asd

COVID – 19

Paraguay : où coexistent la corruption et la pauvreté

Avec une géomorphologie monotone, une économie atone et une pauvreté endémique, le Paraguay est devenu le centre de blanchiment d’argent de l’Amérique latine, le trampoline du trafic de drogue et un centre de déforestation.

Tous ces problèmes endémiques découlent de la médiocrité des institutions d’application de la loi et d’un système judiciaire poreux en raison d’un réseau très corrompu de ministres de la Cour suprême et d’actes de plus en plus infâmes rendus possibles par le président Mario Abdo Benítez. Le chef de l’Etat paraguayen tente actuellement d’établir des liens commerciaux avec la République populaire de Chine, asuncion étant à la traîne avec la vaccination de sa population.

Le gouvernement benítez continue d’ignorer la nécessité urgente de réformer les fragiles secteurs bancaire et financier du pays. Benítez a permis à Asuncion de devenir une plaque tournante du blanchiment d’argent où Dario Messer, un financier clé impliqué dans l’une des plus grandes opérations de blanchiment d’argent en Amérique du Sud, aurait fonctionné avec la pleine immunité et la protection politique de l’ancien président Horácio  Cartes.  En outre, sous la surveillance de Cartes,  les activités de pollution de l’environnement et de déforestation dans les parcs nationaux ont augmenté à des niveaux sans précédent.

Selon Aldo Benítez, un journaliste environnemental de renom, au cours de la dernière décennie, le Paraguay a perdu plus de soixante acres de forêts indigènes chaque jour. C’est en plus du blanchiment d’argent qui a été autorisé à prospérer.  De 2011 à 2018, Dario Messer a pu recevoir par l’intermédiaire d’une banque gouvernementale, plus de 53 millions de dollars et ses complices, continuer à diriger le pays, y compris Federico González, Carlos Pereira  Olmedo; et Luis Alberto Castiglioni Soria. 

L’Ambassadeur Federico Alberto González Franco a été vice-ministre des Affaires étrangères de Cartes en 2018 et l’un des acteurs de l’accord trouble sur le barrage d’Itaipu qui s’est tenu secrètement avec le Brésil et signé le 24 mai 2019. Cela a entraîné, selon certaines estimations, 300 millions de dollars de dommages et intérêts à l’État paraguayen, en vendant de l’énergie électrique au Brésil à un prix beaucoup plus bas que le marché. 

L’une des actions les plus emblématiques de Gonzalez a été la promotion de Miryam  Peña Candia pour devenir juge paraguayen à la Cour interaméricaine des droits de l’homme au Costa Rica. De nombreux avocats d’Asuncion ne sont pas impressionnés par le bilan de Peña Candia lorsqu’elle était ancienne ministre de la Cour suprême de justice (CJS).

En septembre 2018, Carlos Pereira Olmedo a été nommé ministre de la Planification et du Développement social économique par Benítez. De 2012 à 2018, Pereira a été président de Banco Nacional de Fomento, au cours d’une période oùcette institution publique est soupçonnée d’avoir été impliquée dans le blanchiment d’argent dans le pays. Au début de novembre 2020, Pereira a été nommé ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Environnement et continue de siéger dans le gouvernement actuel.

Luis Alberto Castiglioni Soria a été ministre paraguayen des Affaires étrangères lors des relations secrètes avec le Brésil en 2019 et a démissionné immédiatement après l’invinciation des négociations secrètes d’Itaipu  en juillet 2019. Castiglioni est retourné à son rôle précédent en tant que sénateur pendant une brève période. Aujourd’hui, il est ministre de l’Industrie et du Commerce.

Aujourd’hui, Horácio  Cartes, l’un des magnats les plus riches du Paraguay, continue d’exercer une influence politique à travers son équipe de sénateurs, vers la présidence de Benitez. Alors  que les aspirations de Cartes à devenir sénateur national sont tombées à l’eau, il est allégué qu’il maintient une équipe consolidée de législateurs qui sont utilisés comme fusibles fiables quand il s’agit d’affaiblir la présidence de Benitez ou d’initier une destitution politique à un moment donné.

Comme le Paraguay est l’un des pays les plus pauvres d’Amérique latine, ses ressources naturelles épuisées et sa déforestation à grande échelle sont les symptômes de niveaux élevés de corruption et d’une bureaucratie pourrie qui n’a pas mis en œuvre les réformes économiques nécessaires qui pourraient avoir un impact direct sur la vie des Paraguayens pauvres.

Avec un président passionné par les montres-bracelets coûteuses, les vagues d’une crise économique et l’absence totale d’impulsion microéconomique sont réputées prospérer jusqu’à la fin de 2023, un moment où le peuple paraguayen devrait voter pour un nouveau président et des membres de l’Assemblée nationale. Les Paraguayens sont confrontés à l’énorme tâche d’assurer le renforcement des institutions publiques et des normes démocratiques avec le même esprit et le même courage qu’ils l’ont fait pour contrecarrer les forces armées envahissantes pendant la guerre contre la Triple Alliance (1865-1870).

Peter Tase est journaliste de l’actualité des relations internationales, de l’Amérique latine et du Caucase du Sud. (Traduit en Français par Jay Cliff)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une