COVID – 19

Un financement conjoint est nécessaire pour sauver des océans de plus en plus endommagés

Les océans du monde subissent actuellement des changements rapides dans une direction de plus en plus dangereuse et non durable.

Selon les données du Fonds mondial pour la nature (WWF) , entre 1970 et 2012, les populations marines ont diminué de 49 %. En effet, les besoins en ressources alimentaires et marines augmentent .

La pêche illégale, l’utilisation d’engins de pêche destructeurs, l’exploitation minière sous-marine et d’autres pollutions provenant de diverses activités à la fois sur terre et en mer menacent la durabilité de la biodiversité , réduisant ainsi la capacité de la mer à absorber le carbone. Ce phénomène aggrave finalement la crise climatique.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a déclaré que les océans du monde connaissaient des événements extrêmes « sans précédent », notamment des vagues de chaleur plus intenses . Les océans connaissent également une acidification due à l’exploitation des énergies fossiles.

Cette condition devrait nous ouvrir les yeux pour être plus agressifs dans la conduite des actions de sauvetage en encourageant une gestion et un développement marins durables. Malheureusement, l’ampleur de l’action s’est heurtée à la question classique de la disponibilité des fonds.

Les recherches récentes de notre équipe dans divers pays publiées dans la revue Nature Communications soulignent l’importance du financement et des investissements de diverses parties pour lutter contre ces dommages, tout en créant une économie marine durable.

Le financement maritime est crucial

Le financement est important étant donné que la mer est un bien public. L’accès est souvent ouvert au public.

Cette condition a un impact sur la survenance du phénomène Commonize Cost Privatize Private (CCPP)  . Autrement dit, les gens ont tendance à vouloir profiter de leurs propres avantages d’un bien public. Mais s’il y a des dégâts, ils veulent que le coût soit partagé. En conséquence, personne ne veut assumer l’entière responsabilité des dommages.

Pour cette raison, le financement des dommages maritimes devrait être un effort conjoint.

Le financement des océans peut assurer la gestion et la promotion d’une utilisation marine durable, ainsi qu’une étape pour surmonter divers problèmes de la crise climatique et de la santé marine.

Les fonds peuvent être utilisés pour construire des aires marines protégées (AMP) ou le développement d’une industrie durable de la pêche de capture.

D’autres utilisations comprennent la prévention de la pollution marine, l’augmentation de l’utilisation d’énergie propre dans l’industrie du transport maritime et diverses autres innovations.

Les fonds peuvent être versés directement aux efforts de conservation marine. Il existe également une autre voie (qui peut être faite par les acteurs de l’industrie), à ​​savoir en incluant les impacts secondaires (externalités) découlant des diverses activités commerciales en mer dans leurs coûts opérationnels. Un exemple est le déclin des populations de poissons dû aux activités du secteur commercial de la pêche de capture.

Comment obtenir le financement ?

Le « financement bleu » peut être réalisé grâce à un climat d’investissement qui implique diverses parties.

Les sources couvrent un large éventail d’instruments financiers allant des entreprises publiques et privées, des institutions gouvernementales et non gouvernementales aux particuliers.

1. Le rôle du secteur privé :

Le secteur privé joue l’un des rôles les plus importants. En effet, ils disposent des capitaux nécessaires pour financer une production et une technologie plus durables, ainsi que pour accéder à de nouveaux marchés plus respectueux de l’environnement.

Par exemple, le développement des énergies nouvelles et renouvelables de la mer telles que l’ OTEC ( conversion de l’énergie thermique des océans ) est une activité potentielle à développer. Les acteurs de l’industrie peuvent également développer un transport maritime respectueux de l’environnement et non basé sur les énergies fossiles.

Outre le capital des entreprises, il existe d’autres instruments financiers que le secteur privé peut utiliser pour financer l’économie maritime. Certains d’entre eux comprennent des prêts et des subventions conventionnels, des marchés du carbone et des instruments d’assurance. Les fonds provenant de ces trois éléments peuvent être utilisés pour investir dans le secteur économique maritime.

