asd

COVID – 19

RDC : Lettre ouverte à Vital Kamerhe, VPM à l’Economie (Tribune de Jo Sekimonyo)

Monsieur le Vice-Premier ministre,

Je vous adresse mes plus vives et chaleureuses félicitations pour votre nomination au poste de Vice-Premier ministre et ministre de l’Économie du nouveau gouvernement Sama II en vous souhaitant plein succès dans l’accomplissement de votre haute mission.

En qualité de ministre de l’Économie, vous avez pour responsabilité de créer et mettre en œuvre des politiques visant à promouvoir la croissance économique, stabiliser les prix et assurer un système financier stable. Le département est également chargé de développer des stratégies pour réduire la pauvreté, créer des emplois et améliorer l’accès à l’éducation et aux soins de santé. Étant donné le potentiel de développement économique de la République démocratique du Congo et les défis auxquels elle est confrontée, le département de l’Économie est vital pour orienter le pays vers une croissance et un développement durable.

Excellence, même s’il n’y a pas suffisamment de temps pour mettre en œuvre des stratégies globales de développement économique, des étapes progressives peuvent faire une différence dans la promotion de la croissance et des opportunités pour les Congolais vivant en RDC. Il est important que le gouvernement agisse avec urgence et détermination afin de maximiser l’impact de ses efforts.

Et donc, votre préoccupation devrait être de savoir comment augmenter la masse monétaire dans l’économie sans déclencher une forte inflation, tout en bénéficiant à tous.

Comment faire ? tricher.

Si vous examinez la note que je vous ai envoyée lorsque vous étiez chef de cabinet du chef de l’État, je l’ai développée. Mais, comme je peux deviner qu’elle a été jetée à la poubelle, je prendrai la peine de la réécrire ici.

Même si nos idéologies politiques économiques diffèrent clairement, en tant que citoyen congolais, de père et de mère, je me sens obligé de contribuer à cette quête, qui, s’il n’est pas utilisé par le gouvernement actuel, sera l’un des aspects clés de ma campagne présidentielle en 2023

Briser un tabou – déficit budgétaire gouvernemental élevé

Contrairement à votre position idéologique en matière de politique économique, qui prône la rigueur budgétaire pour les Congolais, les tentatives d’un gouvernement pour augmenter son budget par des politiques intrusives ou en faisant peser le fardeau sur les citoyens freinent la croissance économique. Ces politiques ont un impact disproportionné sur la classe moyenne et les plus pauvres, ce qui peut potentiellement susciter du ressentiment envers le gouvernement, diminuer la confiance dans les institutions et augmenter le risque de manifestations. L’exemple de « RAM » en est une illustration claire.

Ces efforts, ou devrais-je dire ces prétextes, ont conduit à une augmentation constante de la bureaucratie gouvernementale, car plus de ressources sont dit nécessaires pour collecter, gérer et distribuer les revenus supplémentaires, ce qui peut réduire l’efficacité et accroître la corruption.

Bien qu’il soit important pour un gouvernement d’augmenter ses revenus, il doit le faire de manière juste, équitable et favorable à la croissance économique et à l’innovation. La meilleure façon de le faire de nos jours est simplement de tricher en générant des déficits élevés, comme le font les économies puissantes.

Les données du Fonds Monétaire International (FMI) concernant les cinq pays ayant les plus grands déficits gouvernementaux en USD pour l’année 2021 nous en dit beaucoup.

Les États-Unis ont le plus grand déficit gouvernemental au monde avec un budget fédéral de 6,5 billions de dollars USD, atteignant 3,1 billions de dollars USD. Le Japon occupe la deuxième place avec un déficit gouvernemental de 732 milliards de dollars USD sur un budget gouvernemental d’environ 969 milliards de dollars USD. La Chine, dont le budget gouvernemental était d’environ 495 milliards de dollars USD, se place en troisième position avec un déficit gouvernemental de 662 milliards de dollars USD. L’Inde, quant à elle, se situe au quatrième rang avec un déficit gouvernemental de 303 milliards de dollars USD en 2021, avec un budget gouvernemental d’environ 460 milliards de dollars USD. Enfin, l’Allemagne se classe cinquième avec un déficit gouvernemental de 277 milliards de dollars USD et un budget gouvernemental d’environ 490,7 milliards de dollars USD.

