asd

COVID – 19

L’Afrique du Sud est à la dérive : le danger est que l’ANC tourne le dos à la  ZANU-PF du Zimbabwe

Le sort lamentable du Zimbabwe sous la direction du gouvernement de l’Union nationale africaine du Zimbabwe et du Front patriotique ( Zanu-PF ) est depuis longtemps apparu comme un avertissement au parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain ( ANC ). Pourtant, l’Afrique du Sud a rarement été aussi menacée que maintenant de se lancer dans une trajectoire de déclin semblable à celle du Zimbabwe.

Les médias sud-africains sont profondément absorbés par la crise politique au sein de l’ANC : le factionnalisme rampant , la corruption massive , la « capture » ​​de l’État par la pratique du « déploiement de cadres » et la baisse résultante des cotes d’écoute du parti .

Il existe de véritables craintes (ou espoirs) que le parti perde sa majorité électorale lors des prochaines élections générales de 2024 .

De là découle la question la plus fondamentale de toutes : si l’ANC perdait sa majorité aux prochaines élections, comme la Zanu-PF l’avait fait aux élections parlementaires et présidentielles de 2008 , concéderait-il démocratiquement le pouvoir ?

Ou, alternativement, contrecarrerait-il la volonté populaire en sapant systématiquement tout gouvernement de coalition post-électoral, comme l’a fait la Zanu-PF lorsqu’elle est entrée dans une coalition avec le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de l’opposition en 2009 ? Il a refusé d’abandonner le pouvoir présidentiel et s’est accroché à tous les leviers clés du pouvoir de l’État. Il a ensuite truqué les élections générales de 2013 .

Ce qui suscite une telle réflexion est le dilemme apparent auquel est confronté le président Cyril Ramaphosa, qui est également président de l’ANC. Il s’est positionné comme le candidat qui réformerait l’ANC . Il s’est également engagé à nettoyer le gâchis de la corruption laissé par la présidence de Zuma et à remettre l’Afrique du Sud sur la voie de la croissance .

Mais malgré toutes ces discussions, Ramaphosa a fait peu de progrès. Il semble être totalement paralysé par une incapacité à résoudre la bataille entre les factions au sein de l’ANC. Il n’a apparemment pas le pouvoir de contrôler son cabinet. Et la volonté de le faire .

Tant que cela continue, le pays reste dans un état de dérive. Le niveau de chômage est choquant, l’ étendue de la pauvreté parmi la population noire est épouvantable et les perspectives d’une croissance économique significative et appropriée sont minimes . Il n’est pas étonnant que tant de personnes craignent que l’Afrique du Sud ne soit embarquée dans un déclin à la zimbabwéenne vers une économie à la pelle dirigée par l’autocratie d’un mouvement de libération.

Trois caractéristiques clés des mouvements de libération

La mise en évidence de trois caractéristiques clés du régime du mouvement de libération – comme celui de la Zanu-PF et de l’ANC – nous aide à comprendre la crise actuelle en Afrique du Sud.

Premièrement, les mouvements de libération se caractérisent par des impulsions démocratiques et autoritaires simultanées . Leur prétention d’avoir libéré leur pays de l’oppression coloniale a beaucoup de mérite. C’est vrai s’ils hésitent à partager cela avec d’autres forces qui ont participé à la lutte pour la liberté.

De plus, leur prétention actuelle à être représentatifs du « peuple » garantit qu’ils ne peuvent pas complètement ignorer les besoins de leurs partisans.

D’autre part, ils ont une longue histoire d’autoritarisme.

Bien qu’ils aient toléré la dissidence interne pendant la lutte pour la liberté, ils l’ont aussi parfois réprimée avec une violence brutale . Après l’avènement de la démocratie, ils ont systématiquement supprimé les rivaux ou les alliés qui prétendaient légitimement avoir contribué à la lutte de libération.

L’Union populaire africaine du Zimbabwe, dirigée par le héros zimbabwéen de la lutte de libération Joshua Nkomo, a été meurtrie et battue jusqu’à ce qu’elle accepte de se fusionner avec la Zanu-PF en 1987 .

Le United Democratic Front , l’aile interne efficace de l’ANC pendant les dernières années de l’apartheid, s’est dissout suite à de fortes pressions en ce sens de la part de l’ANC en 1991 .

