COVID – 19

RDC : MyHydro prévoit de construire 33 petites centrales hydroélectriquesRDC : 

La République démocratique du Congo (RDC) a l’un des taux d’électrification les plus bas du continent africain et du monde. Le taux d’électrification de la RDC est d’environ 10%. L’accès à l’électricité étant l’un des principaux moteurs du développement, l’augmentation de l’électrification du pays se fait attendre depuis longtemps. L’accélération des programmes d’accès à l’énergie contribuera à transformer la vie de la majorité des citoyens de la RDC.

À l’aide d’un nouveau type de turbine hydroélectrique inventé par Natel Energy , une entreprise technologique de San Francisco appartenant à des anciens du MIT, MyHydroveut aider à accélérer les taux d’électrification dans le pays en exploitant son vaste potentiel hydroélectrique ainsi que sur tout le continent africain en général. Habituellement, quand les gens pensent à l’hydroélectricité en RDC, ils imaginent le projet de 40 GW du Grand Inga, qui est souvent présenté comme la réponse aux pénuries d’électricité incessantes de l’Afrique. Cependant, en raison d’une foule de défis, le projet du Grand Inga s’est jusqu’à présent avéré n’être rien de plus qu’un rêve. Mais MyHydro, qui distribue la capacité de production sur plusieurs petites centrales hydroélectriques, débloquera les vastes ressources hydrologiques qui existent en RDC. Le pays est béni avec plus de 50% des ressources totales en eau de l’Afrique.

«Grâce à notre partenariat avec MyHydro, nous avons la possibilité d’utiliser notre technologie de turbine hydroélectrique sans danger pour les poissons et notre approche hydroélectrique réparatrice pour accélérer les efforts d’électrification des communautés largement mal desservies de la RDC», a déclaré Gia Schneider, PDG et cofondatrice de Natel Energy. . «Ajouter environ 3% d’électricité renouvelable et accessible à une partie du monde qui en a le plus besoin et le faire d’une manière qui protège les écologies critiques de la région, fournit un modèle pour d’autres pays confrontés à des défis similaires. Avec seulement 10 % des ressources hydroélectriques de l’Afrique développées aujourd’hui, nous voyons beaucoup d’opportunités pour une croissance hydroélectrique distribuée et durable à travers le continent.

Les petits projets hydroélectriques distribués de MyHydro apporteront aux consommateurs une alimentation électrique ininterrompue 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à un minimum de la moitié du coût de l’énergie solaire hors réseau, car il ne nécessite pas d’être complété du jour au lendemain par d’autres formes de production ou de stockage. Cela offre une opportunité d’avoir de l’électricité à faible coût livrée directement aux consommateurs selon des structures tarifaires favorables aux consommateurs. Des systèmes de paiement pour les consommateurs seront mis en place afin qu’ils puissent payer en espèces ou en argent mobile. L’argent mobile a été l’un des principaux moteurs de l’inclusion financière sur le continent et il sera une technologie clé dans la quête pour augmenter les taux d’accès à l’énergie.

MyHydro est un partenariat entre le développeur d’électricité international Symbion Power et Natel Energy. MyHydro prévoit d’investir plus d’un milliard de dollars au cours des 10 prochaines années pour installer des systèmes de distribution hydroélectriques à basse chute sans danger pour les poissons et leurs mini-réseaux associés à faible coût sur tout le continent africain. MyHydro a récemment signé un contrat pour acquérir quatre turbines auprès de Natel Energy pour le premier de ses 33 sites en RDC, dans le cadre de l’investissement initial sur la rivière Lubi dans la province du Kasaï. MyHydro déploiera un minimum de 150 mini-installations hydroélectriques distribuées à basse chute et des mini-réseaux associés en Afrique d’ici 2027, desservant directement plus de plusieurs millions de clients privés.

Selon MyHydro, les innovations récentes dans la conception des turbines ont libéré tout le potentiel du vaste réseau de voies navigables de l’Afrique. La Restoration Hydro Turbine (RHT) est une turbine modulaire à basse chute, ce qui signifie qu’elle capte l’énergie des sites fluviaux qui ont une chute hydraulique de l’ordre de seulement 2 mètres à 20 mètres, et à des capacités allant jusqu’à 3 MW par générateur. . La « charge hydraulique » représente la distance verticale entre le point d’élévation auquel l’eau est déviée de la voie navigable et le point où l’eau entre dans la turbine. Les applications à faible chute signifient qu’il existe beaucoup plus de sites fluviaux et de sites de réservoirs et de barrages non alimentés en électricité en Afrique qui peuvent désormais être utilisés pour convertir l’énergie de l’eau en électricité, contrairement aux technologies plus anciennes.

