asd

COVID – 19

Pourquoi les migrants apportent des cadeaux de l’étranger

On estime à 281 millions le nombre de migrants à travers le monde. Les envois de fonds qu’ils envoient chez eux attirent beaucoup l’attention des décideurs politiques et des agences de développement comme la Banque mondiale en raison de leurs impacts positifs sur les économies en développement. En effet, le mouvement de l’argent est – pour la plupart – quantifiable, car une grande partie passe par les canaux bancaires formels. Les migrants des pays en développement, par exemple, ont envoyé environ 605 milliards de dollars américains chez eux en 2021.

Mais il y a aussi tout un écosystème qui n’est ni mesuré ni surveillé : le don.

De nombreux migrants apportent des cadeaux de l’étranger pour leurs proches lorsqu’ils rentrent dans leur pays d’origine. Nous avons examiné cette pratique dans une étude sur les migrants ghanéens vivant en Australie et aux États-Unis ainsi que sur les personnes au Ghana qui ont des relations vivant à l’étranger.

Les cadeaux sont également courants chez les migrants d’autres pays du Sud.

Nous avons constaté que lorsque les migrants rentrent au Ghana, beaucoup apportent des biens de consommation dans leurs valises comme cadeaux pour leurs proches. Les migrants se sentent obligés d’apporter ces cadeaux parce que leur famille et leurs amis au Ghana les attendent. Les migrants craignent un contrecoup social s’ils ne parviennent pas à les faire venir.

Une implication majeure de nos conclusions est que ces dons peuvent faire le contraire de ce que font les envois de fonds. En tant qu’importations, elles peuvent avoir des conséquences négatives imprévues pour l’économie locale.

Quels cadeaux les migrants apportent-ils et pourquoi ?

Nous avons interrogé 47 migrants ghanéens vivant en Australie et aux États-Unis ainsi que des personnes au Ghana qui ont des relations vivant à l’étranger. Certains migrants nous ont également permis de faire une « ethnographie vidéo » de leurs valises pleines de cadeaux quelques jours avant leur départ pour visiter le Ghana. Nous avons pris des vidéos et des photos des cadeaux alors qu’ils expliquaient chaque article cadeau, à qui ils allaient offrir le cadeau et pourquoi.

Dans les valises des personnes voyageant d’Australie et des États-Unis vers le Ghana , nous avons trouvé une gamme de cadeaux, notamment des vêtements, des chaussures, des sacs, des parfums, du maquillage, des accessoires, des téléphones, des ordinateurs, des produits alimentaires et des médicaments.

L’explication la plus courante pour apporter ces cadeaux est qu’il s’agit d’une obligation. Les cadeaux vont à la famille élargie, aux amis, aux amis de la famille et même aux « grandes personnes » dont les migrants auront besoin d’aide pour faciliter la transition vers la maison.

On nous a dit que la famille et les amis à la maison attendaient – ​​et parfois même réclamaient – ​​ces cadeaux.

Un migrant aux États-Unis a noté :

Je ne peux pas simplement rentrer chez moi (au Ghana) sans rien acheter pour eux ; ce sera suicidaire de ma part, parce que les regards que je vais avoir et probablement les propos, je n’aimerais même pas ça. Donc, je n’ai pas le choix; Je dois.

Nos participants qui vivaient au Ghana ont confirmé qu’ils avaient ces attentes. L’un d’eux a commenté :

Vous ne pouvez pas venir comme ça (les mains vides) quand vous rentrez chez vous (au Ghana) de l’étranger. Vous avez voyagé jusqu’au pays de l’homme blanc, vous devez donc rapporter quelque chose à la maison.

L’obligation d’apporter des cadeaux est bien connue et comprise.

Deux croyances liées expliquent cette obligation.

La première est que la vie à l’étranger est meilleure qu’au Ghana. Le migrant est perçu comme étant économiquement mieux loti qu’une personne vivant au Ghana. D’autres recherches ont également révélé que les migrants jouissent d’un statut plus élevé au Ghana . Ainsi, on pense qu’ils peuvent s’offrir des cadeaux.

La deuxième croyance est que les choses de l’étranger sont de meilleure qualité que les choses fabriquées ou importées au Ghana. Ainsi, le migrant en visite est un transporteur de confiance de produits de bonne qualité en provenance de l’étranger.

Même lorsqu’ils ne peuvent pas se rendre au Ghana eux-mêmes, les migrants envoient fréquemment des cadeaux à leur famille et à leurs amis via d’autres migrants qui visitent le Ghana.

Ensemble, ces croyances confèrent une obligation d’apporter des cadeaux. Certains migrants que nous avons interrogés ont adopté cette obligation comme un moyen de soutenir et de ravir leurs familles. Pour d’autres, les cadeaux étaient une façon de montrer leur gratitude aux personnes qui avaient contribué à leur éducation et à leur capacité à émigrer à l’étranger.

Tous les migrants, cependant, ont admis la crainte d’un contrecoup social s’ils n’apportaient pas les cadeaux.

Les conséquences des cadeaux

Nous concluons que ce don a des implications plus larges.

Premièrement, nous soutenons qu’il joue un rôle différent de celui des envois de fonds. Lorsque les migrants envoient des fonds, ils prennent de l’argent du pays développé et l’envoient pour aider au développement chez eux. Les cadeaux font le contraire – l’argent pour les acquérir est dépensé dans l’économie développée. Ensuite, ils voyagent au Ghana en tant qu ‘«importations cachées» qui ne sont ni taxées ni comptabilisées.

Les cadeaux encouragent également la conviction que ce qui vient de l’étranger – en particulier du « pays de l’homme blanc » – est meilleur que ce qui est fabriqué localement. Cela renforce le désir de choses étrangères et le désir d’émigrer vers ces pays étrangers.

Les implications ne sont pas positives pour les économies d’origine des migrants.

Apprivoiser la musaraigne

Les tentatives de contrôle des pratiques de don des migrants seraient cependant difficiles et contre-productives.

Ils ont des implications sociales importantes pour les relations entre les migrants et leurs familles. Les réglementations douanières sur les articles-cadeaux au-delà d’une certaine valeur peuvent être facilement contournées en les présentant comme des articles personnels et non comme des cadeaux.

Nous devrions plutôt accepter ces pratiques et encourager les migrants à déclarer la valeur des cadeaux sans imposition ni sanction. Ces informations pourraient aider les décideurs politiques à comptabiliser les dons comme des importations et à concevoir des politiques qui traitent de l’effet sur l’économie locale.

Samuelson Appau

Professeur adjoint, Melbourne Business School

David Croquet

Professeur associé de marketing, Université de l’Illinois à Chicago

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une