asd

COVID – 19

Allemagne : le mouvement Reichsbürger est accusé d’avoir tenté de renverser le gouvernement

La police a arrêté 25 personnes accusées d’avoir planifié de renverser le gouvernement allemand lors d’une série de raids à travers le pays.

Le groupe est accusé d’avoir tenté d’installer Heinrich XIII – un descendant de la royauté allemande – à sa tête. Parmi les personnes arrêtées figuraient des membres du Reichsbürger (qui se traduit par citoyens du Reich), un mouvement disparate de groupes et d’individus, dont certains d’extrême droite.

Les partisans du Reichsbürger ont déjà été empêchés de tenter une action violente, mais ce dernier incident et ses membres présumés ont suscité une plus grande inquiétude.

Un ancien membre du parlement allemand, qui était également juge jusqu’à peu de temps après son arrestation, faisait partie du groupe . Birgit Malsack-Winkemann était députée de l’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD), mais a quitté le parti en 2021.

Plusieurs anciens soldats ont également été arrêtés dans le cadre du complot de coup d’État. C’est une source de grande préoccupation pour les forces de l’ordre, car de tels liens permettent à des extrémistes potentiellement dangereux d’avoir accès à des armes et à des personnes entraînées.

Plus tôt en 2022, Heinrich XIII a été rapporté dans la presse allemande comme étant proche de la scène du Reichsbürger et adepte des théories du complot, incitant sa famille, la maison de Reuss, à se distancier publiquement de lui.

Il n’a cependant pas une grande visibilité, à part un discours de 2019 à la conférence WorldWebForum en Suisse, qui contenait un message antisémite et révisionniste historique. L’implication d’un aristocrate témoigne des motivations monarchistes de certains Reichsbürger, qui souhaitent réintégrer un Kaiser à la tête de l’Etat.

Que croient les Reichsbürger ?

Le Reichsbürger n’a pas de structure centralisée mais on estime qu’il compte au moins 21 000 partisans. Leur principale conviction est que l’État allemand actuel (la Bundesrepublik ou République fédérale), ses institutions et ses représentants démocratiquement élus ne sont pas légitimes.

Les partisans du mouvement refusent d’adhérer à l’autorité de l’État, par exemple en payant des impôts. Ils sont devenus notoires dans les premières années de la pandémie pour avoir refusé de se conformer aux restrictions du COVID-19 .

Certains adhérents au mouvement considèrent que les passeports et cartes d’identité allemands officiels sont illégitimes. Alors que certains préfèrent utiliser un certificat officiel de citoyenneté (appelé gelber Schein ou certificat jaune), d’autres fabriquent leurs propres passeports et permis de conduire illégaux. Ceux-ci incluront souvent d’anciens États allemands comme lieux de naissance, tels que les royaumes de Bavière ou de Prusse. En 2021, un fonctionnaire allemand a été démis de ses fonctions après avoir demandé un passeport avec le Royaume de Bavière répertorié comme son état de naissance.

Les membres du groupe croient généralement qu’une version antérieure de l’État allemand est en fait la forme légitime – bien qu’il y ait une certaine incohérence quant à laquelle.

Certains partisans pensent que la véritable forme de l’Allemagne a existé entre 1871 et 1918, lorsque le Reich allemand a été établi après l’unification et avant la première guerre mondiale. D’autres citent la constitution de la République de Weimar de l’entre-deux-guerres comme celle de la véritable Allemagne. Et d’autres se concentrent encore sur 1937 pour démontrer ce qu’ils perçoivent comme les frontières légitimes du territoire allemand , qui comprenait alors l’ancien royaume de Prusse, aujourd’hui la Pologne et la Russie, mais pas l’Autriche, qui a été annexée en 1938.

Une croyance unificatrice parmi les Reichsbürger est que l’État allemand actuel manque de souveraineté. Ils pensent que les alliés occidentaux (France, Royaume-Uni et États-Unis) auraient conservé le contrôle après la fin de leur occupation de l’Allemagne de l’Ouest en 1955. Par conséquent, certains pensent que l’État allemand actuel est un régime fantoche qui ne soutient pas les intérêts du peuple allemand.

