COVID – 19

RDC : Qui sera le prochain patron de la CENI ?

Aujourd’hui que le président de la république Felix Tshisekedi a réussi son coup de force, son coup d’éclat (coup d’état) contre son ancien allié Joseph Kabila (frère ou parrain?) en reprenant la main sur le parlement et retournant ainsi l’ancienne majorité FCC-CACH (affamée et cupide) pour son compte dans une nouvelle majorité appelée Union Sacrée (sucrée, les salaires ont repris) totalement acquise à lui. À lui seul ! Un coup de maître car il a réussi ceci sans avoir eu recours à une dissolution. On prend les mêmes et on recommence. 

En même temps, il a réussi à se rabibocher avec les responsables d’obédiences cultuelles (charlatanesque), Église Catholique en tête en reconduisant au Vatican le 17 Janvier 2020 des accords dit « accords cadre d’intérêts communs » (secrets). De plus, depuis, on n’entend plus le clergé contester la légitimité du président Tshisekedi.


Fatshi dispose désormais de la majorité parlementaire pour désigner un chef de gouvernement (à ses ordres pour exécuter sa politique). On se souvient aussi qu’il a réussi à retourner la cour constitutionnelle en sa faveur en y nommant des personnalités qui lui sont proches (redevables ?). Tout est bétonné pour son règne désormais. 

Le président a désormais la voie libre pour suggérer, soyons honnête, nommer un patron à la CENI, la commission électorale nationale indépendante au budget faramineux de1,4 milliard de dollars, qui lui sera favorable (voire utile).  

Pour garder l’image d’homme intègre, soucieux du maintien de la démocratie, il lui faut maintenant garantir des élections démocratiques dans les délais. C’est à dire en 2023. Aucun retard ne lui est permis. Pas de glissements. Covid ou pas. Il lui reste maintenant un peu plus de deux ans pour cela. C’est pourquoi la question sur la CENI est un dossier épineux à gérer avec prudence. Tant au niveau des instances dirigeantes, du budget, de la logistique, de la réalisation des calendriers…  

Tout d’abord, choisir avec soins.

Certains postulants sont déjà connus et celui venant du camp présidentiel s’est déjà fait recaler. Mais gageons qu’avec la nouvelle donne dans les mains du président, il peut espérer être repositionné. Celui de l’église est lui aussi toujours dans les starting blocs. Un troisième homme, un avocat, Hamuli Rety, bien connu des milieux politique et juridique internationaux est aussi dans la course. Quelques extraits sonores dans certaines cours politiques suggèrent que son indépendance et son expérience sont ses meilleurs atouts par rapport aux deux autres.  


Ensuite vient la question du budget. Comment réunir le budget nécessaire pour les élections ? Certains dénoncent déjà que la crise pandémique continue d’affaiblir l’économie du pays. On ne sait d’ailleurs pas si le pouvoir dispose d’une politique économique à la hauteur des enjeux. Ce qui est sûr c’est que nous avons l’impression de naviguer à vue. Mais c’est un autre sujet et nous ne manquerons pas d’y revenir dans un autre article.  

Il s’agit ici de savoir comment le nouveau gouvernement réussira à réunir le montant nécessaire pour des élections libres. Espérons que celui-ci s’y prépare. Même si nous y croyons moyennement.

La solution la plus envisageable est le recours à la mendicité (l’aide extérieure) et l’emprunt. Nous ne parlons pas d’emprunt sur les marchés financiers internationaux, le Congo y est « banni », mais plutôt de s’appuyer sur des prêts d’entreprises internationales établies en RDC (principalement dans le pétrole, les mines et les télécoms). Cependant, cela ne garantit pas que les fonds seront collectés à temps. Et même si c’était le cas, ce ne serait pas assez techniquement.

Bref de nombreux chantiers attendent le nouveau pouvoir, celui en béton. Et parmi la longue liste des défis sociaux et politiques, celui qui nous concerne dans cet article, celui des élections présidentielles, législatives et locales et de leurs organisations se révèle être le plus épineux.

Nous aurons l’occasion d’y revenir dans trois semaines lors de la rentrée parlementaire. Nous saurons ainsi quels sont les objets à l’ordre du jour. 
 
Wait and see… 

NBSInfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une