asd

COVID – 19

Kenya : les pasteurs souffrent malgré les millions de dollars utilisés pour les protéger contre la sécheresse

À travers le paysage aride du nord du Kenya, des panneaux routiers proclament des projets visant à créer la « résilience » parmi les communautés pastorales. Il s’agit d’une région où les sécheresses fréquentes, les maladies animales, l’insécurité et l’exclusion structurelle affectent toutes les moyens de subsistance pastoraux .

La résilience – la capacité de se transformer ou de se remettre rapidement des défis – est l’idée derrière les nombreux projets financés de l’extérieur et les centaines de millions de dollars dépensés au cours des dernières décennies .

Les projets de résilience dans les zones arides encouragent souvent les éleveurs – travaillant généralement en groupe – à « moderniser » leur production ou à abandonner complètement l’élevage. Les projets comprennent l’amélioration des races de bétail, le réensemencement des pâturages, la création de banques de fourrage, la modernisation des installations du marché ou l’offre d’assurance bétail. Ces projets sont combinés à des investissements dans les ressources en eau et les routes, ainsi qu’à une série de projets de «moyens de subsistance alternatifs».

La valeur de cette approche fait l’objet d’un examen minutieux au milieu de l’une des sécheresses les plus graves du siècle dernier dans le nord du Kenya . Plus de 2,5 millions de têtes de bétail ont déjà péri par manque de nourriture et d’eau, et des vies humaines sont menacées. Au moins 4,5 millions de personnes ont besoin d’une aide extérieure. Des décennies d’investissement dans la « résilience » n’ont manifestement pas fonctionné. La question est maintenant de savoir s’il existe différentes manières de soutenir la capacité des pasteurs à se préparer et à répondre aux sécheresses et autres chocs.

Au cours des quatre dernières années , nous avons étudié comment les pasteurs Borana du comté d’Isiolo, dans le nord du Kenya, gèrent la sécheresse, les conflits et d’autres incertitudes. Ces dernières années, la région a subi des sécheresses récurrentes, ainsi que des épidémies de criquets et de maladies animales.

Les moyens de subsistance des pasteurs sont de plus en plus vulnérables. Les terres sont envahies de toutes parts par les groupes voisins et les zones de conservation sont étendues. Renforcer la résilience est devenu de plus en plus essentiel.

Notre recherche a souligné l’importance des réseaux locaux de soutien mutuel, de solidarité et de redistribution qui permettent aux pasteurs de s’adapter aux circonstances changeantes. Ces types de pratiques «d’économie morale» pourraient constituer la base de la préparation et de la réponse à la sécheresse.

Nous avons conclu de nos recherches qu’au lieu du déluge d’interventions externes, il faut trouver des moyens de renforcer la résilience par le bas, en s’appuyant sur les pratiques et les réseaux locaux.

Pourquoi les projets descendants n’ont pas fonctionné

Nos recherches ont révélé qu’il existe trois raisons principales pour lesquelles les interventions de projet existantes ne parviennent pas à protéger les populations contre la sécheresse récurrente et d’autres chocs.

Récits déplacés : Derrière ces interventions se cache l’idée que le pastoralisme est dépassé et qu’il faut trouver des alternatives à l’élevage. Depuis l’ère coloniale, le contrôle des mouvements de bétail et la sédentarisation des pasteurs ont été au cœur des prescriptions politiques. Les appels à encourager les pasteurs à changer leurs habitudes sont toujours accentués pendant et après les grandes sécheresses .

Selon l’argument, les pasteurs feraient mieux s’ils s’installaient au même endroit et cultivaient. Les préjugés contre le pastoralisme sont très évidents dans les programmes d’éducation, les investissements dans l’eau pour l’agriculture irriguée et les projets de diversification des moyens de subsistance en dehors de l’économie pastorale.

Pourtant, malgré la sécheresse et la perte d’animaux, le pastoralisme peut tirer le meilleur parti d’environnements de terres arides très variables , où les moyens alternatifs de gagner sa vie sont extrêmement limités. Soutenir plutôt que d’abandonner les systèmes pastoraux a beaucoup plus de sens.

