directe et immédiate pour les gens.

La question doit avoir une solution évidente à une injustice flagrante que ceux au pouvoir refusent de reconnaître .

C’est la norme dans la vaste littérature sur l’action des mouvements sociaux . Par exemple, The Social Psychology of Protest du psychologue Bert Klanderman a souligné qu’en définissant un problème pour protester, la colère est l’émotion «exprimée par des personnes qui tiennent des agents externes responsables d’une situation indésirable».

Le raccourci pour déclencher une protestation est le suivant : de la peur à la colère, puis du leadership à l’action . En d’autres termes, une personne craintive devient souvent une personne en colère exigeant une action rapide qui est fournie par un leadership exploiteur.

Il ne fait aucun doute que bon nombre des camionneurs qui protestent ont peur à plusieurs niveaux. Dans des entretiens, ils citent la peur de perdre leurs moyens de subsistance et de voir leurs libertés civiles annulées par les mandats COVID-19 .

Cette peur a été facilement transformée en colère contre les gouvernements et les agences de santé. Leur solution ? Mettez fin aux restrictions liées à la COVID-19, non seulement pour les camionneurs, mais pour tous les Canadiens .

La peur et la colère ont formé un breuvage puissant et volatil à la recherche de leadership et d’action visible – d’où le soi-disant « convoi de la liberté ».

Et c’est là que tout a mal tourné.

Un amalgame de plusieurs forces

Quelques heures après que des camionneurs ont sillonné les rues de la capitale du Canada, ce qui a rapidement remonté à la surface comme une bouée toxique, ce sont des images et des reportages de manifestants agitant des croix gammées, urinant sur la tombe du soldat inconnu, exigeant de la nourriture gratuite dans des refuges pour sans-abri et suscitant la colère . du premier ministre Justin Trudeau , qui a déclaré :

«Je veux être très clair; nous ne sommes pas intimidés par ceux qui lancent des insultes et des injures aux travailleurs des petites entreprises et volent de la nourriture aux sans-abri. Nous ne céderons pas à ceux qui arborent des drapeaux racistes. Nous ne céderons pas devant ceux qui se livrent au vandalisme ou qui déshonorent la mémoire de nos anciens combattants. Il n’y a pas de place dans notre pays pour les menaces, la violence ou la haine… cela doit cesser.

Une grande manifestation peut souvent être un amalgame de nombreuses forces avec de nombreux objectifs et agendas. Cet écosystème d’exigences, de rage et d’énergie peut facilement servir d’hôte à des groupes plus petits mais puissants qui, avec un engagement fébrile, des compétences organisationnelles, des ressources et de l’expérience, détournent l’agenda.

Ces groupes ne s’adressent pas au grand public mais à leur propre public restreint de supporters, utilisant des actions provocatrices et sensationnelles pour obtenir une couverture médiatique et sociale et, espérons-le, quelques adhérents supplémentaires. Ils sont, après examen, un sac fourre-tout d’ extrémistes d’extrême droite , d’ anarchistes et d’  acolytes de Donald Trump .

Exposer une horrible vérité

Mes recherches et d’autres au fil des décennies sur le niveau de protestation publique acceptable pour la plupart d’entre nous ont toujours donné le même résultat. Nous acceptons les manifestations pacifiques comme un droit inhérent au sein des démocraties. Mais nous voulons aussi que les manifestations soient ordonnées, généralement non perturbatrices de notre vie quotidienne, de courte durée et non violentes.

Par exemple, le World Values ​​Survey montre qu’entre 2017 et 2020, 29 % des Canadiens n’assisteraient jamais à une « manifestation légale et pacifique », mais 48 % le pourraient, selon le problème. Les mots clés sont pacifiques et licites.

Les chercheurs conviennent généralement que les événements violents qui évoquent la peur et d’autres réactions émotionnelles fortes sont bien plus enracinés et mémorisés par le cerveau humain que des événements plus bénins et non violents. Ce phénomène est particulièrement vrai des actions de protestation publique où le ton d’une protestation ( violent contre non-violent ) peut rapidement faire basculer l’opinion publique du soutien à l’opposition.

Ce que le « convoi de la liberté » a réussi à faire, c’est de déchirer le tissu protecteur sur « être un Canadien » pour exposer une vilaine vérité – que peut-être le racisme, la radicalisation violente et le manque de respect mijotent dans une grande partie de la psyché canadienne, plus que nous ne le voulions. admettre.

Eli Sopow – Professeur de gestion du changement et de comportement organisationnel, University Canada West

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une