COVID – 19

Tchad : La dérive institutionnelle

Il n’y a personne tant sur le plan national, qu’international qui ne sache pas qu’il vient d’avoir un coup d’état au Tchad avec la mort de son Président à savoir le Marechal Idriss Déby Itno.

L’ensemble de la population tchadienne, avait souhaité une transition constitutionnelle que l’installation à la va vite aux commandes du pays, d’un groupe d’officiers qui se sont proclames assurer la transition de dix-huit mois.

Dans une telle situation, on dissout l’ensemble des institutions y compris les partis politiques et une concertation prend place pour organiser la transition.

Or, cette démarche n’a pas eu lieu et créant de fait une situation d’illégalité et d’illégitimité du CMT.

Au lieu de rattraper cette erreur, le Conseil Militaire de Transition, s’enfonce davantage dans cette impasse. Les commanditaires de ce coup d’état devraient faire un rétropédalage pour conseiller leurs poulains de revenir sur la Constitution qui stipule qu’en l’absence de Président de la République pour diverses raisons, c’est le Président de l’assemblée nationale qui assure la transition.

Cette situation d’illégalité et d’illégitimité est source de conflit interne au Tchad.  Le peuple rejette cette confiscation du pouvoir et elle manifeste bruyamment leurs mécontentements. La preuve en est cette manifestation massive du 27 avril 2021 sur l’ensemble du territoire tchadien. Les gens sont sortis pour dire non au CMT et la France commanditaire de ce coup d’état.

Pris de panique, devant l’afflux massif de la population en ce jour du 27 avril 2031, le CMT a ordonné aux forces de sécurité de tirer a belle réelle sur la population manifestant à mains nues et causant la mort de plusieurs manifestants, ainsi que de plusieurs blesses. A cet égard, le CMT n’a manifesté aucun remord pour les morts et les blesses.

L’ensemble des forces vives de la nation attend un geste d’ouverture du dialogue national pour la mise en place des institutions qui vont guider le Tchad dans les années futures tout en rejetant ce Conseil Militaire de transition.

La réaction disproportionnée de la junte par rapport aux manifestations démontre le refus du dialogue inclusif et voudrait mettre en place un régime Déby sans Déby qui a spolie le peuple tchadien depuis trente ans.

Le dialogue national inclusif souhaite ne doit pas exclure aucune partie de la composante nationale, y compris ceux qui ont pris des armes pour lutter contre l’ancien régime.

Le risque de dérapage de la junte aura des graves conséquences et j’en appelle au patriotisme du CMT de faire un tour en arrière et de partir sur des bases nouvelles qu’exprime la population tchadienne. Autrement, le CMT doit s’attendre à assumer devant l’histoire les conséquences de son entêtement.

Aujourd’hui le peuple debout comme un seul homme, exige un retour aux termes de la constitution.

Balaam Facho

Professeur à l’Université des Montagnes, Cameroun – Chercheur en gouvernologie

3 Commentaires

  1. Nous voulons un Tchad Uni tout partie opposition doit mettre leurs différences de côté et mobilisé pour une seule cause celle de chassé le militaire du gouvernement après 30 ans de dictature ucun tchatien souhaite le retour des militaires au pouvoir

  2. Une bonne analyse des évènements qui secouent le Tchad ! Ces conseils concrets devraient être suivis et mis en place pour rectifier ce nouveau départ important dans l’histoire du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une