La Zanu-PF et l’ANC tolèrent les partis d’opposition. Mais ils cherchent systématiquement à les délégitimer en les qualifiant de « contre-révolutionnaires ou d’agents de puissances étrangères » .

Deuxièmement, les mouvements de libération sont devenus les véhicules d’ une formation de classe rapide . Bien qu’ils aient conquis le pouvoir politique, ils n’ont hérité que d’un pouvoir économique limité, car les sommets de leurs économies restent entre des mains privées.

Néanmoins, en prenant le contrôle de l’État, la Zanu-PF et l’ANC ont assuré le contrôle des entreprises publiques. En Afrique du Sud, ceux-ci représentaient environ 15 % du PIB au début des années 1990 .

Au départ, leur objectif principal était de retirer les fonctionnaires de la vieille garde, dont la loyauté envers un gouvernement démocratique ne pouvait être présumée, et de les remplacer par des fidèles du parti en qui on pouvait avoir confiance.

Cela a entraîné la fusion du parti et de l’État, affaiblissant l’indépendance des organes de responsabilité établis en vertu de leurs constitutions respectives.

Et, justifiés sur la base de la poursuite de la révolution, des efforts ont été faits dans les deux pays pour « capturer » les hauteurs dominantes de l’économie. Cela a été entièrement réalisé au Zimbabwe , mais seulement partiellement en Afrique du Sud. Le processus a été facilement perverti pour remplir les poches d’une bourgeoisie de parti-État de plus en plus prédatrice . Ceci, alors que le contrôle de la Zanu-PF et de l’ANC sur la fonction publique, y compris les entreprises parapubliques, leur a permis d’attribuer des emplois bien rémunérés, des appels d’offres et des contrats d’approvisionnement à des copains.

Troisièmement, il existe une tension constante entre l’attachement des mouvements de libération au constitutionnalisme libéral par lequel ils ont accédé au pouvoir et leurs aspirations à la domination monopolistique de la société.

Les mouvements de libération se considèrent comme les incarnations historiques des aspirations du « peuple ». Leur logique est que ceux qui ne sont pas pour eux sont contre eux. Les restrictions constitutionnelles à l’exercice du pouvoir par l’État sont affaiblies ou ignorées. Surtout, d’autres partis politiques ou organes de la société civile qui prétendent représenter la volonté populaire sont rejetés comme contre-révolutionnaires. La volonté populaire ne peut être partagée.

Ces (et d’autres) dynamiques de mouvement de libération conduisent inexorablement au déclin démocratique et économique. Si les mouvements de libération sont les incarnations historiques de la liberté, alors les restrictions à leur pouvoir doivent constituer la non-liberté. De même, l’extension du contrôle du mouvement de libération sur l’économie doit par définition constituer l’avancement de la révolution.

Pourtant, une telle réflexion laisse peu de place à la participation privée dans l’économie – à moins qu’elle ne soit étroitement alignée sur les intérêts du parti au pouvoir. Elle permet encore moins la participation populaire dans l’arène politique – à moins qu’elle ne se déroule sous l’égide de ceux qui gouvernent.

Quitter la scène politique

Ces dynamiques expliquent pourquoi le programme de réforme de Ramaphosa est tombé sous le coup d’une paralysie politique qui s’empare de l’ANC et de l’arène politique plus large en Afrique du Sud.

L’ANC conserve sa détermination à gouverner mais n’a pas la capacité de le faire efficacement. La seule issue au dilemme est sa défaite lors d’une élection.

Cependant, comme l’a montré l’exemple zimbabwéen de 2008, la défaite d’un mouvement de libération lors d’une élection ne garantit pas son éviction du pouvoir, tant qu’il conserve le soutien de l’armée, de la police et des services de sécurité.

Peut-être que l’Afrique du Sud pourrait s’avérer différente. L’ armée a été démantelée , et la police et les services de sécurité sont eux – mêmes fortement fractionnés . Cependant, cela suppose qu’il existe un parti ou une coalition d’opposition capable de supplanter électoralement l’ANC. Et que cela serait soutenu par un niveau de soutien populaire et de la société civile qui serait prêt et disposé à combattre toute tentative de voler une élection.

Les mouvements de libération ont rempli leur tâche historique. Les contraindre à quitter la scène politique est un programme intimidant mais nécessaire.

Roger Southall – Professeur de sociologie, Université du Witwatersrand

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une