asd

COVID – 19

Japon : les grandes entreprises électronique adoptent un système de personnel basé sur les compétences plutôt que sur un modèle d’ancienneté

Les principaux fabricants japonais d’électronique accélèrent leur passage à un système de gestion du personnel basé sur les compétences, qui est conçu pour clarifier le contenu de son travail et affecter des personnes à des postes correspondant à leurs principales capacités, par rapport à l’embauche massive traditionnelle de nouveaux diplômés qui progressent en fonction de ancienneté.

Hitachi Ltd., Fujitsu Ltd. et NEC Corp., qui ont adopté le système basé sur les compétences pour les employés occupant des postes de direction, visent à étendre l’utilisation du système pour couvrir les travailleurs de base.

Le système basé sur les compétences contraste avec le style d’emploi conventionnel du monde de l’entreprise japonais, dans lequel les employés sont censés occuper divers postes au cours de leur carrière, au lieu d’être affectés à des rôles spécifiques nécessitant des connaissances spécialisées.

La tentative de rupture avec le système traditionnel reflète la volonté des entreprises de gagner la concurrence féroce avec des rivaux étrangers pour les ressources humaines à un moment où l’environnement des affaires change radicalement en raison de l’avancée de la numérisation et de l’expansion des opérations à l’étranger.

L’opportunité d’introduire ou non un système de gestion du personnel basé sur les compétences devrait être au centre des discussions lors des négociations patronales-syndicales en cours sur le shuntō .

Dans le cadre d’un système basé sur les compétences, qui est courant en Occident, les connaissances, l’expérience, les capacités et les qualifications nécessaires pour chaque poste sont définies dans les descriptions de poste, et les postes sont attribués aux personnes qui répondent aux exigences, quel que soit leur âge ou leur ancienneté. dans une entreprise.

Le système permet à une entreprise de trouver plus facilement du personnel doté de compétences spécialisées ainsi que des travailleurs hautement motivés à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise.

Hitachi, après avoir subi une perte massive au milieu des retombées de l’effondrement de la banque d’investissement américaine Lehman Brothers en 2008, a commencé à réformer son système de personnel ainsi que sa structure commerciale.

Actuellement, 210 000 des 370 000 employés du groupe Hitachi travaillent à l’étranger.

Le système de personnel traditionnel de style japonais consistant à embaucher en masse de nouveaux diplômés et à promouvoir les employés par ordre d’ancienneté « nous empêche d’acquérir des ressources humaines diversifiées », a déclaré Hidenobu Nakahata, vice-président directeur et directeur général d’Hitachi.

Le système basé sur les compétences sera introduit pour les employés de base chez Hitachi à partir de juillet.

Le système devient de plus en plus important pour encourager une utilisation plus large du travail à distance et d’autres styles de travail flexibles, qui se sont propagés au milieu de la pandémie de COVID-19.

« La clarification des rôles nécessaires pour le travail à distance s’aligne sur l’approche basée sur les compétences », a déclaré Nakahata.

Fujitsu, qui a introduit le système basé sur les compétences pour les postes de direction au cours de l’exercice 2020, vise à utiliser le système pour les autres employés à partir de l’exercice 2022, qui commence en avril. L’entreprise a également mis en place un système interne d’appel à candidatures pour des postes spécifiques.

Hiroki Hiramatsu, directeur des ressources humaines de Fujitsu, a déclaré que l’entreprise « veut que les employés réfléchissent à leur carrière par eux-mêmes et relèvent des défis ».

En ce qui concerne le système salarial, Hiramatsu a déclaré qu’il pensait que la fixation des salaires pour les emplois et les rôles respectifs à la lumière des normes du marché du travail deviendrait une pratique courante.

La Japan Business Federation, le plus grand lobby commercial du pays et connu sous le nom de Keidanren, encourage les entreprises membres à concevoir un système de personnel qui leur convient en combinant le système japonais traditionnel avec une approche basée sur les compétences.

Pendant ce temps, Tomoko Yoshino, présidente de la Confédération japonaise des syndicats, ou Rengo, l’organisation faîtière nationale des syndicats, a montré qu’elle comprenait qu’un système basé sur les compétences augmenterait la mobilité des ressources humaines. Elle a toutefois souligné que la chose la plus importante pour les travailleurs est de trouver un emploi.

Adrian Jhonsan – japantimes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une