asd

COVID – 19

Victory City de Salman Rushdie : un conteur au sommet de ses pouvoirs

Victory City est une chronique épique de l’ascension et de la chute de Vijayanagar (la capitale de l’empire historique du sud de l’Inde Vijayanagara), qui acquiert le nom de « Bisnaga » à la suite de tentatives malheureuses de prononciation par un voyageur portugais.

L’histoire se déroule comme un récit fictif de l’histoire de Bisnaga, fondée sur la découverte archéologique du Jayapajaya, un poème d’un écrivain nommé Pampa Kampana. Les lecteurs sont informés que son titre se traduit par « Victoire et Défaite ».

Les voix off du narrateur anonyme et les versions alternatives des histoires alertent les lecteurs sur les intersections de la mémoire, de la mémorialisation et de l’histoire. Comme l’explique le narrateur : « Nous ne connaissions que les ruines qui subsistaient, et notre mémoire de son histoire a aussi été ruinée, par le passage du temps, les imperfections de la mémoire.

Tout au long du roman, Rushdie explore le processus d’écriture de l’histoire – comment il est enregistré et comment l’importance est répartie. Comme le dit Pampa Kampana : « L’histoire est la conséquence non seulement des actions des gens mais aussi de leur oubli.

Rushdie s’intéresse à la façon dont l’histoire est discutée et réécrite dans les moments contemporains. En particulier, il vise l’exploitation populiste des récits historiques à des fins politiques. On entend dire que « les fictions pouvaient être aussi puissantes que les histoires » et que – paradoxalement – ​​« elles n’étaient que faire semblant mais elles créaient la vérité ».

A travers son poème, Pampa Kampana génère chez les habitants de Bisnaga un enjeu collectif pour la ville et la civilisation qu’elle veut construire. Le roman raconte le destin de la ville à travers les dirigeants successifs, qui causent finalement sa chute.

La place de Victory City dans l’œuvre de Rushdie

Victory City occupe une position intéressante dans l’ensemble de l’œuvre de Rushdie. À certains égards, il pourrait être lu comme un volume complémentaire aux idées qu’il a explorées dans L’Enchanteresse de Florence (2008), où un voyageur européen arrive à la cour de l’empereur moghol Akbar, prétendant être le fils d’une princesse moghole perdue, Qara. Köz, aux pouvoirs magiques.

Les femmes jouent un rôle central dans la construction du monde des deux romans – Pampa, comme Qara, est une enchanteresse.

Victory City marque également une sorte de retour pour Rushdie, qui n’a pas mis de roman sur le sous-continent indien depuis plus d’une décennie.

A l’heure de la résurgence du nationalisme, le virage de Rushdie vers l’épopée historique est intéressant par son recours à l’histoire médiévale et les lignées qu’il développe.

Cela rappelle les épopées cinématographiques historiques telugu telles que Baahubali (2015), ou les mondes historiques évoqués par des cinéastes hindis tels que Sanjay Leela Bhansali dans Bajirao Mastani (2015) ou Ashutosh Gowariker dans Jodhaa Akbar (2008).

Victory City – similaire à The Enchantress of Florence – présente les recherches de Rushdie. Le roman comprend une bibliographie des ouvrages auxquels il fait référence, y compris l’histoire de Vijayanagar du début du XIVe à la fin du XVIe siècle.

La formation d’historien de Rushdie à l’Université de Cambridge résonne dans sa fiction. Il y a des descriptions détaillées de la vie de cour, de l’habitation en ville et des rencontres avec les voyageurs. Il y a aussi un sens aigu de la partialité de l’histoire et de la façon dont la perspective change dans les différents récits et récits du même événement.

De cette façon, Victory City aiguise la compréhension du lecteur de l’écriture de l’histoire et comment elle peut être utilisée pour servir certains agendas.

Le plaidoyer de Rushdie pour la tolérance

Victory City est le quinzième roman de Salman Rushdie et le premier à être publié depuis qu’il a été brutalement attaqué en août 2022, ce qui lui a laissé des blessures qui ont changé sa vie.

Bien qu’achevé avant l’attaque, le travail peut être considéré comme une riposte à ce que représente l’agresseur de Rushdie dans son appel à la gentillesse et à la tolérance. Penser à Victory City uniquement en termes de cet incident, cependant, fait du merveilleux roman épique de Rushdie une injustice.

Rushdie est un conteur assuré à la hauteur de ses pouvoirs, révélant une fois de plus l’importance de l’Inde en tant que source de son imagination.

Victory City est profondément humaniste. Partout, il y a un appel à la justice, au respect et à l’égalité – et peut-être un prisme à travers lequel réfléchir sur la façon dont ces idéaux sont de plus en plus menacés. Rushdie nous donne les mots et les histoires pour les défendre.

Florian Stätler

Maître de conférences en littérature et migration, Université de Bristol

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une