asd

COVID – 19

Pas de contentieux frontaliers entre la RDC et ses pays voisins

La RDC n’a pas de contentieux frontaliers avec ses neuf (9) pays voisins a déclaré, mercredi, le Pr de droit public international de l’Université de Kinshasa, Tshibangu Kalala, au cours du briefing axé sur la situation frontalière de la RDC et ses voisins avec un regard particulier sur sa partie orientale, à travers son ouvrage de 920 pages : « La RDC et ses 11 frontières ».

« J’ai passé plus de 10 ans de recherche sur la nature de nos frontières pour: de l’historique de sa création à la démarcation en passant par sa délimitation pour comprendre d’où nous venons et ou en sommes et comment nous avons eu ce territoire, un patrimoine sacré ».

Il a fait un survol historique depuis la Conférence de Berlin de 1885, affirmant que les frontières de la RDC n’étaient pas fixées au cours de cette rencontre et qu’à ce jour « la RDC n’a de conflit frontalier avec aucun de ses voisins », avant de donner les détails chiffrés sur la longueur de cette frontière avec les pays voisins : Angola (2.525 km), Zambie (2.100 km), Tanzanie (492 km), Burundi (205 km), Rwanda (213 km), Ouganda (817 km), Soudan du Sud (787 km),  RCA (1.100 km) et Congo Brazzaville (1.544 km).

« A la Conférence de Berlin de 1885, il n’a jamais été question des frontières. Les 14 pays réunis ont traité de la liberté de commerce, la libre navigation et circulation dans le bassin du Congo et les règles à mettre en place pour l’occupation des territoires », a expliqué le Pr Tshibangu Kalala, ajoutant que les 38 articles du Traité de Berlin sont explicites à ce propos.

Il a démontré aussi bien au niveau du droit international que de l’Union africaine que tout est clair eu égard à « l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation reconnue par tous les Etats », avant de poursuivre « qu’une quelconque revendication du Rwanda déclenchera une bataille intellectuelle : « les intellectuels congolais sont prêts à affronter les intellectuels rwandais afin de débattre sur la question des frontières. D’ailleurs  ils seront battus à plate couture », a-t-il conclu.

Face à ces velléités, « nous devons être prêts à défendre notre territoire avec une armée dissuasive. Si quelqu’un veut revendiquer quoi que ce soit, nous allons répondre ».

Il a, en outre plaidé pour la mise en place des bornes partout en RDC pour protéger les frontières et il a dans la foulée balayé toute hypothèse d’une quelconque perte de territoire congolais comme certains tentent de le faire croire. « Nous n’avons rien perdu, nous avons l’intégrité de notre territoire au moment où je vous parle ».

Le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, a abordé dans le même sens que son co débatteur dans son exercice pédagogique, balayant d’un revers de la main tout ce qui se raconte dans l’opinion, avant de rassurer que le gouvernement fera de tout son possible pour défendre bec et ongles le territoire congolais.

Nbsinfos/com Serena

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une