asd

COVID – 19

Kenya : les manifestations de masse au Kenya ont une longue et riche histoire – mais ont été détournées par les élites

Le chef de l’opposition kenyane Raila Odinga et son parti de coalition, Azimio la Umoja-One Kenya, ont récemment appelé à des manifestations de masse dans tout le pays . Odinga et son équipe ont remis en question la légitimité de la victoire du président William Ruto aux élections d’août 2022 dans le pays et ont contesté la hausse du coût de la vie.

Le droit de manifester est inscrit dans la constitution du Kenya à l’ article 37 . Il stipule que :

Toute personne a le droit, pacifiquement et sans armes, de se réunir, de manifester, de piqueter et de présenter des pétitions aux autorités publiques.

Le droit de manifester est également affirmé par des instruments internationaux dont le Kenya est signataire. Il s’agit notamment de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques .

Cependant, les gouvernements kenyans successifs ont à plusieurs reprises criminalisé le droit de manifester. En conséquence, la police réagit constamment avec force brutale contre les manifestants .

Qu’est-ce qui a conduit à la dernière vague de protestations au Kenya ?

Le Kenya a tenu des élections générales le 9 août 2022 et William Ruto a été déclaré président . L’opposition a contesté les résultats des élections et a déposé une requête devant la Cour suprême, qui a rejeté à l’unanimité la requête faute de preuves.

Raila Odinga, le candidat perdant à la présidentielle, a rejeté cette décision et a refusé de reconnaître la victoire de Ruto. Il a porté le différend devant le tribunal de l’opinion publique – la rue. Il a formulé trois demandes principales :

  • que les serveurs de l’agence électorale soient ouverts pour prouver qu’il a remporté l’élection de 2022
  • que Ruto arrête la reconstitution du corps électoral du Kenya
  • que le gouvernement baisse le coût de la vie.

Les manifestations ont commencé le 15 août 2022 lorsque les résultats de l’élection présidentielle ont été proclamés. Des voyous ont agressé le président de l’agence électorale et d’autres responsables. Ils n’ont pas encore été tenus responsables de ces attaques.

Après une accalmie de six mois, ces manifestations ont récemment débordé dans les rues. L’opposition a appelé à manifester deux fois par semaine à partir du 20 mars jusqu’à ce que le gouvernement accède à ses revendications.

Ruto et ses partisans ont méprisé les demandes de l’opposition, affirmant qu’elles n’avaient aucun fondement dans la loi, la morale ou la logique . Ruto a qualifié les manifestations d’ actes de terrorisme économique .

Après deux semaines de violences – où au moins trois personnes sont mortes, plusieurs autres blessées et des biens vandalisés – Ruto a tendu une branche d’olivier à l’opposition et leur a demandé d’ annuler les manifestations . Il a suggéré que la question de la reconstitution du corps électoral pourrait être réexaminée.

En réponse, l’opposition a suspendu les manifestations .

Ruto a précédemment déclaré qu’il ne serait pas soumis à un chantage dans un accord de partage du pouvoir avec l’opposition. S’ils ne sont pas vérifiés, les arrangements de partage du pouvoir – ou « poignée de main » dans le langage politique du Kenya – pourraient devenir l’arrangement par défaut du pays après les élections. Ce serait au détriment des principes démocratiques.

Quelle est l’histoire des manifestations politiques au Kenya ?

L’histoire politique du Kenya est marquée par des manifestations de masse qui remontent à la période coloniale et se sont poursuivies jusqu’à l’indépendance.

Au milieu des répressions policières, les Kenyans ont protesté contre les assassinats politiques et l’autocratie pendant les mandats du premier président du pays, Jomo Kenyatta, et de son successeur, Daniel Moi.

Grâce à un amendement constitutionnel , Moi a transformé le Kenya en un État à parti unique en 1982, ce qui a exacerbé les tensions politiques. Plus tard cette année-là, les Kenyans ont manifesté à Nairobi pour soutenir une tentative de coup d’État contre Moi alors que les politiciens de l’opposition et la société civile cherchaient à revenir au pluralisme politique.

Des manifestations dans tout le pays ont eu lieu en 1990 . Cette agitation, couplée aux pressions de la société civile, des groupes religieux et des donateurs occidentaux, a forcé Moi à accéder au multipartisme en 1991 .

En 1992, des mères de prisonniers politiques ont entamé une grève de la faim de 11 mois à Nairobi pour exiger la libération de leurs fils.

Les manifestations contre les résultats présidentiels en 2007 ont conduit à une horrible répression . Plus de 1 100 personnes ont été tuées, dont plusieurs de manière extrajudiciaire par la police. Odinga avait contesté la victoire de Mwai Kibaki. Des manifestations et des exécutions sommaires ont également suivi les annonces des résultats des élections présidentielles de 2013 et 2017 .

Les protestations sont importantes. Ils peuvent influencer un gouvernement ou un corps d’autorité pour répondre aux intérêts populaires et à l’injustice. Par le biais de manifestations, un gouvernement peut être contraint de résoudre les problèmes de prestation de services, de corruption, de conflits de travail, d’exécutions extrajudiciaires et sommaires et de questions d’éducation, et d’abandonner les tendances dictatoriales. Dans certains pays, comme la Tunisie, l’Égypte et la Libye , les protestations ont fait s’effondrer les régimes.

Comme je le dis dans mon livre, Pouvoir politique et tribalisme au Kenya , les protestations politiques dans le pays sont devenues insulaires, sectaires, tribales, sans vergogne motivées par la personnalité et élitistes.

Mes recherches ont révélé que l’élite politique a utilisé les protestations pour sa propre préservation et pour poursuivre ses intérêts. Les protestations visent à amener des personnalités politiques opposées à s’entendre afin que les perdants des élections ne perdent pas tous les avantages d’être au pouvoir – mais de tels accords étouffent un débat sain.

Les élections doivent produire des gagnants et des perdants parmi les candidats. Les citoyens devraient être les seuls gagnants constants. Leurs préoccupations doivent être satisfaites, peu importe qui accède au pouvoir.

Westen K Shilaho

Chercheur principal, Institut pour la pensée et la conversation panafricaines (IPATC), Université de Johannesburg

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une