asd

COVID – 19

RDC : Plusieurs communes sont privées d’eau potable à Kinshasa

Plusieurs communes de la ville de Kinshasa, sont privées d’eau potable depuis plus de deux jours. Il s’agit notamment des  quartiers se trouvant dans les districts de Tshangu, de Mont-Amba et de Funa. Conséquence: la population endure un véritable calvaire, car elle dans l’obligation d’aller chercher où s’approvisionner en eau potable.

Depuis hier jeudi 3 mai, plusieurs habitants de différentes communes de Kinshasa, ont éprouvé une difficulté pour s’approvisionner en eau potable. Munis des bidons, les filles et garçons ont envahi les artères de la capitale.

Interrogés par NBsinfos, certains habitants ont accusé les autorités de la Régie de distribution d’eau en RDC (Regideso) de n’avoir pas une bonne politique pour rendre un bon service à la population. Car,  selon eux, le comité de gestion doit démissionner.  » Nous sommes vraiment désolés. Chaque fois nous répétons les mêmes choses. D’un côté, c’est l’électricité qui pose problème et de l’autre côté, c’est de l’eau qui constitue une denrée rare. Alors que nous vivons en pleine capitale. Les autorités de cette régie doivent automatiquement démissionner pour permettre à ceux qui sont compétents de prendre le commandement de cette entreprise » , a déclaré un étudiant Sam Lumbwa.

Le lundi dernier,

les responsables de la Regideso avaient alerte la population sur la privation d’eau dans quelques communes, étant donné qu’elles procédaient à réparer une panne survenue quelque part.

Elles ont   promis que les habitants des quartiers privés d’eau, vont à nouveau pouvoir puiser de l’eau dans leurs robinets ce vendredi.

Des robinets se sont taris. L’eau ne jaillit plus. La situation devient difficile dans certains centres de santé.

Par ailleurs, la Société civile de la commune rurale de Kanyabayonga, dans le territoire de Lubero (Nord-Kivu) a alerté mercredi 2 juin sur le manque d’eau potable dans cette région qui accueille les déplacés, notamment ceux fuyant Goma, à cause de l’éruption volcanique.

Selon le président de cette structure, Daniel Sengemoja, les déplacés, tant de guerre que du volcan Nyiragongo, éprouvent d’énormes difficultés pour se ravitailler en eau. Ils doivent parcourir des kilomètres pour avoir de l’eau – notamment à Kaseghe, Kirumba ou encore Kayina.

La société civile craint que ces personnes déplacées ne soient encore confrontées à des maladies hydriques et appelle à l’intervention du gouvernement et des humanitaires.

 « Vraiment à Kanyabayonga, le manque d’eau devient un fléau, vous verrez quelqu’un qui est en train de prendre l’eau sale qui est en train de couler pour vue qu’il vive. La commune qui vit vraiment une vie misérable en rapport avec l’eau potable c’est la commune de Kanyabayonga, alors pour qu’on arrive à trouver une eau potable », le président de cette structure, Daniel Sengemoja.

Il lance ainsi un SOS au gouvernement ainsi qu’aux humanitaires afin qu’une solution soit trouvée :

« Il faudrait que le gouverneur ou soit l’administrateur ou soit le Président de la République puissent voir, quel est le volontaire, quel est l’humanitaire qui peut vraiment accepter à sauver les vies humaines se retrouvant dans la commune de Kanyabayonga. Donc, il nous achète des tuyaux, nous on tire l’eau de Kaseghe jusqu’à Kanyabayonga. Ça peut nous aider ».

NBSInfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une