asd

COVID – 19

Afrique du Sud : la mobilité ascendante noire a accéléré la déségrégation raciale à Johannesburg

Les chercheurs ne sont pas d’accord sur la question de savoir si les quartiers autrefois réservés aux Blancs de Johannesburg, la ville la plus grande et la plus importante d’Afrique du Sud, sont devenus considérablement désagrégés depuis la fin de l’apartheid en 1994. Certains soutiennent que la ségrégation résidentielle raciale n’a que légèrement diminué , tandis que d’autres soutiennent qu’elle est conséquent .

Mes recherches récentes montrent que l’étendue de la déségrégation raciale est beaucoup plus importante qu’on ne le pense généralement. Cette recherche est basée sur les données du recensement de la population pour les années 1996 , 2001 et 2011 et est le résultat de mon intérêt scientifique à long terme pour la nature changeante et l’étendue de l’inégalité raciale à Johannesburg.

L’étendue de la déségrégation raciale résidentielle des quartiers autrefois réservés aux Blancs de Johannesburg indiquerait les progrès réalisés par l’Afrique du Sud démocratique vers la réalisation d’une société racialement égale. Les autres principaux indicateurs sont les changements dans l’inégalité des revenus et dans la composition raciale des professions.

Je soutiens qu’une cause importante de ce changement dramatique est la mobilité professionnelle ascendante des résidents noirs (africains, métis et indiens : les définitions raciales appliquées sous l’apartheid) vers des emplois mieux rémunérés.

Histoire de la ségrégation résidentielle

La ville de Johannesburg, comme toutes les autres villes sud-africaines, avait une longue histoire de lois et de politiques visant à faire respecter la ségrégation résidentielle raciale. Celles-ci ont abouti au Group Areas Act de 1950 .

Ces lois et pratiques, qui comprenaient les expulsions forcées , empêchaient les résidents noirs de vivre dans des maisons et des appartements dans les banlieues et les quartiers du centre-ville réservés aux Blancs.

À l’exception majeure d’ Alexandra dans la banlieue nord, la plupart des Noirs étaient limités à vivre dans des maisons dans les banlieues sud racialement prescrites de Soweto , Eldorado Park et Lenasia . De nombreux résidents noirs, pour la plupart africains, ont continué à vivre dans des «zones de groupe blanc» . Mais seulement en tant que domestiques dans des pièces d’arrière-cour.

La déségrégation raciale de Johannesburg a commencé à la fin des années 1970 dans les quartiers du centre-ville , bien avant que le Group Areas Act ne soit aboli en 1991 . La première vague de déségrégation a été causée par l’extrême pénurie de logements dans les quartiers noirs et le manque de demande des résidents blancs pour des appartements dans le centre-ville.

À partir de 1991, suite à l’interdiction des mouvements de libération et au début des pourparlers pour mettre fin à l’apartheid , toutes les restrictions légales qui empêchaient les Noirs de vivre dans des quartiers autrefois réservés aux Blancs ont été abolies.

Au cours des décennies suivantes, les banlieues sont également devenues de plus en plus déségréguées. Des niveaux substantiels de déségrégation se sont d’abord produits dans la banlieue sud et dans la bande suburbaine à l’est et à l’ouest du centre-ville. Les banlieues nord les plus chères ont été les dernières à devenir sensiblement déségréguées.

Tendances à long terme

Pour obtenir une estimation précise de l’étendue de la déségrégation raciale entre 1996 et 2011, ma méthode n’a mesuré que les résidents qui vivaient dans les maisons et appartements principaux des quartiers anciennement réservés aux Blancs, et leurs développements suburbains environnants post-apartheid de la classe moyenne. Il excluait tous les résidents qui vivaient dans des chambres de domestiques, des appartements de grand-mère, des chambres d’arrière-cour, des caravanes, des cabanes, des fermes périurbaines et des foyers d’employeurs.

