asd

COVID – 19

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta a promis honneur et unité – son héritage est décevant

Quelques jours après que le Mali a été placé sous de lourdes sanctions par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest pour punir la réticence de la junte militaire à organiser des élections, les citoyens se sont réveillés le dimanche 16 janvier 2022 en apprenant la mort de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta.

Keïta, évincé en 2020 par l’armée après sept ans au pouvoir, est décédé à son domicile de Bamako, à l’âge de 76 ans.

Il a été président de la république du 4 septembre 2013 au 18 août 2020. Cependant, son influence dans la politique malienne était considérable depuis plus de trois décennies.

Premières années

Keïta a fait ses études primaires, secondaires, secondaires et universitaires au Mali, au Sénégal et en France.

Il rentre au Mali en 1986 avec une maîtrise d’histoire et un diplôme d’études approfondies en politique et relations internationales de l’université Panthéon-Sorbonne.

Lors de son séjour en France, Keïta fréquente les milieux politiques français de gauche radicale, où il se lie d’amitié avec Alpha Condé, qui deviendra plus tard président de la Guinée .

À son retour au Mali, ses premiers emplois sont au sein d’ONG françaises et internationales. Parallèlement, Keïta était militante de l’ Alliance pour la démocratie au Mali – Parti panafricain pour la liberté, la solidarité et la justice .

Il a également occupé le poste de directeur de campagne adjoint pour l’élection présidentielle d’ Alpha Oumar Konaré en avril et mai 1992.

La route vers le sommet

Pour son effort lors de ces campagnes, le président Konaré décide de le nommer en juin 1992 comme son conseiller diplomatique et porte-parole. Moins de six mois plus tard, en novembre 1992, Keita a été envoyé hors du pays en tant qu’ambassadeur du Mali, d’abord en Côte d’Ivoire, puis plus tard au Gabon, au Burkina Faso et au Niger.

Le séjour de Keïta à l’étranger n’a duré qu’un an. En novembre 1993, il est rappelé pour prendre la tête du ministère des Affaires étrangères .

Le 4 février 1994, Konaré le nomme premier ministre . Il a occupé ce poste jusqu’en février 2000.

Keïta s’est hissé à la tête de l’Alliance pour la démocratie au Mali – Parti panafricain pour la liberté, la solidarité et la justice et en est devenu le président en 2000.

A l’approche de l’élection présidentielle de 2002, Keïta voulait se présenter comme candidat à la succession de Konaré. Cela a conduit à des désaccords au sein du parti.

Keïta a démissionné de son poste de Premier ministre le 14 février 2000, puis de la présidence du parti en octobre 2000.

Il a ensuite quitté le parti pour créer son propre parti, le Rassemblement pour le Mali .

Keïta était le candidat du Rassemblement pour le Mali à l’élection présidentielle de 2002. Il a obtenu 21% des suffrages exprimés au premier tour. Cela le place troisième, derrière Amadou Toumani Touré (28,7%) et Soumaïla Cissé (21,3%).

Néanmoins, la coalition de Keïta a remporté le plus de sièges aux élections législatives, ce qui lui a permis d’être élu président de l’Assemblée nationale de 2002 à 2007.

En 2007, Keïta se présente à nouveau à la présidence. Il s’est dressé contre le titulaire, Touré, et a perdu.

Début 2012, des groupes terroristes ont pris le contrôle de tout le nord du Mali. Cela a conduit à un coup d’État contre Touré en mars 2012.

Suite à l’intervention militaire au Mali, le président par intérim Dioncounda Traoré a organisé une élection présidentielle.

Keita s’est présenté aux élections et a gagné cette fois pour devenir président de la république en 2013. Il a été réélu en 2018.

Il a couru sur le slogan de la campagne de rendre l’honneur au pays. Keita a promis de « réconcilier les cœurs et les esprits » et d’assurer l’unité dans ce pays d’Afrique de l’Ouest profondément divisé.

Il a également promis de reconstruire les infrastructures du pays, dont certaines ont été endommagées par des actions terroristes.

L’héritage

Le gouvernement de Keita souffrait d’une corruption endémique et d’un enrichissement illicite.

Cela s’est encore accentué après l’ accord de paix signé à Alger, qui offrait une autonomie partielle au nord du pays. L’accord visait à mettre fin aux hostilités avec les rebelles dans le nord du Mali.

Le 5 juin 2020, la capitale malienne, Bamako, a été témoin d’un rassemblement de protestation à grande échelle appelant à la démission de Keita.

Les manifestations ont été suivies d’un coup d’État mené par le colonel Assimi Goïta le 18 août 2020. La garnison militaire a arrêté Keita et il a renoncé au pouvoir sous la pression de l’armée.

La crise qui a suivi n’est pas encore résolue. Aujourd’hui, le Mali fait l’objet de lourdes sanctions en raison de la réticence perçue de la junte militaire à organiser rapidement des élections et à céder le pas à un gouvernement démocratiquement élu.

Le gouvernement de transition a présenté ses condoléances à la famille de Keita, alors que le pays est sous le coup des sanctions de la CEDEAO et du bras de fer avec la France, conséquences du refus de ses dirigeants militaires d’organiser des élections.

Mady Ibrahim Kanté – Maître de conférences, Université des sciences juridiques et politiques de Bamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une