Le premier site MyHydro est situé à Kabeya-Kamwanga sur la rivière Lubi près d’une ville appelée Mbuji Mayi, la capitale du diamant de la RDC. MyHydro affirme que le site a été choisi car il aura un impact élevé au début de son programme et parce que le débit d’eau est excellent.

Paul Hinks, le fondateur et PDG de MyHydro, a déclaré à CleanTechnica : « Toute cette ville est hors réseau, mais elle compte environ 3 millions d’habitants, dont la majorité a moins de 30 ans. Le site comptera 4,48 Centrale MW. La construction devrait commencer au deuxième trimestre de 2023. L’approbation du régulateur a été reçue, tout comme un certificat environnemental délivré sur la base de notre EIES. Il y aura deux phases avec la phase 1 (1,2 MW) prête dans les 14 mois, ce qui signifie que nous livrerons de l’électricité au troisième trimestre de 2024. Le solde de 3,6 MW sera achevé 6 mois plus tard, au premier trimestre de 2025. »

Ces types de mini-réseaux aideront à mettre en valeur les capacités des mini-projets hydroélectriques distribués construits avec la nouvelle technologie. 1,2 MW de capacité de production d’électricité fiable peut être fournie en un peu plus d’un an et Hinks affirme qu’une fois que les chaînes d’approvisionnement mondiales se seront remises des effets de la pandémie de COVID, ce sera plus rapide. Ces projets d’exécution rapide seront essentiels à l’autonomisation des communautés locales et contribueront à accroître l’accès à l’électricité là où elle est le plus nécessaire.

Paul Hinks a expliqué : « Il s’agit d’un partenariat unique entre deux sociétés américaines qui ciblent des régions d’Afrique où il n’y a pas d’accès à une énergie fiable et où l’utilisation de générateurs diesel et de mazout lourd est prolifique. En remplaçant la production d’électricité polluante par nos centrales hydroélectriques à faible coût, à zéro émission et respectueuses de l’environnement, nous transformerons la vie de millions de personnes en Afrique.

La construction des 2 prochaines usines qui sont également situées près de Mbuji Mayi commencera d’ici la fin de 2023. Ces sites sont proches des villes de Ngandajika et Mwene-Ditu. Après les projets de Mbuji Mayi, la prochaine phase verra la construction de centrales à Butembo et Bukavu dans l’est de la RDC dans le cadre des 33 centrales hydroélectriques au total dans lesquelles MyHydro investit, apportant au moins 150 MW de nouvelle capacité de production au pays.

Récemment, MyHydro a été reconnu par l’administration du président Biden ainsi que par les dirigeants de plusieurs pays africains qui s’intéressent à ce type de projets. Lors du récent Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique qui s’est tenu à Washington DC en décembre dernier, la Maison Blanche a examiné des centaines d’investissements américains, et MyHydro a été sélectionnée comme l’une des neuf seules entreprises clés du climat et de l’énergie à présenter . Le sommet a réuni 50 chefs d’État africains et de nombreux dirigeants de l’administration et du congrès américains, dont le président Biden, le vice-président Harris, le secrétaire d’État Tony Blinken et l’envoyé spécial du président pour le climat, John Kerry.

Symbion Power n’investit pas seulement dans l’hydroélectricité distribuée pour le moment. En 2023/2024, il construira, possédera et exploitera également une centrale géothermique de 97 millions de dollars de 35 MW dans le cratère volcanique de Menengai, dans la vallée du Grand Rift au Kenya, dans le cadre d’un accord d’achat d’électricité de 25 ans signé avec la Kenya Power and Lighting Company (KPLC ) et un accord d’approvisionnement en vapeur signé avec la société de développement géothermique (GDC).

Hinks, qui est également co-fondateur et PDG de Symbion, a expliqué que Symbion a l’intention d’augmenter ses investissements dans le secteur géothermique au Kenya et également dans plusieurs autres pays d’Afrique où il existe des ressources géothermiques appropriées. Il a déclaré: «Au cours des 2 dernières années, Symbion a déplacé son attention du gaz naturel et d’autres types de production alimentés par des combustibles fossiles vers un modèle commercial qui n’investit que dans des projets d’énergie renouvelable, de charge de base et propres qui fourniront 24 /7 électricité aux consommateurs. D’ici 2030, nous serons l’un des plus grands acteurs de l’hydroélectricité distribuée et de la géothermie sur le continent africain. C’est notre objectif. Nous voyons très grand parce que les choses doivent changer en Afrique au cours de cette décennie.

Remeredzai Joseph Kuhudzai

cleantechnica.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une