asd

COVID – 19

John Maynard Keynes : exceptionnellement pour un économiste, il ne pensait pas que les gens étaient très rationnels

Quand les gens pensent à John Maynard Keynes, décédé il y a 75 ans le 21 avril, ils pensent probablement à ses idées sur la demande économique et à la manière dont les dépenses gouvernementales sont essentielles pour sortir d’une récession.

L’économiste le plus célèbre d’Angleterre est reconnu comme l’ancien fonctionnaire et conseiller du Trésor dont la pensée a dominé la politique économique au milieu des décennies du XXe siècle. Il est décédé à l’âge de 62 ans seulement après avoir mené des négociations marathon pour le Royaume-Uni sur le système financier international d’ après-guerre et l’ accord de prêt anglo-américain .

Mais en tant qu’économiste comportemental, je souhaite me concentrer sur un autre aspect moins connu de l’héritage de Keynes. Ses opinions sur ce qu’il appelait «les esprits animaux», ou l’optimisme humain, représentent aujourd’hui une part importante de l’économie comportementale. Cela sous-tend également les idées les plus célèbres de Keynes et a des implications importantes pour les gouvernements dans leurs efforts pour parvenir à une reprise économique après la pandémie COVID-19.

Demande et esprits animaux

Tout d’abord, je dois décrire brièvement la principale contribution de Keynes à la théorie macroéconomique. Il a contesté l’ orthodoxie néoclassique de son époque selon laquelle une économie livrée à elle-même atteindrait spontanément le plein emploi à court et moyen terme.

Là où les économistes néoclassiques croyaient que l’offre déterminait la demande, Keynes a dit que c’était l’inverse. Au lieu que les prix et les salaires s’ajustent rapidement à la baisse pendant un ralentissement économique, afin que la demande puisse s’adapter rapidement à l’offre, Keynes a déclaré que les marchés n’étaient pas assez parfaits pour y parvenir – surtout la main-d’œuvre, car il était particulièrement difficile pour les entreprises de réduire les effectifs. «salaires dans des temps plus durs.

La demande était plutôt susceptible de rester faible et l’économie pourrait connaître un chômage prolongé. Pour faire avancer l’économie vers le plein emploi, a fait valoir Keynes, l’État devait intervenir.

Keynes a fait valoir que les attentes des gens ont contribué à maintenir la demande à un niveau bas, d’où son opinion sur l’optimisme. Les consommateurs achèteront moins et les entrepreneurs investiront moins s’ils s’attendent à ce que l’économie soit déprimée dans un avenir prévisible.

Dans un changement radical du point de vue de la plupart des économistes à l’époque et pendant des décennies plus tard, Keynes pensait que ces attentes chez les gens n’étaient pas entièrement rationnelles, mais étaient essentiellement basées sur leur psychologie ou sur leur optimisme. Comme il l’explique dans son livre le plus célèbre , The General Theory of Employment, Interest and Money (1936):

La plupart, probablement, de nos décisions de faire quelque chose de positif, dont toutes les conséquences seront tirées pendant de nombreux jours à venir, ne peuvent être prises que comme le résultat de l’esprit animal – un besoin spontané d’action plutôt que d’inaction, et non comme le résultat d’une moyenne pondérée des avantages quantitatifs multipliée par des probabilités quantitatives.

Dans cet esprit, Keynes considérait les dépenses publiques comme cruciales non seulement pour soutenir la consommation des consommateurs et des entreprises, mais aussi pour inciter les individus à maintenir leur confiance dans l’économie, afin d’éviter un effondrement de leurs attentes.

Cela repose sur une vision de la prise de décision humaine proche de celle des économistes comportementaux aujourd’hui (Keynes a peut-être influencé l’un des textes clés du domaine, bien que cela n’ait jamais été explicitement reconnu). Le comportement humain n’est pas – ou pas seulement – le résultat d’un calcul rationnel utilisant les informations disponibles, mais il est affecté par des choses comme les émotions, les fausses perceptions et les règles empiriques.

Après tout, dans un monde où les gens sont complètement rationnels, augmenter les dépenses publiques serait beaucoup moins efficace. Les gens verraient leurs gouvernements s’endetter davantage pour augmenter les dépenses publiques et ils sauraient que les impôts augmenteraient probablement à l’avenir pour couvrir le coût. Au lieu de sortir et de dépenser l’argent qu’ils recevaient de cette largesse du gouvernement, ils l’économiseraient pour payer les impôts futurs (ce qu’on appelle l’ équivalence ricardienne ).

Fait intéressant, Keynes était plus intéressé par l’effet économique des dépenses publiques sur des choses comme les ponts ou les chemins de fer que par le bien public qu’elles procuraient. Si nécessaire, au nom de la stimulation de la demande et des attentes des gens, «le gouvernement devrait payer les gens pour qu’ils creusent des trous dans le sol, puis les comblent».

L’ère COVID

Les idées de Keynes sur la stagnation et le chômage ont été nourries pendant la grande dépression des années 1930. Observer la foule de chômeurs dans les rues était probablement une source d’inspiration importante, et ses recommandations furent bientôt adoptées par les gouvernements du monde entier.

Son influence a décliné dans les années 1970, lorsque les économies étaient confrontées à des défis très différents sous la forme d’une faible croissance et d’une inflation élevée ( stagflation comme on l’appelait). Les économistes pensaient généralement qu’une augmentation des dépenses publiques ne ferait que provoquer plus d’inflation, alors les gouvernements ont cherché d’autres réponses, comme libérer le pouvoir des entreprises par la déréglementation et le contrôle de la masse monétaire.

Ce n’est certainement pas par hasard qu’il y a eu un retour à l’intérêt pour Keynes lors de la crise financière mondiale de 2007-09, lorsqu’il incombait aux gouvernements de sauver l’économie mondiale des conséquences de la crise financière.

En ce qui concerne l’ère COVID, Keynes serait certainement heureux de voir les interventions robustes des gouvernements presque partout dans le monde pour soutenir la consommation et l’emploi. Mais il serait beaucoup moins heureux d’entendre les discussions sur les réductions de déficit qui commencent à avoir lieu au sein du gouvernement britannique et parmi les députés conservateurs.

Selon lui, ces discussions déprimeraient les attentes et rendraient la reprise économique encore plus difficile. Bien qu’il convienne probablement que les gouvernements doivent faire face à leurs déficits au moment opportun, il les exhorte également à éviter de telles discussions jusqu’à ce que la pandémie et ses effets sur l’économie soient terminés.

Alec Cairncross – Professeur d’économie appliquée et d’économétrie, Université de Glasgow (Traduit en français par John Lifuta)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une