Mauvaise conception des projets : Trop souvent, les projets de développement ne correspondent pas au contexte local. Les nouveaux marchés de bétail fantaisistes promus par les donateurs sont souvent au mauvais endroit, tandis que les « marchés de brousse » dispersés sont plus accessibles et moins chers à utiliser . De nombreux forages fonctionnent pendant un certain temps, mais le coût des réparations est souvent élevé et ils tombent donc en mauvais état. Les routes peuvent aller au mauvais endroit, détournant le commerce et les transports des endroits qui comptent.

Tous les efforts de développement ne sont pas vains. Prenez la nouvelle autoroute A2 construite par les Chinois d’Isiolo à la ville frontalière éthiopienne de Moyale et au-delà. Cela a considérablement réduit les temps de trajet, permettant de transporter du foin pour le bétail affamé dans toute la région. En outre, les forages gouvernementaux entretenus, maintenant souvent équipés de pompes solaires, ont été essentiels pour maintenir les animaux en vie pendant la sécheresse.

Mais l’idée que la résilience peut être générée par une solution technique ou financière est répandue. Dans de nombreux cas, les mêmes interventions qui ont échoué quelques décennies auparavant sont simplement répétées avec une nouvelle image de marque.

Ignorer le contexte social : Depuis la décentralisation au Kenya en 2010, l’accent a été mis sur les activités décentralisées menées par les gouvernements des comtés . De nombreux groupes et comités ont été créés par une pléthore de projets. Trop souvent, ceux-ci sont axés sur la mise en œuvre d’une activité conçue en externe ou sur la remontée d’informations vers le haut. Cela crée beaucoup de confusion.

De tels projets s’engagent rarement dans le contexte social, impliquant des réseaux locaux ou mobilisant l’expertise et l’expérience locales. Souvent, les projets échouent dès que les fonds se tarissent.

Vers la résilience par le bas

Dans les zones arides, la sécheresse fait partie de la vie normale dans un environnement très variable. Le changement climatique aggrave la situation, car les sécheresses se prolongent et le régime des précipitations change. Et la réduction de l’accès à la terre et à l’eau en raison de l’empiètement d’autres utilisations des terres aggrave les effets de la sécheresse.

Pourtant, comme nos recherches l’ont montré , les éleveurs ont un répertoire établi de longue date de réponses à la sécheresse. Il ne s’agit pas simplement d’une « adaptation » passive, mais bien planifiée.

Les pratiques des pasteurs combinent le mouvement du bétail, le partage et la distribution des animaux par le biais de prêts, la division des troupeaux et des troupeaux, l’alimentation et l’abreuvement supplémentaires, l’élevage prudent, la négociation de l’accès aux terres agricoles ou aux zones de conservation, le changement de composition des espèces, la commercialisation sélective des animaux et la diversification vers d’autres revenus. sources pour soutenir le troupeau ou le troupeau.

Plutôt que de créer de nouveaux projets de résilience, distincts des pratiques locales, pourquoi ne pas s’appuyer sur ces réponses ?

Le pastoralisme, tel que décrit par le chercheur Emery Roe, peut être vu comme une « infrastructure critique », où des « professionnels de haute fiabilité » veillent à ce que le système ne s’effondre pas. Ces professionnels sont au cœur des systèmes pastoraux. Ils connectent les éleveurs à travers divers réseaux sociaux ; par exemple avec les transporteurs de motos, ceux qui offrent du crédit et les spécialistes locaux tels que les guérisseurs et les prévisionnistes.

Notre travail dans le nord du Kenya et le sud de l’Éthiopie explore plus en profondeur qui sont ces « professionnels de haute fiabilité » et ce qu’ils font pour transformer des conditions très incertaines en un approvisionnement plus stable et fiable de biens et de services, contribuant ainsi à éviter les catastrophes.

Tahira Sharif Mohamed

Doctorant, Institut d’études du développement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une