En considérant une période plus large allant de 2011 à 2020, les États-Unis ont à nouveau enregistré le déficit budgétaire le plus élevé des 10 dernières années, avec un total de plus de 10 billions de dollars de dépenses en déficit. Le Japon a le deuxième déficit budgétaire le plus élevé avec un total de plus de 3,7 billions de dollars. La Chine se classe en troisième position avec un total de plus de 2,1 billions de dollars de déficit budgétaire. Le Brésil suit avec le quatrième déficit budgétaire le plus élevé avec un total de plus de 1,4 billions de dollars. Enfin, l’Inde se positionne en cinquième position avec un total de plus de 1,3 billions de dollars de déficit budgétaire.

Ces gouvernements ont accumulé des déficits élevés pour financer des programmes de protection sociale, des subventions alimentaires, des emplois, et d’autres biens et services publics essentiels à la croissance économique. Ils ont compris que cela pourrait augmenter la productivité et la compétitivité de leurs économies à long terme, tout en créant des emplois et en stimulant la croissance économique. Cela pourrait également augmenter les recettes fiscales à l’avenir, car une économie productive génère plus de revenus pour les particuliers et les entreprises. Pour l’instant, ils continuent à rouler à pleine vitesse sur l’autoroute du déficit, tandis que vous appeliez à la volonté de continuer à étouffer notre économie nationale et sans vous soucier de la moindre des poches des Congolais.

Outils monétaires modernes

L’augmentation de la masse monétaire peut stimuler la croissance économique de plusieurs manières, et l’inflation est causée par différents facteurs économiques plutôt que seulement l’augmentation de la masse monétaire.

L’argent scriptural est créé par les banques lorsqu’elles accordent des prêts à leurs clients, ce qui augmente la masse monétaire scripturale. Cela peut stimuler la demande de biens et de services, augmenter la production et l’emploi, et financer des investissements et d’autres activités productives pour stimuler la croissance économique.

Le Kenya est un exemple de réussite en matière d’innovation de paiement mobile grâce à la plateforme M-Pesa lancée en 2007. Avec plus de 40 millions d’utilisateurs actifs et plus de 11 milliards de transactions traitées chaque année, M-Pesa est devenue la forme de paiement dominante au Kenya. Cette plateforme a stimulé la croissance économique en facilitant les transactions des petites entreprises et en permettant un accès plus facile au crédit, ainsi qu’en favorisant l’inclusion financière dans les zones rurales où les services bancaires traditionnels sont souvent rares.

L’utilisation de l’argent scriptural est importante pour la croissance économique dans de nombreux pays, mais la difficulté à suivre les transactions numériques favorise la triche pour stimuler l’économie. Alors que la banque centrale de la RDC l’encourage timidement, il existe des preuves claires que les nations développées plus que partout ailleurs dans le monde utilisent l’argent scriptural pour gonfler leur économie.

Le ratio moyen de la dette par rapport au revenu dans plusieurs pays, tels que les États-Unis, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud et le Danemark, est élevé. L’accès facile au crédit, les faibles taux d’intérêt ont largement contribué à cette dette élevée. En 2021, le ratio de dette par rapport au revenu aux États-Unis est d’environ 136%, en Australie d’environ 120%, au Canada d’environ 175%, en Corée du Sud d’environ 160% et au Danemark d’environ 125%.

En 2021, les pays avec les ratios moyens de la dette par rapport au revenu les plus élevés étaient les États-Unis (136%, soit environ 15,4 billions de dollars ou environ 47 000 dollars par habitant), le Canada (175%, soit environ 2,5 billions de dollars ou environ 65 000 dollars par habitant), l’Australie (120%, soit environ 1,8 billion de dollars ou environ 70 000 dollars par habitant), la Corée du Sud (160%, soit environ 1,3 billion de dollars ou environ 25 000 dollars par habitant ) et le Danemark (125%, soit environ 275 milliards de dollars ou environ 47 000 dollars par habitant).

Les principales dettes des ménages en France comprennent les prêts immobiliers, les prêts à la consommation et les prêts étudiants. Les prêts immobiliers représentent la plus grande partie de la dette des ménages en France, avec une moyenne d’environ 133 000 euros par ménage.

Les dettes de ces nations étaient largement motivées par l’accès facile au crédit et les faibles taux d’intérêt qui ont incité les ménages à acheter une propriété ou à consommer plus facilement, pour dire la disponibilité de l’argent scriptural. Par conséquent, ils continuent à artificiellement gonfler leurs économies nationales, ce qui n’est pas considéré comme un péché de nos jours.