Les résultats ont montré que le pourcentage de résidents des quartiers anciennement réservés aux Blancs qui étaient blancs est passé de 61 % en 1996 à 44 % en 2011. Le pourcentage de résidents africains est passé de 30 % en 1996 à 39 % en 2011. Le pourcentage de Métis les résidents sont passés de 4 % à 6 % et celui des Indiens est passé de 4 % à 10 %. En d’autres termes, en 2011, les résidents noirs représentaient déjà un peu plus de la moitié (56 %) de la population qui vivait dans des maisons et des appartements dans les anciens quartiers blancs de Johannesburg (Figure 1).

En extrapolant le taux de croissance des résidents à partir de 2011 (dernier recensement), j’estime que les résidents africains dans les quartiers autrefois réservés aux Blancs auraient dépassé en nombre les résidents blancs à partir de 2014 environ.

Les quartiers du centre-ville se déségréguèrent rapidement. En 1996, 87% de tous les résidents étaient noirs et en 2011, ils étaient passés à 91%. Dans la banlieue sud, le pourcentage de résidents noirs est passé de 30 % en 1996 à 50 % en 2001 puis à 72 % en 2011. Le pourcentage de résidents noirs dans la banlieue nord n’a augmenté que lentement – de 27 % en 1996 à 30 % en 2001. Il a ensuite augmenté plus rapidement pour atteindre 44 % en 2011.

Ces tendances à long terme de la déségrégation raciale peuvent s’expliquer par les différents taux de croissance démographique des résidents noirs et blancs à Johannesburg. Ils peuvent également s’expliquer par la mobilité ascendante des résidents noirs vers les emplois de la classe moyenne à haut revenu et par l’absence générale de résistance à la déségrégation par le gouvernement de l’apartheid et les résidents blancs.

Au cours des 40 dernières années, la taille de la population blanche est restée largement inchangée, tandis que celle de la population noire a plus que doublé . L’offre de logements s’est accrue par densification et extension géographique. Plus de maisons sont donc devenues disponibles pour les résidents noirs dans les quartiers autrefois réservés aux Blancs et leurs lotissements post-apartheid adjacents à prix similaire.

Classe moyenne noire

Après l’abolition du Group Areas Act en 1991 , la seule restriction substantielle sur l’endroit où les Noirs pouvaient vivre était le coût énorme du logement.

Mais, la grande taille de la classe moyenne noire des cadres, des professionnels et des techniciens a néanmoins signifié qu’il y avait suffisamment de résidents noirs désireux et capables de s’installer dans les banlieues autrefois réservées aux Blancs en nombre suffisamment important pour entraîner la déségrégation de ces quartiers.

Cela se voit mieux dans les banlieues nord les plus chères. Là, la composition de la classe professionnelle des résidents noirs correspond presque exactement à celle des résidents blancs. En 2011, 60% de tous les résidents blancs employés vivant dans la maison principale appartenaient à la classe moyenne. Pour les résidents indiens, il était également de 60 %, pour les résidents africains de 51 % et de 49 % pour les résidents de couleur .

La croissance de la classe moyenne noire à revenu élevé a donc été une cause importante de déségrégation résidentielle. Au plus fort de l’apartheid, vers 1970, seuls 11% des travailleurs de la classe moyenne étaient noirs. À la fin de l’apartheid, ce pourcentage était passé à 25 %. Cela était en grande partie dû à la croissance des écoles, des universités, des administrations locales et des hôpitaux à ségrégation raciale, qui employaient de nombreux professionnels et gestionnaires noirs .

Après l’apartheid, l’abolition de la ségrégation raciale dans l’éducation et l’ introduction de lois et de politiques d’action positive ont conduit à la croissance rapide de la classe moyenne noire.

Implications de l’étude

Cette étude montre qu’en 2011, la déségrégation raciale des quartiers autrefois réservés aux Blancs de Johannesburg était substantielle. Les résidents blancs constituaient une minorité – seulement 44% de tous les résidents.

Cette preuve contredit la croyance largement répandue selon laquelle il y a eu très peu de déségrégation raciale à Johannesburg depuis la fin de l’apartheid.

Ces résultats sont importants car ils montrent que malgré la pauvreté noire généralisée causée par le chômage , il y a néanmoins eu des progrès vers l’objectif d’une société racialement égale en raison de la croissance de la classe moyenne noire à revenu élevé.

Owen Crankshaw – Professeur émérite d’études urbaines, Université du Cap

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une