Ils l’appellent parfois Deutschland GmbH (Limited), ce qui implique qu’elle n’a aucun pouvoir sur elle-même et n’existe que pour enrichir ses contrôleurs. Le nom BRD GmbH est également utilisé, faisant référence au nom abrégé de l’Allemagne de l’Ouest d’après-guerre.

Histoire révisionniste et antisémitisme

L’accent mis sur le révisionnisme historique et l’effacement de la souveraineté allemande peut encourager une conception de l’Allemagne comme un pays irréprochable avec une fierté simple. En se concentrant sur les frontières d’avant-guerre et en négligeant l’histoire d’après-guerre, le Reichsbürger peut ignorer la défaite de l’Allemagne lors de la seconde guerre mondiale, ainsi que son processus d’acceptation de son passé nazi et colonial, notamment l’Holocauste et les Herero et 1904. Génocide des Nama en Namibie . La suppression de ces moments sombres de l’histoire allemande permet aux partisans du mouvement de se concentrer sur leur propre victimisation perçue en tant que sujets d’un État allemand qu’ils ne reconnaissent pas.

Un révisionnisme similaire est courant dans l’extrême droite allemande au sens large, notamment certains membres du parti populiste AfD . La répudiation de l’importance de l’Holocauste et l’accent mis sur les moments « positifs » de l’histoire allemande encouragent la relativisation et l’antisémitisme de l’Holocauste.

Cependant, contrairement à l’AfD, qui a adapté sa rhétorique pour s’adapter au courant politique dominant, certains partisans du Reichsbürger ignorent totalement les lois allemandes actuelles interdisant la négation de l’Holocauste et la diffusion de la propagande nazie. Le groupe est lié à un antisémitisme manifeste et à la propagation de théories du complot antisémites sur le pouvoir de la « haute finance » ainsi qu’à la négation pure et simple de l’Holocauste. En mars 2020, la police allemande a saisi de la propagande néonazie lors de perquisitions au domicile de certains membres du Reichsbürger.

Cependant, le révisionnisme historique peut brouiller le tableau. Bien que nombre de ses adhérents soient antisémites et glorifient le passé colonial, le Reichsbürger n’est pas spécifiquement défini comme un groupe d’extrémistes de droite. En vérité, seule une petite partie du mouvement peut être définie comme telle.

À la base, l’extrémisme de droite est largement défini comme antidémocratique. Alors que de nombreux Reichsbürger refusent d’endosser la légitimité de l’État démocratique actuel de l’Allemagne, le manque de vision unifiée au sein du mouvement ne permet pas de savoir quel système serait préférable, la monarchie constitutionnelle du Kaiser Wilhelm II, l’expérience démocratique de l’Allemagne de Weimar ou la dictature de l’Allemagne nazie. Allemagne. Cependant, dans le cas du complot le plus récent, le rôle clé d’Heinrich XIII implique que l’objectif était la restauration d’une monarchie constitutionnelle dans le style du régime du Kaiser Wilhelm II.

Menace grandissante ?

Certains partisans du Reichsbürger commencent manifestement à s’engager dans la violence politique. Les dernières arrestations font suite à de multiples autres incidents. En 2016, un policier a été tué lors d’un raid sur un membre de la collecte illégale d’armes du mouvement. En août 2020, des membres du Reichsbürger ont tenté d’ entrer au parlement allemand dans le cadre d’une manifestation contre les restrictions du COVID-19.

La présence d’anciennes personnalités militaires et d’un ancien parlementaire parmi le groupe le plus récemment arrêté suggère que les Reichsbürger ne sont pas sans influence potentielle. L’AfD a longtemps nié tout lien avec le mouvement, mais s’est déplacé de plus en plus vers la droite ces dernières années. En 2019, le ministère allemand de l’Intérieur a signalé avoir identifié des liens isolés entre le Reichsbürger et l’AfD.

Le Reichsbürger pourrait être considéré comme un groupe marginal, mais leurs idées plaisent clairement à certains suffisamment pour les convaincre qu’un coup d’État est une entreprise valable. Et des liens avec des organisations plus influentes les rendraient plus dangereux – c’est pourquoi cette affaire a été prise si au sérieux par les autorités.

Claire Burchet

Doctorant en politique européenne, King’s College London

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une