asd

COVID – 19

Pourquoi Kant est-il toujours d’actualité ?

L’anthropologie kantienne s’articule autour de trois axes fondamentaux qui forment la colonne vertébrale de toute sa pensée philosophique. Pour définir l’être humain, sa philosophie pose ces grandes questions liées à la théorie de la connaissance, à l’éthique et à la philosophie de l’histoire :

Jusqu’où s’étendent les frontières de notre savoir ?

Comment devrions-nous procéder pour permettre une coexistence pacifique qui nous permet d’être plus heureux ?

Quel est notre horizon d’attentes légitimes ?

L’île de la connaissance et les mirages qui l’entourent

« Le domaine de la connaissance est une île aux frontières naturelles inaltérables. C’est le champ de la vérité, qui est entouré d’un océan orageux, la vraie patrie de l’illusion, où quelques icebergs estompés par la brume trompent le navigateur avec la vaine illusion de faire quelque découverte.

Kant utilise très peu de métaphores dans sa première Critique , avouant qu’il le fait pour gagner en clarté conceptuelle. Dans l’un des rares qu’il décide de conserver, il compare le champ de la connaissance à une île. Cette terre solide repose sur l’expérience, mais elle est entourée d’un océan sans fin où la glace semble être d’autres îles habitables qui invitent le navigateur à chasser ces mirages. Poursuivre des objectifs aussi illusoires nous fait abandonner un règlement sûr et faire naufrage sans espoir dans l’éclat de la tempête.

Savoir est un processus qui demande de l’expérience. Prétendre augmenter notre richesse de connaissances avec de simples idées ou pensées équivaut à proposer d’augmenter notre richesse en ajoutant des zéros à l’argent que nous avons réellement. Avec son épistémologie, Kant décide de combattre la superstition et le fanatisme, ainsi que le dogmatisme religieux qui protège le pouvoir absolutiste et despotique de son temps.

Les messages les plus percutants sur le plan émotionnel chevauchent des communications réputées qui ne peuvent pas correspondre à leur vitesse fulgurante pour se propager. Les apparences colonisent de plus en plus de terrain jusqu’à nous faire douter des plus évidents grâce à des faits alternatifs et des occurrences de toutes sortes. Pour se forger sa propre opinion, Kant considère comme élémentaire de tout soumettre à la critique de notre entendement, en passant au crible les données et en opposant les sources. Mais il est difficile de résister à la tentation de ne pas assumer cette tâche et de se laisser instruire par les démagogues de service.

Comment devons-nous agir moralement ?

« Il n’est pas possible de penser à quoi que ce soit dans le monde, ni en dehors de celui-ci, qui puisse être considéré comme absolument bon, sauf la bonne volonté. Débrouillardise et ténacité, talents et qualités de tempérament sont des choses désirables, mais ils peuvent aussi être extrêmement nocifs lorsque le personnage utilisant ces dons de la nature n’est pas bon. Il en va de même pour les dons de fortune, tels que le pouvoir, la richesse et même la santé ou le bien-être.

La démarche éthique de Kant est attachée à une morale déontologique afin de ne pas dépendre du hasard . Spontanément, nous recherchons tous notre propre bonheur et réalisons ce qui nous est le plus utile. Mais le problème est qu’en faisant cela, nous pouvons nous faire du mal et nous voir lésés par ceux qui ne s’occupent que de leurs préoccupations spécifiques. C’est pourquoi il nous propose de réaliser une expérience mentale comme pierre de touche de nos critères éthiques .

Qu’est-ce qui peut nous sauver d’une situation difficile, pourrait-il être utilisé comme ligne directrice pour n’importe qui à tout moment ? Si la réponse est négative, cette règle ne mériterait pas d’être une loi à validité universelle et donc, bien qu’elle puisse servir de conseil dicté par la prudence, elle ne peut être adoptée comme un devoir avalisé par une volonté générale. Pas plus que n’importe quelle stratégie qui cherche à instrumentaliser un autre être humain en le considérant simplement comme un médium.

Les lois juridiques ont un pouvoir coercitif imposé de l’extérieur. Cependant, la loi morale ne concerne que les intentions formulées dans le for interne et non les réalisations que notre but peut ou non atteindre. Nous ne pouvons jamais être complètement sûrs que notre intention est entachée de motivations involontaires ou d’impulsions inconscientes. Mais nous pouvons toujours ignorer les facteurs qui dépendent de la chance. Rien n’est plus contraire à ces prémisses kantiennes qu’une concurrence sans merci qui ne s’intéresse qu’au succès et qui méprise la morale de l’effort.

Quel est le rôle de l’espoir ?

« L’espoir qu’après plusieurs révolutions de restructuration, finisse par se constituer un État cosmopolite dans lequel se déploieront à un moment donné toutes les dispositions originelles de l’espèce humaine ».

Nos structures mentales, lorsqu’il s’agit de savoir, et notre volonté lorsqu’il s’agit de vouloir sont de nature téléologique , c’est-à-dire qu’elles existent avec un certain but. Nous avons tendance à nous expliquer les choses comme si elles résultaient d’un dessein, de même que notre volonté ne cesse de considérer un objectif après l’autre. C’est pourquoi l’espérance apparaît à Kant comme une composante décisive de l’être humain en tant qu’espèce.

Accueillir telle ou telle attente peut orienter de manière décisive notre destin personnel et sociopolitique. Alors que notre quête pour transcender les frontières de nos connaissances et nous aventurer dans les sables marécageux doit être freinée, notre imagination éthique ne doit reculer devant aucun obstacle. Malgré le spectacle que nous offre l’histoire des affaires humaines , nous pouvons toujours croire que nous avons de la place pour changer les choses.

C’est pourquoi Kant applaudit avec enthousiasme la Révolution française , bien qu’impressionné par ses horreurs, comprenant qu’elle est un signe historique dans la bonne direction. Lorsque les réformes appropriées ne sont pas entreprises à temps, les inégalités extrêmes qui empêchent la liberté politique donnent lieu à une révolution traumatisante, dirigeant le gouvernail vers un républicanisme cosmopolite. C’est du moins l’attente avec laquelle Kant propose d’aborder le futur historique.

Il semblerait que les questions soulevées par Kant comme particulièrement pertinentes continuent de nous interpeller aujourd’hui. Sans aller plus loin, grâce à sa lecture attentive de Kant, Javier Muguerza a pu nous parler de l’ impératif de la dissidence , comme mécanisme pour éviter de soutenir l’injustice, et nous inviter à rêver d’un monde meilleur .

Roberto R.Aramayo – Enseignant chercheur IFS-CSIC (GI TcP Ethique, Epistémologie et Société). Historien des idées morales et politiques.

1 COMMENTAIRE

  1. Kant avec ses pensées philosophiques continuent toujours à nourrir la science et le monde actuel parceque tout le monde est à la recherche du bonheur, les autres meurent sans le vivre et les autres eurent la chance de vivre ce bonheur… J’aime bien Kant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une