asd

COVID – 19

Tanzanie : éducation en tête de ses priorités lors de l’indépendance

Peu de temps après son indépendance de la Grande-Bretagne en 1961, la Tanzanie a déclaré la guerre à trois principaux obstacles à ses objectifs de développement : l’ignorance, la maladie et la pauvreté. Bien avant les autres pays africains, la Tanzanie a introduit un programme d’enseignement primaire universel en 1974 conformément à sa politique « d’éducation pour l’autonomie » .

Mais c’était une tâche ardue pour le nouveau gouvernement tanzanien. On estime que 85 % de la population était analphabète et extrêmement pauvre. La faim, les maladies répandues et une faible espérance de vie moyenne d’un peu plus de 40 ans constituaient également des obstacles majeurs. Les sécheresses périodiques, les pénuries alimentaires et l’accès limité à l’aide internationale compliquent encore les choses.

Par nécessité, la population rurale – qui représentait 90 % de la population – serait le moteur de la nouvelle économie. Pourtant, ils étaient tellement dispersés qu’il était difficile d’étendre les services sociaux nécessaires à l’amélioration de leurs conditions de vie et de la productivité agricole.

C’est dans cette réalité que le gouvernement, avec le soutien d’ONG, a cherché à repenser le système éducatif pour accroître sa main-d’œuvre alphabétisée. L’éducation des adultes dans les années 1960 et 1970 mettait l’accent sur le développement personnel et le développement communautaire. Ces programmes enseignaient l’alphabétisation, le calcul, la nutrition, l’hygiène et les pratiques agricoles.

L’éducation est également garantie par la constitution en tant que droit humain fondamental. Dans l’ensemble, le nombre d’enfants scolarisés a considérablement progressé au cours des deux dernières décennies.

En 2020, 10,9 millions d’élèves – une augmentation de 39 % – étaient inscrits en 1re année suite à la suppression des frais de scolarité. Mais l’accès à l’enseignement préprimaire est très faible. Les infrastructures sont largement inadéquates et il y a une grave pénurie d’enseignants qualifiés dans les écoles maternelles dans les écoles publiques à travers le pays. Le ratio élèves/enseignants qualifiés dans les premières années est également très faible dans les écoles rurales.

Récemment, la Tanzanie a mis en place une politique de réintégration scolaire . Il stipule que tous les élèves qui abandonnent l’école pour diverses raisons telles que l’absentéisme scolaire, des problèmes de discipline ou une grossesse devraient être autorisés à retourner à l’école.

Cette initiative fait partie d’un effort du gouvernement tanzanien pour augmenter les taux d’éducation de la population. Il vise également à combler l’écart entre les sexes dans l’éducation en éliminant les obstacles à l’éducation.

Taux d’achèvement

Les élèves qui ont terminé leurs études secondaires ont déclaré être à 29,57 % (du groupe d’âge pertinent) en 2018 . Malgré les progrès remarquables réalisés au cours des dernières décennies, des défis subsistent pour réduire les disparités régionales et les inégalités entre les élèves d’âge scolaire du secondaire issus de différents milieux socio-économiques.

Les progrès ont été grandement facilités par la décision de la Tanzanie de donner la priorité à l’utilisation du kiswahili comme langue d’enseignement dans les écoles. La recherche a prouvé à maintes reprises que le manque de familiarité avec la langue d’enseignement est un obstacle important, en particulier dans les premières années de scolarité.

Éducation à l’autonomie

La Déclaration d’Arusha de 1967 a eu un effet révélateur sur les politiques éducatives de la Tanzanie depuis l’indépendance. Il cherchait à réduire les inégalités de revenus entre tous les citoyens et à déplacer les efforts de développement vers les zones rurales. Son objectif était d’assurer un accès égal à tous les groupes socio-économiques.

À cette fin, le gouvernement a pris le contrôle de tous les établissements d’enseignement privés qui appartenaient auparavant à des missionnaires chrétiens et à d’autres organisations religieuses. Toute la population s’est mobilisée pour atteindre l’alphabétisation universelle en peu de temps. Cela s’est fait par le biais des médias et en impliquant le parti au pouvoir et les chefs de gouvernement par le biais de campagnes publiques et de volontariat. L’augmentation du nombre d’inscriptions a été immédiate, car les enfants plus âgés ont saisi cette opportunité de s’inscrire.

Néanmoins, la pauvreté reste un facteur important dans l’offre d’une éducation de qualité. Les familles tanzaniennes économiquement marginalisées ont encore recours aux mariages précoces et au travail des enfants . La pauvreté rend moins probable que les enfants achèvent leurs études. De nombreuses familles rurales dépendent également entièrement de l’agriculture de subsistance pour répondre à leurs besoins fondamentaux.

De plus, les enfants atteints d’albinisme sont vulnérables aux attaques, aux mutilations et aux meurtres. Ils continueront d’être exclus de l’éducation à moins que leurs droits à la non- discrimination , à un niveau de vie adéquat et à une participation significative à l’éducation ne soient garantis.

Qu’est-ce qui devrait être fait?

Ce que la Tanzanie doit encore faire pour parvenir à une éducation de qualité et inclusive, c’est donner la priorité aux enfants défavorisés et marginalisés dans les écoles. Ils ont besoin de services de soutien et d’installations d’apprentissage appropriées.

Le budget de l’éducation a également besoin d’attention. Le secteur de l’éducation de la Tanzanie représente 15 % du budget total. C’est 3,9% du produit intérieur brut du pays. Ceci est en deçà de l’ objectif du Partenariat mondial pour l’éducation , qui encourage les pays à consacrer au moins 20 % de leur budget national à l’éducation. L’éducation reçoit une proportion plus faible de financement public par rapport à d’autres secteurs de l’économie tels que le développement des infrastructures.

Les programmes d’alimentation scolaire sont essentiels pour améliorer la scolarisation et l’assiduité. Mais ils ne sont pas en place dans tout le pays. Les coûts des programmes d’alimentation devraient également être pris en compte dans le budget national pour garantir que tous les élèves reçoivent des repas pendant les heures de classe afin de lutter contre l’absentéisme et les abandons.

Ce qu’il faut, c’est une approche fondée sur les droits humains avec un engagement à reconnaître et à respecter les droits des enfants pendant qu’ils fréquentent l’école. Cela inclut le respect de leur identité, de leur capacité d’agir et de leur intégrité. Cela contribuerait à augmenter les taux de rétention et à rendre le processus d’éducation responsabilisant, participatif, transparent et responsable.

Simon Ngalomba – Maître de conférences, Université de Dar es Salaam

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une