Le dragon

La Chine est un exemple clair de nation ayant utilisé la monnaie scripturale pour stimuler son économie.

Ces dernières années, le dragon a largement utilisé la monnaie scripturale pour financer ses projets d’infrastructure et de développement, en émettant des prêts par l’intermédiaire de la Banque populaire de Chine. Pour encourager les banques à prêter davantage, le gouvernement chinois a mis en place des mesures telles que la baisse des taux d’intérêt et des réserves obligatoires.

Cela a stimulé l’activité économique et la croissance, notamment grâce à des projets d’infrastructure à grande échelle tels que les réseaux de trains à grande vitesse et de nouvelles villes.

Cependant, il est important de noter que l’utilisation de la monnaie scripturale en Chine a également soulevé des préoccupations quant à la stabilité financière et au potentiel d’inflation. La croissance rapide de la masse monétaire a suscité des questions sur la qualité des prêts accordés et le potentiel d’accumulation de mauvaises dettes. De plus, certains analystes ont exprimé des inquiétudes quant au risque d’inflation à long terme. Néanmoins, l’utilisation de la monnaie scripturale en Chine est créditée pour avoir contribué à la croissance économique rapide du pays ces dernières années.

Comment rattraper le train

La modernisation du système financier en RDC est un élément clé pour stimuler le développement économique et la croissance. Cependant, le système financier actuel est sous-développé, avec un accès limité au crédit et un secteur informel important. Pour moderniser le système financier, il est nécessaire d’améliorer l’inclusion financière en élargissant l’accès aux services bancaires et financiers, en utilisant la banque mobile et d’autres technologies innovantes. La réglementation et la supervision financières doivent être renforcées pour accroître la confiance dans le secteur financier. Enfin, la création d’une bourse pourrait contribuer à mobiliser l’épargne intérieure et à fournir de nouvelles sources de financement aux entreprises, bien que cela puisse être une tâche difficile.

La mise en place d’un système national pour vérifier la solvabilité des clients est essentielle pour atteindre une approche multidimensionnelle. Pour y parvenir, plusieurs mesures doivent être prises. Tout d’abord, il est important d’établir un cadre juridique réglementant la collecte et la diffusion des informations de crédit, y compris des lois sur la protection des données pour garantir la sécurité des données personnelles. Une agence de crédit centralisée devrait être créée pour collecter et stocker les données de crédit provenant des institutions financières, des bureaux de crédit et d’autres sources. Cette agence doit utiliser des analyses avancées pour traiter les données et générer des scores de crédit et des rapports pour les particuliers et les entreprises.

Cependant, l’amélioration de l’éducation et de la littératie financières est également cruciale pour accroître la compréhension des concepts et des produits financiers par la population et soutenir la croissance d’une société plus financièrement alphabétisée.

Il convient de souligner que le niveau du salaire minimum est un facteur déterminant du succès ou de l’échec de toute économie, y compris pour tricher dans les pays développés. En janvier 2021, le salaire minimum en Australie était de 20,33 AUD par heure, soit environ 14,80 USD. En France, il était de 10,25 EUR par heure, soit environ 12,11 USD. En Allemagne, le salaire minimum était de 9,50 EUR par heure, soit environ 11,22 USD. Lorsque le niveau du salaire minimum est trop bas, comme pour le cas en RDC, cela peut poser un grand problème pour la réussite de la triche.

La détermination du salaire minimum implique une interaction de facteurs politiques et sociaux plus que strictement économiques, et varie selon la juridiction et le temps. En fin de compte, en établissant un taux de rémunération horaire minimum, les gouvernements signalent que les citoyens méritent une rémunération équitable, fondée sur les droits de l’homme.

Les experts jouent également un rôle crucial dans la création d’une économie prospère. Ils ont la capacité d’identifier et de résoudre des problèmes complexes, ce qui peut conduire à de nouvelles opportunités de croissance et d’expansion. Grâce à leurs connaissances spécialisées et à leur expérience, les experts peuvent aider l’économie d’un pays à garder une longueur d’avance et à s’adapter aux conditions changeantes du marché. Je vous implore de leur prêter attention.

De nos jours, il est facile de vérifier les propos de quelqu’un en effectuant une recherche sur Google, qui en dit beaucoup sur l’expertise et l’expérience réelle dans un domaine.

Je vous prie, Excellence Monsieur le Vice-Premier ministre, d’accepter mes salutations patriotiques.

Jo M. Sekimonyo

Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une