asd

COVID – 19

RDC : Comment les grands mineurs et les États étouffent les capitaux locaux et l’innovation

Au cours des dernières décennies, les gouvernements africains ont supprimé les restrictions imposées et privatisé leurs industries minières, attirant d’importants investissements étrangers directs. En conséquence, l’industrie minière du continent est devenue dominée par des sociétés transnationales telles que Glencore,  AngloAmerican  et Barrick Gold.

Aux côtés de ces géants de l’entreprise, opérant en grande partie au-delà de la portée formelle et le contrôle des gouvernements africains, se trouve le secteur minier artisanal et à petite échelle. L’OCDE définit cela comme des exploitations minières dont les formes d’exploration, d’extraction, de transformation et de transport sont principalement simplifiées.

Environ un quart de l’approvisionnement mondial en or, en étain et en tantale est produit par des mineurs artisanaux et à petite échelle. En 2019, on estimait à 10 millions le nombre de personnes travaillant dans le secteur en Afrique subsaharienne.

La privatisation massive de l’exploitation minière et le virage vers l’investissement étranger direct ont créé des conflits avec ces mineurs. Ils ont été déplacés et marginalisés  . Les déplacements sont souvent financés par des entreprises et effectués sous la forme de « balayages » menés par l’armée gouvernementale.

La littérature minière africaine (en particulier les documents politiques les plus influents et les rapports phares des agences de développement) a été centralement préoccupée par la façon dont les entreprises africaines peuvent s’intégrer dans les chaînes de valeur minières industrielles dirigées par des entreprises étrangères. Il examine rarement comment et à partir de qui la valeur est transférée lorsque les mines industrielles interagissent avec les petites économies minières.

Dans nos recherches récemment publiées sur le cas de la province du Sud-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), nous documentons ces « pratiques quotidiennes et luttes sur la valeur ». Nous démontrons comment une coalition entre le capital des entreprises étrangères et l’État congolais a freiné les processus locaux d’adoption de la technologie et de formation de capitaux. Nous orientons l’attention vers le rôle important joué par l’exploitation minière à petite échelle dans les sociétés et les économies africaines, et sur la façon dont les sociétés transnationales entravent le potentiel de ce secteur.

Formation et mécanisation du capital

L’exploitation minière artisanale est la principale source de subsistance après l’agriculture au Sud Kivu. Néanmoins, les sociétés transnationales ont mis en place les gisements les plus précieux et les plus importants sur le plan stratégique, forçant les mineurs artisanaux à se rendre dans des zones plus marginales et moins productives.

Des centaines de milliers de personnes travaillant dans la province produisent environ 4 800 kilogrammes d’or extrait artisanal chaque année. En 2020, cela équivalait à une valeur marchande d’environ 265 millions de dollars. La valeur de la production totale d’or du Congo est d’environ 2 milliards de dollars par an.

Les mineurs artisanaux extraient l’or des fosses souterraines, des sites alluvionnaires et des lits de rivières. À Kamituga, la plus grande ville minière du Sud-Kivu, où nous avons mené nos recherches, foreurs et creuseurs descendent dans des fosses jusqu’à 100 mètres de  profondeur.

À l’extérieur des fosses, le minerai extrait est broyé et traité à l’aide de la fusion du mercure. L’or est vendu à des négociants locaux, qui à leur tour vendent à des commerçants maîtres, qui font passer clandestinement la majeure partie de la production d’or vers les pays  voisins. Il est ensuite transporté vers des destinations telles que Dubaï.

Sur les quelque 265 millions de dollars d’or artisanal que le Sud-Kivu a produits en 2020, nos recherches à Kamituga ont montré que les mineurs et les négociants artisanaux et à petite échelle congolais ont capturé entre 90 % et 95 %, soit de 240 à 250 millions de dollars. Cette estimation est fondée sur des données d’enquête et de carnet financier recueillies auprès des travailleurs et des gestionnaires miniers en 2009-2010, 2015, 2016 et 2017.

