asd

COVID – 19

Le choléra continue de menacer de nombreux pays africains

Le Malawi fait face à sa pire épidémie de choléra depuis deux décennies. L’épidémie a commencé au début de 2022 et a, jusqu’à présent, entraîné plus de 18 000 cas et la perte de 750 vies. Cela a également forcé la fermeture d’écoles et de nombreuses entreprises.

Le choléra est une maladie causée et propagée par des bactéries – en particulier Vibrio cholerae – que vous pouvez attraper en mangeant ou en buvant des aliments ou de l’eau contaminés.

C’est une vieille maladie qui a surtout touché les pays en développement, dont beaucoup se trouvent en Afrique. Entre 2014 et 2021, l’Afrique comptait 21 % des cas de choléra et 80 % des décès signalés dans le monde.

Dans plusieurs pays africains, le choléra est la principale cause de diarrhée sévère. En 2021, l’Organisation mondiale de la santé a signalé que l’Afrique a connu ses chiffres les plus élevés jamais signalés – plus de 137 000 cas et 4 062 décès dans 19 pays.

Il a persisté en Afrique en partie à cause de la détérioration de l’assainissement, de la médiocrité et du manque de fiabilité de l’approvisionnement en eau et de la détérioration des conditions socioéconomiques. Par exemple, lorsque les revenus des gens ne peuvent pas suivre l’inflation, ils déménagent vers des logements plus abordables – souvent dans des environnements encombrés et insalubres où l’eau et d’autres services d’hygiène sont déjà poussés à la limite.

En outre, au cours de la dernière décennie, de nombreux pays africains ont connu une recrudescence de la migration des populations vers les zones urbaines à la recherche de moyens de subsistance. Beaucoup de ces personnes se retrouvent dans des bidonvilles urbains pauvres où les infrastructures d’eau et d’assainissement restent un défi.

Les populations déplacées – une préoccupation majeure dans plusieurs pays africains – sont également très vulnérables à la contamination de l’eau et des aliments.

Il est important de lutter contre le choléra car il peut provoquer des maladies graves et la mort. Dans les cas bénins, le choléra peut être géré par des sels de réhydratation orale pour remplacer les liquides et les électrolytes perdus. Les cas graves peuvent nécessiter un traitement antibiotique. Il est vital de diagnostiquer et de traiter les cas rapidement – ​​le choléra peut tuer en quelques heures s’il n’est pas traité.

En 2015, on estimait que plus d’un million de cas dans 44 pays africains entraînaient un fardeau économique de 130 millions de dollars US dû aux maladies liées au choléra et à son traitement.

Que manque-t-il dans la réponse ?

Les gouvernements africains doivent reconnaître que le fardeau du choléra est énorme. À mon avis, les gouvernements des zones d’endémie ne reconnaissent pas le choléra comme un problème majeur tant qu’il n’y a pas une grande épidémie, lorsqu’elle est hors de contrôle. Ils le traitent comme une fois.

Le fardeau du choléra pourrait s’aggraver à moins que les gouvernements ne mettent en place des mesures pour contrôler et prévenir les épidémies. Ils doivent s’occuper des infrastructures d’eau et d’hygiène.

Il doit également y avoir un engagement communautaire. Par exemple, des messages répandus qui encouragent le lavage des mains, l’eau bouillante et d’autres mesures préventives. Les agents de vulgarisation de la santé communautaire sont essentiels pour faire passer ces messages et distribuer les fournitures pendant une épidémie.

Pour les populations les plus vulnérables, nous devons appliquer des vaccins oraux contre le choléra. Les données sur les points chauds du choléra issues des études de surveillance seront essentielles pour garantir que les populations critiques sont ciblées en premier.

Il existe différentes marques et variantes du vaccin oral contre le choléra, et ils sont tous faciles à administrer car ils sont pris par voie orale. Ils ont un taux d’efficacité compris entre 60% et 80% mais nécessitent un rappel annuel. Cependant, il n’y a pas eu de campagne de vaccination concertée dans de nombreux pays, car les gouvernements ne prennent pas au sérieux la prévention et le contrôle de la maladie.

Enfin, la question de la pharmacorésistance doit être abordée. La résistance aux médicaments a permis à ces souches de choléra de rester plus longtemps dans l’environnement.

Je faisais partie d’une équipe qui a mené une étude au Kenya qui a révélé que la bactérie responsable du choléra est devenue résistante à certains antibiotiques. Certains types de résistance aux médicaments sont causés par une interaction naturelle de la bactérie Vibrio cholerae avec d’autres bactéries résistantes aux médicaments dans l’environnement.

L’utilisation excessive d’antibiotiques contribue également à la résistance aux médicaments. Les agences gouvernementales devraient développer des moyens de surveiller l’utilisation des antibiotiques et de restreindre leur prescription. La réglementation de l’utilisation des antibiotiques chez les animaux devrait également être améliorée. Les travailleurs de la santé doivent également être formés à l’utilisation appropriée des antibiotiques.

Y a-t-il eu des avancées récentes ?

L’un des plus importants a été le développement de tests de diagnostic rapide pouvant être utilisés par les agents de santé sur le terrain. Ces kits sont disponibles à des coûts bien inférieurs aux coûts de culture en laboratoire. Leur utilisation permet de confirmer rapidement les épidémies afin que le traitement puisse être initié.

En outre, davantage de pays adoptent désormais le vaccin oral contre le choléra à des fins de prévention et de contrôle.

Ce qui manque, c’est un effort concerté pour tous les pays d’endémie – que je considère comme tous les pays d’Afrique subsaharienne – pour avoir des mesures communes pour lutter contre la transmission transfrontalière et la persistance des épidémies de choléra.

Certains pays sont toujours dans le déni des épidémies. Cela est dû en partie aux craintes de répercussions sur le commerce et le tourisme. Mais dans un monde interconnecté, cette attitude n’est pas utile.

Je suis optimiste quant à la capacité de contrôler le choléra en Afrique. À court terme, cela pourrait se faire par la sensibilisation des populations vulnérables et des interventions comme le vaccin oral contre le choléra.

À long terme, les pays africains ont besoin d’infrastructures d’hygiène de l’eau, de logements et de conditions socio-économiques améliorés. Mais il doit y avoir une forte volonté de la part des ministères compétents de travailler ensemble pour atteindre ces objectifs.

Samuel Kariuki

Chercheur scientifique en chef et directeur, Centre de recherche en microbiologie, Institut de recherche médicale du Kenya

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une