asd

COVID – 19

Nigeria – élections 2023 : la plus grande démocratie d’Afrique se rend aux urnes dans un contexte d’insécurité croissante

La plus grande élection d’Afrique se tiendra en février 2023 au Nigeria . Il s’agit de la septième élection générale consécutive en 23 ans de gouvernement démocratique ininterrompu. L’élection sera une opération massive. On estime que 95 millions d’électeurs inscrits se rendront aux urnes dans 176 846 bureaux de vote répartis dans 774 zones de gouvernement local.

Au total, 12 163 candidats parrainés par 18 partis politiques sont en lice. Ils sont candidats aux élections dans 109 circonscriptions sénatoriales, 360 circonscriptions fédérales, 993 circonscriptions d’État, 28 postes de gouverneur et le bureau du président.

Mais on craint de plus en plus que les crises de sécurité dans le pays ne compromettent le résultat. Les appareils de sécurité nigérians semblent incapables de garantir la sécurité.

Nous pensons qu’il y a effectivement lieu de s’inquiéter. Sur la base de notre expertise et de nos travaux antérieurs sur la violence au Nigéria, nous pensons que de puissantes menaces contre une élection libre, juste et crédible pourraient provenir d’espaces physiques et virtuels.

Dans l’environnement physique, la menace vient des terroristes de Boko Haram , des bandits, des séparatistes, des criminels, des militants, des bergers armés et d’une multitude de gangs violents.

Dans l’espace virtuel, cela vient du piratage, de la mésinformation, de la désinformation, des deepfakes et des fausses nouvelles.

La sécurité des élections est un facteur déterminant du processus électoral nigérian. Les élections passées ont été caractérisées par des actes de violence effrontés largement perpétrés par des voyous politiques. Mais la vitesse, la propagation et l’ampleur avec lesquelles la violence a évolué rendent les élections de 2023 particulièrement préoccupantes.

Les récents cas de violence montrent que le pays se trouve dans un environnement sécuritaire différent et plus dangereux. Ces derniers mois, des groupes armés ont tué ou enlevé des citoyens. Il y a également eu des attaques ciblées contre les installations et les agents de sécurité liés à la Commission électorale nationale indépendante . Et un nombre sans précédent de communautés sont sous le contrôle partiel de groupes armés non étatiques.

Certains politiciens désespérés peuvent également encourager les groupes armés à provoquer la violence dans les bastions de l’opposition afin de supprimer la participation électorale.

Détérioration de la situation sécuritaire

Au cours des derniers mois, les attaques au Nigeria dans les domaines physiques et virtuels ont considérablement augmenté. Au moins 7 222 Nigérians ont été tués et 3 823 enlevés à la suite de 2 840 incidents violents entre janvier et juillet 2022.

La cybersécurité s’est également détériorée. Les données publiées en mai 2022 ont montré que le Nigéria était l’un des pays les plus touchés d’Afrique en termes de cyberattaques. L’Afrique du Sud a été la plus ciblée avec 32 millions d’attaques. Le Nigeria a enregistré 16,7 millions de cyberattaques.

Ceci est essentiel car la Commission électorale nationale indépendante prévoit d’utiliser le système bimodal d’accréditation des électeurs pour le prochain scrutin. Ce système et un portail de visualisation des résultats des élections sont deux innovations technologiques célébrées pour améliorer la transparence des résultats des élections et renforcer la confiance du public dans les résultats.

Dans cet esprit, la Commission électorale nationale indépendante a exprimé à plusieurs reprises sa préoccupation face aux problèmes de sécurité qui prévalent avant les élections de 2023.

Les groupes armés et les élections de 2023

Les actions des groupes armés affectent déjà des éléments essentiels de la sécurité électorale.

Depuis 2017, il y a eu neuf enlèvements impliquant le personnel de la commission électorale, 20 attaques contre des installations électorales et 17 incidents de pillage et de destruction de biens. Les bureaux et les équipements sensibles ont été ciblés.

Depuis les élections de 2019, des groupes armés non identifiés ont attaqué les bureaux de la commission.

Par exemple, le 26 novembre 2020, des membres de Boko Haram ont attaqué le bureau de la commission électorale du gouvernement local de Hawul dans l’État de Borno.

En avril 2022, des hommes armés inconnus ont abattu un responsable de la commission dans un centre d’inscription des électeurs dans la zone du gouvernement local d’Ihitte Uboma, dans l’État d’Imo. La commission électorale a suspendu les exercices d’inscription des électeurs dans 54 centres et dans trois zones de gouvernement local de l’État.

Ces attaques laissent présager un grave danger pour les activités électorales nationales.

Les attaques ciblant les infrastructures pourraient effrayer les électeurs potentiels, entraîner une pénurie importante de fonctionnaires électoraux, compromettre la logistique et mettre en danger l’approvisionnement en matériel électoral.

Les forces de sécurité ont également fait les frais des attaques et des meurtres. Ainsi, entre janvier et juin 2022, 81 militaires, 65 policiers, deux agents des services correctionnels, deux agents de la lutte contre la drogue, cinq agents de la défense civile et deux agents de la sécurité routière ont été tués par des groupes armés non étatiques.

Les meurtres ont été principalement perpétrés dans les régions du nord-ouest, du centre-nord et du sud-est.

Les agents de sécurité sont essentiels pour fournir un environnement sûr pendant tout le processus électoral.

Plan de réponse de sécurité

Le gouvernement doit mettre en place un plan de sécurité solide et complet pour faire face aux risques liés au bon déroulement du processus électoral.

Les forces de sécurité doivent planifier des opérations impliquant, par exemple, des raids terrestres et aériens contre des groupes armés dans leurs bastions. Il faut également des opérations d’information et psychologiques pour lutter contre la propagande et la désinformation diffusées par les groupes armés.

Une réponse d’opération d’information robuste doit être à la fois proactive et réactive. Cela contribuera à renforcer la confiance des électeurs et à réduire l’attrait ou les menaces des groupes armés.

Le Département des services d’État, en partenariat avec le Bureau du conseiller à la sécurité nationale, devrait diriger et coordonner cette réponse.

Enfin, la protection des prochaines élections nécessite une approche globale de la société. Cela exige également que l’organisme de gestion des élections et les appareils de sécurité du pays travaillent en étroite collaboration.

Le comité consultatif inter-agences du pays sur la sécurité des élections offre une excellente plate-forme pour que cela se produise.

Oluwole Ojewale

Coordonnateur régional, Institut d’études de sécurité

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une