asd

COVID – 19

Le pouvoir de l’amour dans la construction de la paix

« L’amour est une question complexe car elle est liée et fait partie des émotions, des sentiments, des passions, de la sexualité, des rapports de genre ; elle est également présente dans les processus de socialisation et de survie de l’espèce. »

Francis Munoz Munoz

Avec cet article, nous avons l’intention de maintenir le discours de concepts tels que la construction de la paix et le pouvoir de l’amour comme méthodologie pour mieux comprendre le développement de la définition de la paix imparfaite à partir de la perception des écrits de Francisco Muñoz et de sa relation avec ceux de San Juan de la Cruz.

Au nom de l’amour, ou plus précisément au nom de ses manières de l’appréhender (patriarcales, hétéronormatives, occidentalisées et violentes) à de nombreux moments de l’histoire, divers groupes (essentiellement les femmes et le groupe LGTBIQ+) ont été socialement et individuellement subordonnés et objectivés jusqu’à limiter leur autonomie et leur liberté, quand ils ne mettent pas fin à leur existence même.

L’une des perspectives de l’étude de l’amour pour une meilleure compréhension de la construction de la paix au sens méthodologique et historique est celle qui découle de la critique et de la dénonciation des aspects violents dérivés du concept d’amour romantique occidental.

Du point de vue de l’historien et chercheur de la paix, à partir du tournant épistémologique et ontologique qui fait partie intégrante de la paix imparfaite, il est prévu d’aborder cette question avec l’intention de faire une proposition plus large et plus plurielle, même en étant conscient de la force et la présence que l’amour romantique a eu et a encore pour une partie de l’humanité.

Le but de cette étude est, sans aucun doute, d’enquêter sur la façon dont l’amour a participé à la création d’un « ordre » fondamentalement pacifique et facilitant le développement juste et équitable des êtres humains : l’ Ordo Amoris .

amour – oris

L’amour est un mot aux sens divers, dont beaucoup doivent être retracés à son étymologie latine d’ amor-oris , qui peut se traduire par affection, tendresse, affection en général, passion, désir, empressement, inclination envers quelqu’un, envers la patrie , aux amis, envers soi-même ; comme sensualité, au fait de trouver quelque chose d’agréable, de se sentir obligé, reconnaissant envers quelqu’un, d’être content ; Il fait également référence à des locutions ou à des formes de courtoisie. A cette polysémie s’ajoute la position que les religions, les arts, les philosophies et les sciences ont prise à cet égard.

En tout cas, l’amour, sous ses diverses formes, est un moyen important de faciliter la médiation des relations interpersonnelles. Aimer a dû être une émotion centrale présente tout au long de l’évolution et de l’histoire des êtres humains, étant d’une importance vitale pour la préservation de leur identité, fondamentalement parce qu’elle facilite le développement de leurs capacités.

À partir de l’enseignement et de l’étude de la paix imparfaite, l’amour a été étudié, entre autres, dans le contexte de la paix des hominidés et de l’autonomisation pacifiste, c’est-à-dire avec l’histoire en tant qu’espèce et avec les capacités de prise de conscience du pouvoir de la paix pour transformer la réalité. .

Presque toujours, les divinités de l’amour étaient identifiées comme féminines, comme des déesses dans l’identité desquelles l’amour, la fertilité, la nature ou la protection de leurs communautés, entre autres, s’entremêlaient. Ainsi, par exemple, Gandhi a affirmé que l’amour est la force la plus subtile du monde et que la « Vérité » ( satya ) implique l’amour et engendre la fermeté ( agraha ) et est donc synonyme de force. De l’union de ces mots Satyagraha a émergé, ce qui revient à dire la force née de la vérité et l’amour de la non-violence.

Au XVIe siècle , Saint Jean de la Croix parle de la façon d’exprimer la croissance de l’amour, du plus imparfait au moins imparfait, en utilisant le degré comme mesure. C’est une ressource très fréquente chez les mystiques. Saint Jean de la Croix fait référence aux degrés d’amour avec des nombres différents. Parfois, il parle de sept degrés, et d’autres fois de dix degrés d’amour. Cette marche imparfaite est un processus serein et paisible, puisqu’il n’est pas nécessaire d’atteindre un certain degré de perfection pour trouver le repos. Commencer à aimer, c’est se placer dans un lieu de calme et de paix, comme l’indiquent ces paroles sanjuanistes de Dichos de Luz y Amor :

« L’âme qui marche dans l’amour ne se fatigue ni ne se fatigue. L’âme amoureuse est une âme douce, douce, humble et patiente. »

En conclusion, l’amour est la vertu la plus importante, elle plonge ses racines dans les profondeurs de l’être humain, et conduit la personne qu’il aime à sa pleine maturité. L’amour se manifeste dans les actions humaines et est compréhensible dans son contenu et ses motivations, mais il n’est pas manipulé par les intérêts humains. Une partie de l’amour reste silencieuse et obscure, et exige le respect et la révérence qui correspondent à ce qui n’est pas entièrement englobé par les mesures et les catégories humaines.

l’amour est polysémique

L’expérience de l’amour humain, celle que tout homme mérite, celle du couple ou celle qui éveille la charité devant les nécessiteux, et celle de l’amour divin, typique des mystiques, ont la même source .

L’expérience de l’amour humain est la référence dont dispose le mystique pour comprendre et communiquer ce qu’il vit dans l’amour divin. Et l’expérience amoureuse du mystique est la référence que l’amour plonge ses racines dans les profondeurs de l’être. L’amour du mystique aide à mieux comprendre la transcendance de l’amour humain vécue par la personne qui aime.

L’amour est complexe et, comme il a été défendu au début de l’écriture, le concept a été abordé et peut être abordé à partir de multiples disciplines académiques et artistiques tout au long de l’histoire de l’humanité et, par conséquent, il a participé et s’est vu influencé par les modèles épistémologiques et ontologiques dominants. Parmi eux, ceux qui présentent un net parti pris androcentrique se détachent et qui ont servi à justifier les différentes et multiples expressions du machisme.

Au nom d’un certain type d’amour, d’autres formes d’amour que celles prescrites socioculturellement par le système patriarcal ont été marginalisées, interdites et harcelées. Heureusement, la violence n’est pas parfaite, elle n’occupe pas toute la place dans les relations humaines et il y a eu, il y a et il y aura d’autres formes d’amour tendant à la dissidence et à la célébration de la diversité.

Agustin Martínez Pelaez – Professeur d’histoire de l’art, Université Rey Juan Carlos

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une