L’Autorité des services financiers (OJK) a également ouvert des voies de financement pour le secteur économique marin durable grâce à la publication d’un document de taxonomie verte en 2021. Ce document est une classification des activités commerciales qui soutiennent la protection de l’environnement, les mesures d’atténuation et l’adaptation au changement climatique.

Armées de ces documents, les institutions de services financiers peuvent accorder la priorité au financement du secteur des entreprises maritimes durables.

2. Le rôle du gouvernement et des organisations non gouvernementales

Le gouvernement peut utiliser le budget de l’État pour mettre en œuvre des politiques d’économie bleue à travers divers programmes tels que le développement des aires marines de conservation, la socialisation de l’économie bleue, la construction de ports à faible émission de carbone, etc.

Les organisations non gouvernementales (ONG) peuvent également assumer un rôle similaire, tout en surveillant la mise en œuvre des programmes gouvernementaux.

3. Le rôle du secteur privé

Les entreprises plus établies du secteur de l’économie maritime telles que les industries du transport maritime, du tourisme, de la pêche et de l’énergie lèvent souvent des fonds publics par le biais du marché des capitaux et des investisseurs en augmentant la capacité de leurs industries à être plus vertes.

Le secteur privé peut également utiliser les fonds des institutions de services financiers pour la gestion des externalités négatives générées par l’industrie.

4. Le rôle de la société :

Les particuliers de la communauté peuvent jouer un rôle dans le financement maritime en achetant des actions d’émetteurs du secteur maritime qui respectent les normes et principes environnementaux.

L’identification des entreprises du secteur vert/industriel peut se référer au document de taxonomie verte délivré par l’OJK. Le public peut également observer les progrès du secteur industriel vers le développement durable.

Un autre rôle important est l’achat de produits marins certifiés et respectueux de l’environnement. Par exemple, il existe une organisation à but non lucratif Marine Stewardship Council qui applique la certification d’un produit de la pêche qui répond aux normes de durabilité.

Défis à venir

Les efforts de conservation marine tels que la construction d’aires marines protégées (AMP) nécessitent un financement très coûteux et prennent beaucoup de temps.

Malheureusement, le financement de l’économie marine durable en Indonésie, comme dans d’autres pays côtiers en développement, se heurte encore à divers obstacles.

Cela se produit parce que les efforts de conservation marine sont encore souvent considérés comme un investissement immatériel et n’ont pas une valeur marchande attrayante.

D’un autre côté, le gouvernement subventionne même agressivement les activités économiques en mer qui menacent l’environnement, comme la transformation des énergies fossiles et la pêche à l’échelle industrielle qui ne sont pas respectueuses de l’environnement .

L’étude a également révélé que les gouvernements du monde dépensent encore un total de 22 milliards de dollars américains (315 billions de roupies) pour des activités de pêche destructrices et excessives.

La mer est une ressource partagée (bien public ). Les communautés, y compris le secteur privé, sont également responsables de la gestion durable de l’océan.

Le secteur industriel devrait être en mesure d’inclure tous les coûts des dommages résultant de son industrie par des programmes de restauration ou des innovations technologiques.

Pendant ce temps, le gouvernement devrait être un bon chef d’orchestre dans «l’orchestre» des efforts visant à réparer les dommages marins.

Le gouvernement, en collaboration avec les institutions financières, doit également promouvoir un cadre d’investissement durable dans l’économie marine. Un document de « taxonomie bleue » pour la classification des secteurs d’activités maritimes durables doit également être produit.

La préparation du cadre d’investissement peut se référer à la version des principes de l’économie bleue du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), à savoir le financement durable de l’économie bleue .

Zuzy Anna – Professeur, Faculté des sciences halieutiques et marines; Directeur du Centre ODD UNPAD, Université Padjadjaran

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une