asd

COVID – 19

RDC-Meurtre de deux experts de l’ONU: la Russie et la Chine s’opposent-elles à l’ouverture d’une enquête internationale?

Tant que les choses ne sont pas encore tirées au clair, il y a l’anguille sous roche. Qu’en est-il du verdict rendu par la justice congolaise? Cette question ne demeure pas pendante. Malgré l’assistance de l’Organisation des nations unies (ONU), Human Rights Watch (HRW) plaide pour l’ouverture d’une enquête internationale afin d’établir la vérité. Pour cette organisation, la justice de la République démocratique du Congo a ignoré les pistes suggérant l’implication de hauts responsables congolais.

La Chine et la Russie ne se sont pas encore prononcées sur l’assassinat de deux experts de l’ONU dans la province du Kasaï Central. Selon certaines sources, la Chine et Russie s’opposent à l’ouverture d’une enquête internationale.

La famille biologique de l’ex-président congolais Joseph Kabila sont impliquée dans la corruption afin de faire taire la vérité sur cette instabilité au Grand Kasaï, laquelle a tué plus de 2000 personnes, rapportent plusieurs sources.

L’étau se resserre autour de certains responsables congolais impliqués  » frauduleusement » dans l’assassinat de deux experts onusiens. Malgré le verdict du tribunal, la pression s’intensifie. Plusieurs voix s’élèvent contre la manière dont la justice de la République démocratique du Congo a rendu le verdict. Par conséquent, d’autres organisations locales et internationales plaident pour l’ouverture d’une enquête internationale capable d’établir la vérité. L’ONG HRW a évoqué le manque de certaines procédures, lesquelles n’ont pas abouti à la vérité. D’où, elle insiste sur une justice indépendante.

Les Nations Unies, les États-Unis et la Suède devraient ouvrir, selon l’ONG, d’urgence une enquête internationale crédible sur ces meurtres et le rôle de responsables congolais.
« Pendant ces quatre années de procès, l’accusation n’a jamais cherché à déterminer qui avait planifié et ordonné le meurtre des experts de l’ONU », a déclaré Thomas Fessy, chercheur principal pour

« L’ONU, les États-Unis et la Suède devraient reconnaitre l’incapacité de la RD Congo à enquêter de manière adéquate sur ce crime, et lancer d’urgence une nouvelle enquête internationale crédible sur l’éventuelle responsabilité de l’État dans ces meurtres », ajoute HRW.

Malgré la pression faite sur l’actuel régime, la Chine et la Russie ne sont pas encore prononcé sur l’ouverture de cette enquête. Bénéficiant du droit de véto, ces deux nations n’ont pas encore donné le feu vert. Entre-temps, les pourparlers sont déjà ouverts pour que la justice internationale saisisse l’affaire.

Nbsinfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une