La catégorie inférieure des travailleurs miniers, comme les transporteurs et les creuseurs, gagnent entre 56 $ et 136 $ par mois. Les travailleurs qualifiés comme les travailleurs du bois, les foreurs et les exploitants de machines gagnent entre 116 $ et 180 $ par mois. Les directeurs techniques et les chefs d’équipe gagnent entre 172 $ et 412 $ par mois. Les gestionnaires d’arbres qui réussissent peuvent réaliser un bénéfice compris entre 764 $ et 1 670 $ par mois. Les petits commerçants font entre 200 $ et 400 $ par mois, tandis que les maîtres commerçants font beaucoup plus, jusqu’à plusieurs milliers de dollars par mois.

Les gestionnaires et les négociants d’arbres investissent une partie de leurs bénéfices dans l’agriculture et l’élevage, l’immobilier, le commerce, les transports et l’activité productive non minière (comme la fabrication de briques). Les gestionnaires et les négociants importent également des biens de consommation, du matériel de construction et de la nourriture dans le pays pour les revendre.

Ils réinvestissent également dans la production d’or, qui stimule l’investissement dans les technologies de production et la mécanisation. En conséquence, l’exploitation minière artisanale au Sud Kivu est devenue plus productive. Vers 2010, les gestionnaires d’arbres ont remarqué une diminution de la qualité du minerai extrait à  Kamituga. En réponse, ils ont introduit des machines qui broient de grosses roches en poudre fine. Initialement importé de Tanzanie et finalement fabriqué dans des ateliers locaux, il a permis aux fosses épuisées de redevenre productives. Les gestionnaires de puits ont également commencé à construire leurs propres pylônes pour relier les sites au réseau électrique local.

Les gestionnaires et négociants congolais de Kamituga  ont mené un processus d’extraction d’orsemi-mécanisée, le tout basé sur des machines  fabriquées localement. Leur principal problème, cependant, a été qu’ils travaillaient dans une région sous concession de la multinationale canadienne  Banro  Corporation.

Suppression d’entreprise-État

Les permis de Banro ont rendu illégale toute exploitation artisanale et artisanale pour ses motifs. Elle l’a d’abord toléré sur sa concession de Kamituga,  mais son attitude a changé lorsque les mineurs artisanaux se  sont mécanisés. Banro  considérait  la mécanisation  comme l’épuisement des gisements de sa concession beaucoup plus rapidement que les méthodes traditionnelles d’extraction artisanale.

En réponse, au début de 2013, Banro a porté plainte contre les propriétaires des rectifieuses à Kamituga. Finalement, leurs usines ont été reprises par des agents de l’État avec le soutien de l’armée et de la police locales.

En 2017, il n’y avait toujours pas de jugement sur l’affaire contre les propriétaires de l’usine. Le président d’une association de mineurs de Kamituga l’a reflété.

Depuis 2012, les mineurs artisanaux mènent une vie d’incertitude. Ils continuent leur travail, ne sachant pas quel jour leur ennemi les surprendra.

Banro est depuis entré dans la protection des créanciers du gouvernement canadien et la RDC a un nouveau président et gouverneur du Sud-Kivu. Ces évolutions ont bouleversé l’équilibre des pouvoirs des entreprises étrangères.

Mais le répit pour les petits mineurs pourrait ne pas durer longtemps. Le Congo a une longue histoire de collaboration entre l’État et les sociétés minières pour réprimer les mineurs artisanaux et à petite échelle au Sud-Kivu. Cela s’est produit dans différents régimes politiques depuis les années 1970.

Conclusion

La Banque mondiale continue de promouvoir les avantages potentiels de l’exploitation minière industrielle dirigée par l’étranger dans toute l’Afrique. Pourtant, les gouvernements africains commencent à s’écarter de cette prescription et à faire face aux sociétés minières étrangères. Ce changement pourrait représenter une rupture idéologique avec le passé, et l’émergence d’alternatives à un modèle perturbateur.

Beth Daley – Directrice du développement stratégique chez InsideClimate News (Traduit en Français par Jay Cliff)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une